La maison centrale d’Haguenau par Lou Schmitt

Présentation de la prison:

Haguenau est une commune d’Alsace de 33 000 habitants, située à environ 35 km au nord de Strasbourg. La Ville a inauguré le 13 octobre 2001 sa nouvelle médiathèque dont les murs ont abrité, jusqu’en 1986, une prison.

Médiathèque de Haguenau, ancienne prison

Commencé sous Louis XV et achevé sous l’Empire, ce qui devait à l’origine être un hôpital connut très vite d’autres destinations : caserne, dépôt de mendicité, maison centrale pour femmes, prison mixte, IUT et enfin médiathèque. 

Au XVIIIe siècle, Haguenau est une ville frontière que traversent les troupes françaises en direction de Fort-Louis et de Landau. Bâti entre 1783 et 1788, l’hôpital civil et militaire de la ville était avant tout affecté à l’accueil des militaires et des bourgeois de la province.

La construction de l’édifice s’est effectuée à la demande de La Galaizière, l’Intendant d’Alsace, et a été réalisée aux frais de la ville d’après les plan de Charpentier, directeur des Ponts et Chaussées : de style Louis XVI, construit sur un plan sobre et fonctionnel, le portail central est décoré de motifs néoclassiques (triglyphes, guirlandes, pommes de pin).

En dépit de l’ordonnance de 1788 qui ordonnait la suppression des hôpitaux militaires et régionaux, il a servi d’hôpital militaire durant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes avant d’être employé – de 1815 à 1822 – comme caserne puis comme dépôt de mendicité. Une ordonnance royale du 2 mars 1822 cède ensuite le bâtiment au Ministère de la Justice qui le transforme en maison centrale pour femmes, destination qu’il conserve jusqu’en 1957. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands conservèrent son rôle de prison et y détinrent résistants et prisonniers politiques.
En 1842, le gouvernement proposa de transformer cette maison centrale en maison de force pour hommes mais l’administration de la ville s’opposa à ce projet par le biais d’une pétition envoyée au ministère et le projet fut abandonné. A cette occasion, la fermeture de la prison fut même demandée : l’administration proposait un dédommagement de 200 000 francs contre le transfert de l’établissement et le droit de propriété du bâtiment. Les principales raisons invoquées pour justifier la fermeture de la maison centrale étaient les suivantes : l’augmentation du coût de la vie en raison de la paie perçue par les détenues pour leur travail pénal, la concurrence pour les habitants exerçant le même type de métier, la corruption des mœurs à cause de l’installation en ville des détenues venant d’être libérés.
En 1867, la ville chercha à transformer l’établissement en hôpital et l’échec de cette tentative fit que dès lors son rôle de prison ne fut plus contesté.

Une maison centrale pour femmes (1822-1957)

Façade de la prison de Haguenau au XIXs. (source : prison.eu.org)

Le fonctionnement de la maison centrale de Haguenau de 1822 à 1939

Au XIXe s., les femmes condamnées aux travaux forcés ou à de longues peines étaient regroupées dans des maisons centrales. Si en général celles-ci étaient mixtes et séparées en deux quartiers, la France est sans doute l’un des seuls pays à avoir construit des prisons uniquement destinées aux femmes : les centrales de Clermont, Cadillac, Montpellier et Haguenau ainsi que la prison départementale de Saint-Lazare à Paris, leur étaient spécifiquement destinées.
La maison centrale de Haguenau, à l’époque appelée « maison centrale de détention », était affectée à l’accueil de l’ensemble des femmes condamnées provenant des départements suivants : Doubs, Meurthe, Moselle, Haut-Rhin, Bas-Rhin et Haute-Saône. L’établissement était en mesure d’abriter jusqu’à 800 prisonnières. A sa tête, le directeur était en charge des questions administratives et la sous-directrice de tout ce qui avait trait aux conditions de détention.
De manière générale, en France, la situation de la population carcérale féminine a longtemps peu préoccupé les services : surveillants et geôliers étaient des hommes – ce fut le cas à Haguenau jusqu’en 1840.  Cette situation favorisait l’abus sexuel des détenues : la correspondance entre le directeur de la maison centrale et le préfet fait ainsi mention de plusieurs cas de viols. Il fallut attendre la décision ministérielle du 6 avril 1839 pour que soit imposée la surveillance des prisonniers par des personnes du même sexe dans les maisons centrales (ce qui était déjà le cas dans les prisons départementales depuis l’arrêté du 25 décembre 1819). Cependant, dans les faits, la décision ne fut effective qu’à partir de 1856.
Les conditions de détention étaient strictes et contraignaient les femmes à travailler. Les centrales étaient perçues comme des usines et, à l’époque, l’industrie textile en pleine expansion nécessitait une main d’œuvre nombreuse. A Haguenau, les détenues effectuaient leurs tâches à la main ou à la machine : tissage, broderie, couture, filage de la laine et du chanvre, fabrication de gants. Du linge blanc et des habits leurs étaient octroyés par les entrepreneurs en échange du travail effectué. Elles recevaient en outre une paie qui était divisée en 3 parts : un tiers était mis en réserve par l’Administration et retourné à la prisonnière à sa libération, un tiers lui était laissé pendant son incarcération, le dernier tiers revenait à l’entrepreneur.

         Détenue en cellule travaillant au cannage, vers 1930
(photo prise par Henri Manuel)
Vers 1930, la population carcérale de la Maison centrale de Haguenau avoisinait les 200 détenues : 28 condamnées aux travaux forcés, 29 à la réclusion et 149 à une peine supérieure à un an d’emprisonnement. Le personnel de l’administration comptait 38 personnes : un directeur (également directeur des prisons d’Alsace et de Moselle), une économe, un sous-inspecteur, 7 surveillantes, 25 religieuses et deux commis greffiers.
A leur arrivée au sein de l’établissement, les condamnées étaient visitées par les religieuses avant de subir un examen médical. Elles revêtaient ensuite la tenue pénitentiaire : une jupe bleue, un tablier gris et un bonnet, rose pour les condamnées aux travaux forcés, blanc pour les autres.
Leur emploi du temps se déroulait chaque semaine de la même manière : levées chaque jour à 6h, elles passaient 9h dans les ateliers, avec 1h30 de pause au réfectoire et 1h dans la cour ; le dimanche, elles se levaient à 7h et assistaient à l’office religieux à 9h.
Les prisonnières étaient réparties dans les ateliers en fonction de leur habileté : collage de sacs en papier et d’enveloppes ; fabrication de blouses et de pantalons pour les ouvriers et les soldats avec des machines à coudre ordinaires ; confection de chemises grâce à l’utilisation de machines à coudre, de rabatteuses et de surjetteuses électriques.
Certaines détenues étaient également employées dans les différents services de la prison comme la comptabilité, la cuisine, la blanchisserie ou le service du directeur et du sous-directeur.

Le salaire que touchait la prisonnière pour son travail allait de 100 à 200 francs par mois, la part laissée à sa disposition lui permettait de réaliser des achats personnels par le biais des gardiens.

Les prisonnières devaient respecter la règle du silence absolu. En plus des surveillantes dans chaque dortoir, une détenue dite « prévote » était chargée de faire appliquer la discipline et pouvait faire appel à une sœur lorsque la situation l’exigeait. La discipline était maintenue grâce à un système de récompenses et de punitions. Une commission constituée du directeur, du sous-directeur et de la Mère Supérieure se réunissait deux fois par semaine pour prononcer les punitions. Elles consistaient le plus souvent à la mise en isolement, d’une durée de 15 jours à 3 mois : la détenue demeurait dans l’obscurité et n’avait droit qu’à une demi-heure hors de sa cellule, elle était en outre soumise à un régime alimentaire strict composé d’une miche de pain par jour et d’une ration alimentaire tous les 4 jours. Une paillasse lui était octroyée toutes les 4 nuits. En revanche, en récompense d’un comportement et d’un travail jugés satisfaisants, certaines détenues pouvaient être nommées sous-maîtresses puis maîtresses.
Des visites d’une heure maximum étaient autorisées le dimanche, en présence d’une sœur.
En terme de distraction, étaient organisés chaque mois dans les ateliers des conférences ou des concerts par les dames patronnesses.

Une maison de réforme destinée aux femmes (situation après 1946)

La réforme Amor
La fin de la Seconde guerre mondiale s’ouvre sur une période de réflexion quant à l’état du système pénitentiaire en France : surpopulation carcérale, promiscuité, bâtiments endommagés ou détruits par la guerre, augmentation du nombre de surveillants sont autant d’éléments qui caractérisent les prisons françaises à cette époque. Cette réflexion va déboucher sur la mise en place de la réforme Amor.
Le 9 décembre 1944, un arrêté institue une commission de réforme des institutions pénitentiaires, dite Commission Amor du nom du directeur de l’administration pénitentiaire à l’origine de la réforme, « en vue d’étudier, d’élaborer et de soumettre au Garde des Sceaux les réformes relatives à l’administration pénitentiaire ». Cette commission est à l’origine d’une part de la réorganisation administrative de 1945 qui voit les prisons départementales être confiées à l’État et d’autre part d’une réforme fondamentale du système pénitentiaire.
La réforme repose sur l’idée de l’individualisation de l’exécution des peines et débouche sur la mise en place du régime progressif – ou régime irlandais – qui adapte le traitement du prisonnier en fonction de sa capacité à se réinsérer. Dans les faits, il correspond à un échelonnement du régime de détention : le passage d’une phase à une autre dépend de la réceptivité du détenu au traitement, les conditions de détention se faisant moins oppressives à mesure que le détenu accède aux phases supérieures.
L’établissement pénitentiaire de Haguenau est l’une des premières maisons centrales réformées au XXe s. (avec celle de Mulhouse destinée aux hommes). Chacun de ces établissements réformés était spécialement adapté à la catégorie pénale dont il avait la charge : jeunes détenus de 18 à 25 ans (effectuant une peine inférieure à 5 ans), condamnés aux travaux forcés primaires, condamnés aux travaux forcés récidivistes et, dans le cas de Haguenau, femmes adultes condamnées à de longues peines de droit commun. Utilisée par les Allemands au cours de la Seconde Guerre Mondiale, la maison centrale de Haguenau a été de nouveau ouverte à partir du 1er janvier 1946. Elle regroupait presque la totalité de la population carcérale féminine française.

Fonctionnement

A sa réouverture, la Maison centrale de Haguenau se composait de 331 salles.
Dans l’enceinte principale, un bâtiment de 4 étages renfermait 6 dortoirs, soit 368 lits, ainsi que 7 ateliers de travail, 7 salles de repos, 5 réfectoires, une école et un foyer. Des services annexes complétaient le bâtiment : 3 cuisines, 2 réserves pour les denrées alimentaires,1, lingerie, 1 buanderie,  des ateliers de menuiserie et de serrurerie, etc.
Le quartier cellulaire comprenait 75 cellules et 11 cellules de service.
La prison disposait en outre d’une infirmerie qui pouvait accueillir jusqu’à 42 malades et comportait également une cuisine, une salle de bain, une lingerie, une salle de pansement et deux cabinets, l’un pour le médecin, l’autre pour le dentiste.
Situés en dehors de l’enceinte principale se trouvaient une conciergerie et un bâtiment destiné aux services administratifs.
La prison bénéficiait de l’électricité et de l’eau courante (des lavabos étaient installés dans les dortoirs et les réfectoires) et les détenues pouvaient se laver chaque semaine grâce l’installation de douches. Le quartier cellulaire et l’infirmerie disposaient du chauffage central tandis que les autres bâtiments étaient chauffés au poêle.
En 1946, le personnel comptait 26 membres : outre le directeur et la sous-directrice étaient présents une surveillante-chef, 19 surveillantes, un médecin, un psychiatre, une assistante sociale et deux infirmières.
La population pénale de Haguenau oscillait généralement entre 350 et 400 détenues. Chaque trimestre un convoi amenait une soixantaine de criminelles en provenance de toute la France et condamnées soit à des peines correctionnelles supérieures à un an d’emprisonnement soit à des peines criminelles (réclusion, travaux forcés, perpétuité).

L’application du régime progressif

Le régime progressif a pour but de reconnaître les efforts individuels fournis par chacune des détenues afin de s’amender. Il s’applique de la même manière pour la population pénale féminine que masculine, à quelques différences près cependant. Il se décline en 4 phases principales.

La phase d’observation : elle dure 3 mois au lieu de 9 et débute dès l’arrivée des condamnées dans l’établissement. Cette période est caractérisée par un isolement cellulaire complet de jour comme de nuit et un travail obligatoire. Les détenues ont droit à une demi-heure de promenade par jour pour laquelle 7 préaux ont été prévus afin de garantir leur isolement.
Au cours de cette première phase, les détenues subissent un examen médical et mental. Le directeur, la sous-directrice, la surveillante-chef, le médecin-psychiatre, le juge chargé de l’application des peines ainsi que l’assistante sociale et l’éducatrice viennent leur rendre visite séparément afin d’étudier leur comportement.
Une fois achevée la période d’observation, ces personnes se réunissent pour former une commission de classement présidée par le magistrat chargé de l’exécution des peines afin de déterminer dans quel groupe vont être affectées les condamnées au cours de la deuxième phase du régime. Les détenues sont en effet réparties entre trois catégories distinguées par des rubans de couleur vert, jaune ou rouge selon leur degré d’amendabilité :
      vert pour les détenues amendables ou amendées,
      jaune I et jaune II pour les sujets plus ou moins amendables,
      rouge pour celles jugées inamendables.
Chaque membre de la commission intervient pour faire part de son avis quant au groupe auquel il convient d’envoyer la détenue – les aumôniers ont eux aussi la possibilité de donner leur avis – et le magistrat prend la décision définitive.
A l’issue de la phase d’observation, le quartier cellulaire était libéré : ainsi tous les 3 mois, des détenues en provenance d’autres établissements pénitentiaires étaient transférées à Haguenau.

La période de rééducation ou phase d’Auburn au cours de laquelle est appliqué le régime auburnien : les détenues travaillent ensemble en atelier le jour et dorment seules dans des quartiers cellulaires la nuit, les dortoirs étant divisés en cellules par des cloisons en bois et une porte grillagée. Chaque groupe demeure séparé des autres mais ils obéissent aux mêmes règlement et discipline et suivent le même emploi du temps.
Le travail pénal reste obligatoire, toujours dans l’objectif de l’amendement des condamnées qui demeurent placées sous observation. La commission de classement se réunit régulièrement et peut procéder à des changements de groupe s’il apparaît que la personnalité d’une détenue ne lui permet pas de demeurer dans son groupe initial. Une durée minimum d’un an au sein du groupe des « amendables » (ou groupe vert) est requise pour pouvoir passer à la troisième phase du régime et après avis de la commission.
Cette organisation était applicable pour les condamnées à une longue peine mais peu appropriée aux détenues condamnées à des peines inférieures à un an, aussi il a été décidé que le temps passé au sein des catégories jaune et rouge serait pris en compte afin de leur permettre de franchir les différentes étapes envisagées par le régime progressif.

La phase de confiance est caractérisée par un accès à un régime de détention plus favorable. Si l’encellulement nocturne est toujours appliqué, plusieurs avantages sont octroyés aux détenues : chambres individuelles, ouvertes durant la journée ce qui permet aux détenues de communiquer entre elles, pas d’emploi du temps imposé, travail au sein de services généraux comme la lingerie ou la cuisine, activités récréatives (séances de culture physique, basket, volley-ball), possibilité de travailler en l’absence de surveillante, promenades hors de l’établissement chaque dimanche sous la surveillance d’une éducatrice.

La phase de semi-liberté s’adressait, sur décision de la commission, aux détenues dont l’attitude était considérée satisfaisante et leur octroyait la possibilité de travailler et de bénéficier d’activités se déroulant à l’extérieur de la prison, le retour au sein de l’établissement s’effectuant le soir ou le week-end. Cette phase du régime n’a pas été expérimentée à Haguenau.

Le travail pénal

Le principe directeur du régime progressif était que l’individualisation de la peine devait conduire à l’amendement du condamné. A ce titre, on considérait le travail pénal comme participant du traitement moral du sujet. En France, les prisonnières étaient le plus souvent mises à travailler dans des ateliers pour effectuer des travaux de couture, confectionnant entre autres du linge et des uniformes pour la prison ainsi que des productions pour les grands magasins. A Haguenau, la principale production de la centrale était liée au tricot : les femmes travaillaient dans des ateliers au sein desquels elles confectionnaient pull-overs, bas et chaussettes.
Le salaire que touchaient les détenues était peu élevé et nettement inférieur à celui que percevaient les hommes.
Elles avaient également la possibilité d’apprendre un métier afin de faciliter leur réinsertion à l’extérieur de la prison : des cours étaient organisés pour préparer à divers CAP (couture, coiffure, comptabilité, sténo-dactylographie) de même que des cours d’instruction générale.

Prison mixte et annexe psychiatrique (1957–1986)

A partir de 1957, la maison centrale de Haguenau est transformée en prison mixte chargée d’accueillir notamment les prisonniers en attente de jugement. Chaque cellule était meublée de la même manière : lit, table, chaise, lavabo, toilettes, complété à partir de 1984 par la télévision. Il y avait trois prisonniers par cellule. Ceux-ci avaient la possibilité de choisir entre porter la tenue pénitentiaire (grise pour les condamnés à une peine pénale) ou conserver leurs habits personnels.
L’emploi du temps était le même chaque jour de la semaine à l’exception du dimanche. En dehors du travail effectué dans les ateliers, des cours et des activités sportives (foot, basket, tennis) leur étaient proposés. Le dimanche, les détenus pouvaient assister à des séances de cinéma.
L’une des particularités de la maison centrale de Haguenau au cours de cette période est que lui fut adjointe un centre spécialement destiné à accueillir des condamnés psychopathes (en nombre restreint).
C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que va se développer la présence psychiatrique en prison. A cette époque, l’administration pénitentiaire s’est notamment trouvée confrontée à la question des prisonniers présentant des troubles psychiatriques : ils étaient considérés comme « psychiquement anormaux » mais leur condition ne justifiait pas qu’ils fussent admis dans un hôpital psychiatrique. Le rôle de la prison évolue : au-delà de son objectif de surveiller et de punir, elle est désormais perçue comme un lieu de soin. En conséquence, les prisons régies par la circulaire du 5 octobre 1950 se sont alors vues dotées d’annexes psychiatriques, dont Paul Amor, alors directeur général de l’administration pénitentiaire, a défini le rôle comme suit : « Elles ont pour but d’éclairer la justice par le dépistage et le traitement des délinquants mentalement anormaux qui se trouvaient dans des établissements pénitentiaires ». Sur les 24 annexes prévues, seules 14 ont fonctionné, la plupart brièvement par manque de personnel.
Les condamnés psychopathes constituent une population pénale particulière qui requiert un régime de détention spécifique impliquant une forte supervision et un traitement médical renforcé. Deux établissements spécialement destinés à accueillir ce type de prisonniers se sont ouverts dans les années 1950 : le Centre d’Observation de Château-Thierry en 1950 et le Centre de réadaptation de Haguenau à partir de 1957. Leur admission dans l’un ou l’autre de ces établissements était décidée par la commission de classification du Centre national de l’orientation après une courte phase d’observation. Tous deux étaient prévus pour des condamnés et non pas des prévenus comme dans les maisons d’arrêt.
Le Centre de Haguenau a été créé à l’origine pour résoudre le problème de la surpopulation du Centre de Château-Thierry, le premier devant recevoir les psychopathes qui purgeaient de courtes peines tandis qu’étaient admis dans le second ceux qui effectuaient de longues peines.
L’annexe psychiatrique de Haguenau comportait 80 cellules individuelles, de même que des salles de travail dans lesquelles les prisonniers dont les troubles mentaux ne les contraignaient pas à l’isolement absolu pouvaient travailler. Les 80 détenus étaient placés sous la surveillance d’un psychiatre et étaient soumis à une approche thérapeutique dont les moyens pharmacologiques, les méthodes psychothérapiques et le travail pénitentiaire étaient adaptés à leur personnalité. Aussi, plutôt que de prison, on devrait parler d’hôpital pénitentiaire. Dans ce genre d’établissement, traitement pénitentiaire et traitement médical sont liés et ont pour objectif la guérison des détenus, première étape afin de les réadapter à un retour dans la société.
Cette annexe a été transférée quelques années plus tard à Metz-Barrès. Le centre de détention de Haguenau a fermé en 1986 suite à la découverte d’un champignon dans la charpente. Bien que des travaux de remplacement de cette dernière aient été entrepris, l’ensemble de la structure restait fragile. Face aux risques d’accidents – la charpente intérieure s’étant à plusieurs reprises effondrée – et à cause du coût de la reconstruction estimé trop élevé ( la prison étant située en plein centre-ville, aucune réelle amélioration n’était possible), la décision fut prise de fermer l’établissement. Les membres du personnel furent affectés sur leur demande en priorité à la maison d’arrêt de Strasbourg et dans les autres établissements de la direction régionale.


Demeurée désaffectée pendant quelques temps, la prison a été en partie démolie avant que l’IUT n’investisse son aile nord en 1996. Enfin, la ville ayant racheté le bâtiment, le projet longtemps repoussé d’une nouvelle médiathèque a finalement été financé grâce à un contrat « Ville moyenne » qui associe l’État, la Région Alsace et le département du Bas-Rhin. Le bâtiment se partage désormais entre l’IUT et les services de la médiathèque ouverts le 13 juillet 2001.


Lou Schmitt

Sources

• Chantraine Gilles, Mary Philippe (éd.), Prisons et mutations pénales, 2006.

• Faugeron Claude, La création du service social des prisons et l’évolution de la réforme pénitentiaire en France de 1945 à 1958, 1988.


• Fleur Anne-Marie, La maison centrale de Haguenau dans le cadre de la réforme pénitentiaire, Thèse de droit, Strasbourg, 1955.


• Petit Jacques-Guy, Faugeron Claude, Pierre Michel, Histoire des prisons en France (1789-2000), Paris : Éditions Privat, 2002.