Au Havre, un bagne dans le couvent des Capucins par Laurine Millet

A côté de la Manufacture de Tabacs, dans le quartier Saint-François, se trouvait le couvent des Capucins. Il était situé dans l’ancienne rue du Grand Croissant, au Havre. Il est fondé en 1590 par Marie de Batarnay, comtesse de Bouchage, femme du maréchal de Joyeuse et mère de l’Amiral de ce nom. Le couvent fut fondé dans les bâtiments de l’Hôtel Dieu fondé par Henri II en 1554 (l’emplacement A du plan 1).

Plan 1 : Jacques De Vaulx, « Les premiers Euvres de Jacques Devaulx, pillote en marine ». 1583. Extrait.    
 Gallica : bibliothèque numérique de la BNF. 

 Le roi Henri IV qui n’avait pas consenti à la création de ce couvent, donna son accord en 1603. L’église est dédiée sous le vocable de Saint-Sauveur. Le couvent est visible sur les plans de 1630 à 1769.

Document 1 : vue générale du couvent des Capucins, extraite de la vue du Havre en 1630. Détails.          
 Collection du  Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie. 
Plan 2 : plan La (sic) Havre de Grâce. Jacques Gomboust. Détails 1657. 22 : lieux communs, 23 : Saint-François, 24 : Capucins. Gallica : bibliothèque numérique de la BNF. 
Les capucins recevaient 400 francs d’aumônes sur les octrois de la ville. « Deux de ces religieux desservaient la chapelle de la citadelle ; ils y étaient logés et on leur donnait en sus 240 francs pour salaire  » et aussi de l’Arsenal. Le couvent des capucins comptait environ 28 religieux y compris les frères . 

Le couvent des Capucins à la Révolution Française

D’après une « Déclaration faite par les Capucins du couvent du Havre pour obéir au décret de l’assemblée nationale » datée du 9 janvier 1790, le gardien du couvent fait l’inventaire du site : « nous n’avons d’autre fond que notre enclos, notre église, notre couvent et deux petites maisons  ».  
Le Service régional de l’Inventaire général du Patrimoine possède l’élévation et les plans du couvent des capucins au moment de la Révolution Française en 1790. 

Document 2 : plan et élévation de la maison des capucins, échelle de 8 toises, profil et élévation sur la ligne AB, vers 1790 (A.M Le Havre FM M1 5/1). Collection du  Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Le couvent des Capucins est composé d’un cloître de forme carré et d’une église qui se trouve à côté de la Manufacture des Tabacs. Cette élévation du couvent est un des côtés du cloître. Le bâtiment est composé du rez-de-chaussée, un premier étage et un étage sous comble. Cette façade côté cour est assez simple dans son architecture. On a une symétrie de la façade avec ces cinq séries de 3 fenêtres qui viennent animer la façade du bâtiment. Le premier étage est sensiblement plus haut de plafond que le rez-de-chaussée et l’étage sous comble. C’est probablement à l’étage qu’il y a le plus d’espace.

Plan 3 : plan pour les R.P. Capucins du Havre, bâtiment conventuel, rez-de-chaussée et premier étage, fin XVIIIe siècle. (A.M Le Havre FM M1 5/2). Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Le plan du rez-de-chaussée correspond au plan qui se situe en bas de la représentation. Ce plan correspond à une partie du rez-de-chaussée (probablement l’aile principale et le retour, il doit manquer une aile du cloître).  D’après ce plan, on constate que le rez-de-chaussée correspondait, aux temps du couvent, aux espaces communs et utilitaires des religieux. En partant de la gauche vers la droite, on a « lieu de commodité pour les domestiques, office et lavoir » qui ont accès direct avec la cuisine. En passant par le vestibule, on rejoint le réfectoire qui compte cinq tables et bancs, ils sont disposés contre les murs de la salle, le centre de la pièce est libre. Cet ensemble est terminé par une dernière pièce. 

D’après ce plan ci-contre, on a une légère modification de l’ensemble. L’escalier se trouve rejeté du côté de l’église (la dernière pièce de l’ensemble précédent). La troisième aile qui est figurée ici, comporte trois ou quatre pièces et peut être un escalier. Ce plan semble être plus complet que le plan précédent et il se rapproche plus du plan du couvent après son utilisation en tant qu’entrepôt (plan 5). 

Plan 4 : projet de transformation du couvent des Capucins (probablement daté autour de 1790). Extrait du mémoire de Christophe Mandeville, p. 142. 

Pour accéder au premier étage, on monte un escalier tournant (son emplacement est ambigu selon les plans 3 et 4). Le premier étage est réservé au dortoir des religieux. On a des espaces délimités en cellules qui sont des chambres avec un lit. Sur le plan, on compte 23 chambres, si on se fie au chiffre de 28 religieux d’après FRISSARD, on peut supposer que l’aile qui n’est pas représentée compte les 5 autres chambres pour les religieux. En plus des chambres, on a une pièce qui est réservée comme « lieu de commodité pour la communauté » et une pièce « cabinet » qui est intégré dans une des chambres sans accès autre que cette chambre, probablement une pièce qui était réservée à un supérieur du couvent. Sur la dernière aile, on avait accès à l’église. 
Pendant la Révolution, le couvent servit à loger les soldats. En 1793, le couvent est décrit comme « une maison claustrale proche le quai de la Barre avec trois jardins occupés par la société populaire, un corps de garde et la garnison ». En 1797, l’église a servi de magasin de fourrage, elle est ensuite cédée à l’administration maritime.

Autre patrimoine 

Le couvent des Capucins possédait une riche bibliothèque notamment en ce qui concernait les livres de sciences médicales. Ce fond était constitué de nombreux ouvrages du XVIe siècle. Cette bibliothèque a reçue de nombreux dons qui viendront enrichir cette collection. Le fond est particulièrement intéressant du point de vue historique et scientifique grâce aux notes manuscrites qui ont été retrouvés dans ces ouvrages. Aujourd’hui, le fond se trouve à la bibliothèque du Havre. 
Du couvent, il a été fait mention de la disparition de deux tableaux, une adoration des bergers, datée de 1670 et une offrande à la vierge datée de 1671. Le tableau de l’Adoration des Mages a été réclamé par le département, il a été attribué à l’église Saint-François du Havre.

La création du bagne maritime


Le couvent des Capucins a toujours constitué pour la municipalité une richesse du fait de son potentiel en matière de reconversion possible. En effet, que ce soit au moment de la création de la maison d’arrêt ou du bagne, le couvent est un lieu facilement aménageable en lieu de détention, les coûts d’aménagements et de transformations restant raisonnables. 
Le 24 août 1798 (7 fructidor an 6), un arrêté du Directoire exécutif ordonne la création d’un bagne au Havre pour y recevoir les déserteurs condamnés aux fers. Depuis le code pénal de 1791, la peine de fers est devenue une peine à part entière. 

L’article 1 du code pénal de 1791 : « Les peines qui seront prononcées contre les coupables par le juré, sont la peine de mort, les fers, la réclusion, la maison de force, la gêne, la détention, la déportation, la dégradation civique, le carcan ».  Article 6 : « Les condamnés à la peine des fers, seront employés à des travaux au profit de l’Etat, soit dans l’intérieur d’une maison de force, soit dans les ports et arsenaux […] par le corps législatifs  ». La peine des fers ne peut dépasser les 24 ans.  Article 7 : « les condamnés à la peine des fers, traîneront à l’un des pieds un boulet attaché avec une chaîne de fer »

Le bagne du Havre est créé pour accueillir les soldats et marins condamnés pour crime de désertion. Le but de la création de ce bagne est la nécessité de séparer les soldats des autres condamnés. Dans cet arrêté, on fait la mention de la mauvaise influence des détenus sur les soldats : « Que les déserteurs sont bientôt dépravés par les exemples des malfaiteurs avec lesquels ils vivent ; et qu’à l’expiration du temps fixé pour leur détention, ils rapportent les vices et les habitudes de ceux-ci dans la société, dans les armées, sur les vaisseaux ». Pour ne pas aggraver leurs peines, il est nécessaire de les séparer des voleurs et des criminels de droit commun pour qu’ils ne deviennent pas eux même des criminels « non récupérables » pour l’armée. En effet, à la fin de leur peine, les marins et les soldats retournaient dans les différents bataillons et vaisseaux. 
Le bagne sera sous le contrôle du Ministère de la marine et des colonies, car historiquement la peine des fers vient des galères, système répressif issus de l’Ancien Régime.

A partir du 22 septembre 1798 (1er vendémiaire an VII), les soldats et marins condamnés à la peine des fers pour désertion ne seront plus envoyés dans les bagnes de Brest, Toulon, Rochefort, Lorient et Nice mais seront envoyés au bagne du Havre (art1). Le soldat ou le marin condamné à la peine des fers sera conduit au Havre par la gendarmerie et ensuite à la disposition du commissaire principal de la marine qui est en charge du bagne (art3).  Le bagne c’est l’exercice du travail forcé, c’est même « la justification de la peine » (Jacques-Guy Petit). La vocation du travail forcé est de redonner de bonnes habitudes au condamné qui les a perdues et qui l’a amené à déserté. 
Les bagnards seront employés aux travaux de l’Arsenal et « principalement à ceux des constructions, entretien et réparation des ouvrages hydrauliques » (art4). En général, le bagne fonctionne avec le travail forcé à l’Arsenal, c’est à la fois l’intégration dans un établissement pénal et dans une entreprise d’Etat, pour être utile à la nation.

La venue des bagnards au Havre est une aubaine pour la municipalité qui a besoin d’une main d’œuvre importante pour les travaux de l’Arsenal qui ont pris du retard (travaux entrepris depuis 1787 : le plan LAMANDE). La création du bagne au Havre s’inscrit également dans l’optique politique de relance des constructions navales, le travail forcé est une solution pour limiter les coûts financiers (selon Eddy Simon, des journaliers ont été licencié à l’Arsenal au bénéfice des forçats qui représentent une main d’œuvre quasi gratuite). Le choix du Havre s’impose donc dans cette optique. 
En ce qui concerne la discipline au sein du bagne, elle est la même que dans les autres bagnes (art 5), un détachement de gardes-chiourmes sera formé conformément à la loi (art6). 
 Après quelques travaux, le bagne ouvre ses portes le 25 brumaire an VII (15 novembre 1798), « le commissaire principal de la marine put proclamer le bagne entièrement disposé à recevoir les condamnés aux fers qui peuvent y être conduits de toutes les parties de la République  ». Les premiers arrivants y sont inscrits dès cette date.

Du couvent au bagne : transformations

On sait que le couvent ne nécessitait pas de grands aménagements pour installer les bagnards mais il est difficile de trouver des plans du couvent après réaménagement ou juste après sa fermeture en 1802-1803. On peut dire logiquement tout de même, vu l’aménagement du couvent, au premier étage, on va trouver le dortoir et les cellules. On peut reprendre l’implantation des cellules des frères pour aménager les cellules des bagnards. Probablement des travaux d’aménagements pour la sécurité, ont dû être entrepris. Le rez-de-chaussée étaient les lieux communs des frères, gardera cette fonction on trouvera le réfectoire et les cuisines.
D’après un plan du début du XIXe siècle, on peut observer quelques aménagements au niveau du rez-de-chaussée. 

Plan 5 : plan du domaine national provenant de l’ancien couvent des capucins, fragment du plan de l’ancien entrepôt, début du 19ème siècle (A.M. Le Havre FM M1 5/2). Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.
D’après ce plan, on peut supposer que le réfectoire a dû être agrandi pour accueillir plus de bagnards que de frères. Les cuisines ont peut-être été réaménagées pour être plus fonctionnelles. Ce plan ne contient pas tous les éléments, mais il se rapproche assez bien du plan concernant le projet de modification (plan 4). 

Fin du bagne du Havre

Avec l’arrêté du 11 THERMIDOR an 10 (30 juillet 1802). – Arrêté contenant désignation des villes où il y aura un entrepôt réel de marchandises et denrées étrangères, coloniales, etc.
Le Premier Consul désigne le havre pour l’installation d’un entrepôt réel : art 1 : « Il y aura un entrepôt réel de marchandises et denrées étrangères, coloniales et autres, dans les ports de Marseille, Cette, Baïonne, Bordeaux, la Rochelle, Nantes, Lorient, Saint-Malo, Cherbourg, le Havre, Dunkerque, Ostende et Anvers ».
Lors de la visite du Premier Consul au Havre, l’église du couvent des Capucins servira de salle de bal (Joseph MORLENT). Dès 1802-1803, la municipalité du Havre perçoit des droits sur les marchandises qui sortent de l’entrepôt, elle va réquisitionner l’ancien couvent des capucins pour installer de manière provisoire un entrepôt réel : premier magasin où les négociants exposent leurs marchandises. 
Les bagnards ont été transférés entre temps au bagne de Cherbourg (1802). Le choix du couvent pour l’installation de l’entrepôt était stratégique, en effet, le couvent se trouvait au point de jonction des bassins de la Barre et du Commerce. Le couvent des Capucins sera détruit en 1826 pour faire place au nouvel entrepôt réel.

La vie des bagnards

L’arrêté du 24 août 1798  concernant la création du bagne du Havre dit dans son article 7 que : « les condamnés à la peine des fers, traîneront à l’un des pieds un boulet attaché avec une chaîne de fer ».

Document 3 : les bagnards sont condamnés aux fers. 

Document 4 : les bagnards pendant  la nuit .

L’utilisation des fers est toujours de mise au XIXe siècle (documents 3 et 4). Le bagnard traîne une chaîne sur le lieu de travail et de repos. La longueur de la chaîne et son poids varient selon « les tâches et selon la soumission du condamné ». Les fers servent à la fois à punir et à récompenser. Les forçats portent aussi les fers la nuit : les fers du ramas.
Document 5 : le travail forcé.                      

 Document 6 : le travail dans la ville.
Le travail forcé se veut utile pour le condamné car il lui permet de réapprendre les habitudes de labeur qu’il  perdu et qui l’on conduit à se détourner du chemin établit par la société. Les forçats sont traditionnellement répartis en 2 groupes : ceux de la grande et petite fatigue. La petite fatigue : « réservée au petit groupe des condamnés à temps qui connaissaient un métier d’art ». La grande fatigue est les travaux de force.  
Sources :

Ouvrages 
J.B DUVERGIER, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d’Etat, Tome 10, Paris, Editeur : L. Larose, 1825, p.392. 
J.B DUVERGIER, Collection Complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d’Etat de 1788 à 1824, Tome Treizième, Paris, 1826, p 504. 
L’Abbé EXPILLY, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1770. 
FRISSARD, Histoire du Havre, Le Havre, 1837.
Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire : Du négoce à l’industrie 1800-1914. Le cadre de vie, Le Havre, 1982. 
Christophe MANDEVILLE, Les conditions de détention dans les prisons du Havre pendant la Révolution (1789-1802), mémoire de maitrise, Université de Rouen, 1993.
Yannick MAREC (dir), Accueillir ou soigner ? l’hôpital et ses alternatives du Moyen-Age à nos jours, Mont-Saint-Aignan, publication des Universités de Rouen et du Havre, 2007.  
Joseph MORLENT, Le Havre ancien et moderne et ses environs, tome 1er, 1825.
Joseph MORLENT, Guide du voyageur, Paris, 1827. 
Musée des Beaux-arts de Rouen, La peinture d’inspiration religieuse à Rouen au temps de Pierre Corneille, 1604-1684, Rouen église Saint-Ouen du 16 juin au 7 octobre 1984. 
Michelle PERROT, L’impossible prison : recherches sur le système pénitentiaire au XIXe s, réunis par M. PERROT, Edition du Seuil, 1980. 
Jacques-Guy PETIT (dir), Histoire des galères, bagnes et prisons XIIIe-XXe siècles, Toulouse, Bibliothèque Histoire Privat, 1991. 
TOUSSAINT du PLESSIS, Description géographique et historique de la Haute Normandie, Tome 1er, Paris, 1740.
Antoine SAUDRAIS, Un établissement pénitentiaire méconnu : Le bagne militaire du Havre (1798-1803), Le Havre, mémoire de maîtrise, 1997-1998. 
Eddy SIMON, Les grandes affaires criminelles de Seine-Maritime, De borée-Editions, 2006. 

Articles 

Léonard JOSEPH, « La prison, le bagne et l’histoire, sous la direction de J.G. Petit ». In Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, année 1985, volume 92, numéro 2. P226-227. [compte rendu]. 
Eddy SIMON, Vie et histoire carcérale au Havre du XVIe siècle au XXe siècle. In Cahiers Havrais de Recherches Historiques, n°67, 2009. 
Jean SOULAS, Les étapes de l’évolution du Havre de 1789 à nos jours. In Annales de géographie. 1940. T.44, n°280. pp. 205-213. 
« Au temps du  bagne maritime du Havre (partie 1) », Le Havre-Info, n°70 du 2 au 8 mai 2012. 
« Au temps du Bagne maritime du Havre (partie 2) », Le Havre-info, n°71 du 9 au 15 mai 2012.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search