La prison du château de Selles à Cambrai par Fabien Mahieux

Le nom de Selles signifie Escaut en ancien français, fleuve dont le cours passe par Cambrai le long du château et participe à sa défense. Le château est localisé sur le flanc nord-est du périmètre de défense de l’ancienne place forte qu’était la ville.


Gravure de Nicq Doutreligne représentant le château au XIIIe siècle

Historique du site


La prison trouve ses origines au Moyen Âge (XIIIe siècle) ; il s’agissait du symbole militaire de l’évêque de Cambrai qui était aussi prince électeur du Saint-Empire romain germanique. De ce fait, il disposait d’une autorité temporelle en plus d’une autorité spirituelle. Les pouvoirs de police et de justice sont alors peu définis . Ce n’est qu’en 1227 que l’évêque Godedroid de Fontaines promulgua une charte définissant le fonctionnement de la justice dans sa ville. Celle-ci devait être administrée par un collège d’échevins (magistrats municipaux) et de prévôts représentant le Prince évêque. La justice civile revenait exclusivement aux échevins, tandis que les crimes étaient traités par les magistrats municipaux sous la direction des prévôts. Le château sert alors à la fois de cour de justice criminelle et de prison. Cependant, les peines de prison ne sont pas courantes à cette époque. Les peines prenaient souvent la forme de châtiments, d’amendes ou dans un cadre plus religieux d’expiations de diverses sortes. Cependant, des sources datant de 1388-1389 mettent en évidence l’usage qu’en font les échevins pour enfermer les personnes ayant commis des délits relevant de leur juridiction. Faute d’une garnison suffisante, il y eu des tentatives pour s’emparer du château. La première se solda par un échec en 1416, la seconde, quatre ans plus tard, eut plus de succès : les prisonniers prirent la place et la ville dût faire le siège de celle-ci pour la reprendre.
Au XVe siècle, le château fait office de lieu de détention pour l’Officialité. Selon les délits, les lieux d’enfermement diffèrent : le fond du château, les souterrains inférieurs, les voûtes et les tours.
Au XVIe siècle, le château perd peu à peu ses fonctions de lieu de décision avec l’amoindrissement des pouvoirs de l’évêque en faveur de la commune. Le château va être arasé et intégré aux défenses de la ville sous le règne de Charles Quint. Les structures restantes vont être modifiées pour faire face à l’évolution de l’armement. Le château est alors un lieu avec une double vocation pour le moins paradoxale : prison et dépôt de munitions. Cette transformation nécessita de nombreuses modifications : travaux de maçonnerie, installations de portes…
En 1677, la ville est prise par Louis XIV, le château est utilisé comme prison pour les « prisonniers de guerre », les soldats étant enfermés avec leurs épouses. Il y eut au moins une naissance au château en 1695, Jacques King et Marie Goath eurent un fils nommé Thomas qui fut baptisé le 17 septembre. En 1711, Fénelon visita les prisonniers faits au fort d’Arleux et leur apporta des vêtements. En 1786, un hôpital militaire va être installé par le pouvoir royal, il n’y aura plus de prison permanente au château.
En 1946, on transforma les locaux en un hospice général qui ferma ses portes en 1964 en raison du non-respect des normes. Il fut aussitôt décidé d’en faire une cité judiciaire en raison du classement d’une partie de l’édifice aux monuments historiques en 1981. Les travaux prirent du retard et ne furent terminés que le 18 octobre 1993. Des journées portes ouvertes furent organisées les 27 et 28 novembre de la même année. L’inauguration eut lieu le 30 juin 1994 en présence du Garde des Sceaux, Pierre Méhaignerie.





Organisation des lieux d’enfermement 

Pour mieux comprendre l’édifice, les niveaux sont désignés par leur ordre à partir de l’actuelle cour du palais de justice : le niveau un est donc juste sous la cour, puis vient le deux et enfin un troisième niveau. De plus, les tours ont une salle aménagée à chaque niveau. Celles donnant sur l’extérieur de la ville ont était comblées, au moins en partie.
Le premier niveau est ménagé dans l’épaisseur du mur sur l’ensemble du périmètre du mur d’enceinte. Les emplacements des archères et des bouches à feu ont presque toutes étaient comblés pour l’installation de la prison. Celui restant semble avoir eu pour fonction d’aérer le niveau. Certaines de ces ouvertures non comblées ont fait l’objet d’aménagement pour installer des barreaux.
Le second niveau, lui aussi aménagé dans l’épaisseur du mur, semble avoir été édifié au même niveau que la cour médiévale. Comme au niveau supérieur, la plupart des ouvertures ont été bouchées ou munies de barreaux. Plusieurs sections ont aussi été comblées au XVIe siècle pour résister à l’artillerie adverse. La présence de plusieurs arcades condamnées atteste que la cour médiévale se trouvait bien à ce niveau et il se semblerait que ces arcades eurent été ouvertes sur ladite cour. Des salles ont été aménagées dans la cour avant son remblaiement pour étendre les parties utilitaires à l’abri du feu ennemi.
Le troisième niveau est mal connu car il n’est pas aisément accessible. En effet, lors des travaux du XVIe siècle, il a été presque totalement comblé et ses accès condamnés. Ce n’est que lors de fouilles en 1983 dans une salle du second niveau que fut mit au jour un remaniement qui fermait l’accès à ce qui devait être un escalier courbe.
Les prisonniers ont laissé un témoignage de leur passage en ces lieux sous la forme de graffitis. Ils ont gravé dans la pierre à l’aide d’une pointe métallique, des scènes d’époque et des représentations religieuses, mais aussi des écrits.


Texte daté de 1334
Crucifixion du XIVeme siècle
Poème de Charles Augier du XVIe siècle
Blasons des XIV et XVemes siècles


Les galeries où furent enfermés les prisonniers ne sont actuellement pas accessibles. Les graffitis couvrant les parois de cette section font actuellement l’objet d’une étude des services culturels de la ville de Cambrai, de l’INRAP (institut national de recherches archéologiques préventives et de la DRAC. Pour garder la trace de ces témoignages du passé, les graffitis font l’objet d’un traitement particulier. Tout d’abord, les équipes recherchent les photographies pour constituer une base de données. Ensuite, une réflexion pour leur conservation est menée. En effet, en raison de l’humidité du lieu, ils avaient tendance à se dégrader. Ce dernier travail est mené en raison de la pression de la part d’érudits locaux par l’intermédiaire de l’association l’ASPEC [Association pour la Sauvegarde du Patrimoine et de l’environnement du Cambrésis].

Sources :

Montigny, Henri, Michel Bouvy, Amis du Cambrésis, et Centre culturel, éd. Le Château de Selles à Cambrai: photographies et documentation. Cambrai, France: Centre culturel, 1982.
Motte, Virginie, et Yves Roumegoux. Le château de Selles à Cambrai: étude historique et monumentale. 1 vol. Archaeologia duacensis (Douai), ISSN 1142-8112 29. Douai, France, 2010.