Au Havre, le couvent des Ursulines dit Notre-Dame-de-Bonsecours : prison et gendarmerie par Laurine Millet


Contexte politique et pénal

Du 25 septembre au 6 octobre 1791, est promulgué le premier Code Pénal français. Il élabore de nouvelles peines, en mettant au cœur du système répressif la peine de privation de liberté. 
Article 20 : « les condamnés à la peine de détention seront enfermés dans l’enceinte d’une maison destinée à cet effet ». 
C’est le cas, notamment du couvent des Ursulines du Havre qui sera transformé en maison d’arrêt et de détention à partir de 1797. 
Le code des délits et des peines du 3 brumaire an IV (24 octobre 1795) « charge les commissaires exécutifs auprès des départements de la surveillance des établissements pénitentiaires ». Ces deux codes pénaux modifient l’organisation de la justice et de la pénalité. Pour pouvoir répondre à ces nouvelles prérogatives, les villes et notamment les chefs-lieux de district doivent « moderniser » leurs prisons. Plusieurs principes sont à mettre en place : salubrité des prisons (ce qui n’est pas le cas pour la vieille prison de la rue de la Corderie au Havre), séparer les prévenus des condamnés, les hommes des femmes, les correctionnels des criminels… Cette nouvelle politique oblige les administrateurs à réorganiser les prisons pour séparer les détenus comme l’exige la loi. La création de nouveaux établissements représente un coût financier extrêmement important pour les municipalités. 
Pendant cette période, la particularité majeure en matière d’architecture c’est la réutilisation. On vend ou on réutilise des matériaux et des bâtiments, on les transforme et on les adapte à une nouvelle fonction. 
La solution qui sera trouvée ce sont les biens ecclésiastiques, ce sont des établissements disponibles qui ne nécessitent pas d’énormes investissements pour les rendre fonctionnels au plus vite. Les abbayes, les églises ou les couvents sont une ressource immobilière importante. En ce qui concerne le Havre, la majorité des biens ecclésiastiques se situent dans le Havre même ou dans les environs : la Maison conventuelle de Fécamp, le Marquisat de Graville, l’Abbaye du Valasse, le Prieuré de Graville, les Ursulines du Havre, les Capucins du Havre, les Religieuses du Havre, le Domaine du Roi : terrains de la ville nouvelle[1]. « La ville du Havre achète pour 3.096.469 livres des domaines nationaux qu’elle propose de revendre au détail par mise aux enchères[2] ».

La fondation du Couvent des Ursulines


Plan 1 : extrait du tableau d’assemblage du cadastre- Havre (Le Havre)[3]
Archives départementales de la Seine Maritime.

Le Couvent des Ursulines du Havre se situait dans le quartier de Notre Dame, entre l’ancienne rue de la Halle et la rue au Lard (plan 1). 


Vers 1617[4], les Carmélites de Rouen décident de s’installer au Havre, pour cela elles acquièrent un bâtiment assez vaste. Elles vendent cette maison en 1623, aux religieuses de Montivilliers, à l’abbesse Mme Louise de l’Hôpital, croyant le lieu trop insalubre. Ces religieuses firent construire une chapelle qui fut bénie le 26 ou 28 octobre 1624 (Toussaint du Plessis[5]) sous le nom de Notre-Dame-de-Bonsecours par M. Roland Lhérel curé du Havre. Elles seront huit sœurs[6](toutes originaires du Havre) à s’installer dans le couvent sous la direction d’une prieure. Selon Joseph MORLENT, « mais l’air vif et salin ne convenant pas au tempérament de ces bonnes sœurs, affaiblies par de grandes austérités, elles revendirent le couvent et ses dépendances[7] ». « Les archives de l’abbaye de Montivilliers enregistrent jusqu’à trois décès dans un mois et déclarent l’Ilot malsain [8]».


Ce couvent (la place et les lieux réguliers) fut revendu en 1627 aux Ursulines de Rouen, sous la protection de l’échevin Denis Barbey, qui travailla à faire réussir ce nouvel établissement. Sa fille Marguerite devient la première supérieure. Ces religieuses obtiennent au mois de juillet 1633, des Lettres Patentes qui confirment leur fondation. Elles furent confirmées au Parlement de Rouen le 21 janvier 1640 ; « à condition qu’elles ne pourront réunir à leur monastère aucune maison située ailleurs qu’en la place de l’îlot [9]». On appelle ce lieu, l’îlot, car il a longtemps été entouré d‘eau. En 1662, le couvent des Ursulines se compose d’un corps de logis, 2 cuisines, 4 chambres, 2 petits celliers, une autre cuisine et 2 petites chambres, une cour rue de Beauverger[10]. Les bâtiments dans l’enclos servaient de classes aux petites filles. Selon FRISSARD[11], ce couvent était composé de 40 religieuses, un chapelain, un confesseur. Le couvent vivait avec 358 livres de revenus.

Plan 2 : extrait du plan le Havre de grâce. Jacques GOMBOUST. 1657. 3 : le couvent des Ursulines[12].  Gallica : bibliothèque numérique de la BNF

Document 1:extrait de la vue du Havre côté de la mer, vers 1685. A : Chapelle des Ursulines. B : séminaire Saint-Charles. Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.
Plan 3 : extrait du plan du Havre, par Gaillon, 1765. 58 : Couvent des Ursulines. 78 : séminaire Saint-Charles. 
Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Le Couvent des Ursulines pendant la Révolution Française


A la veille de la Révolution Française, le couvent comporte encore vingt religieuses qui se consacrent à l’éducation des filles. Les Ursulines ne sont pas concernées par le décret de 1790 concernant la suppression des ordres religieux. Mais elles suscitent l’hostilité des havraises et des havrais qui les accusent de retenir contre leur grès des sœurs qui désirent rompre leurs vœux. C’est notamment l’épisode du 24 juin 1791, où trois cent femmes envahissent le couvent. Elles brisèrent des objets et malmenèrent les religieuses. Une rumeur s’étant répandue dans la ville comme quoi une sœur serait retenue de force dans le monastère[13]. Suite à la dépossession de leur bien, elles ne pourront plus donner cours à leurs élèves. Elles sont chassées en 1792 de leur couvent. Les sœurs se réfugient chez des havrais. Elles sont arrêtées et enfermées dans le prieuré de Graville. Elles seront libérées en 1794 et 1795[14]. Le couvent est affecté au club des Jacobins (1792). En 1794, le couvent est décrit « comme un très vaste et ancien logement claustral, avec un grand jardin rues Fontaine du vivier et de la montagne occupé par les volontaires de la garnison et une fabrique de salpêtre[15] ». Le couvent des Ursulines a été transféré en 1823 rue de la Mailleraye.


Plan 4 : extrait plan de la ville du Havre en l’an III (1794). 5 : le prétoire, 7 : maison Collow et maison Guerlain/ maison d’arrêt rue des viviers, 9 : Temple de la Raison, 11 : Couvent des Ursulines[16]
Extrait du mémoire de Christophe Mandeville, p.64.

La recherche de locaux pour la prison du Havre


De 1789 à 1797, la municipalité du Havre va être à la recherche de bâtiments pour installer une nouvelle prison dans la ville. Divers projets sont proposés pendant cette période entre réutilisation de bâtiments existants et projets de constructions nouvelles. De 1789 à 1793 : on propose une série de bâtiments existants pour éviter des dépenses excessives et permettre de gagner du temps pour pouvoir transférer rapidement les détenus de la prison de la Corderie, devenue malsaine et qui provoque mécontentement de la population et des détenus.  

Dans les projets qui sont proposés,on a en 1790, un projet d’aménagement du couvent des Capucins, en maison de détention.


Plan 5 : projet de transformation du couvent des Capucins. 
Extrait du mémoire de Christophe Mandeville, p. 142.

Le projet prévoyait une extension du bâtiment d’origine, pour permettre la création d’un « véritable complexe carcéral ». En effet, ce projet prévoyait la séparation stricte des détenus : « les hommes, les femmes, les vagabonds, les détenus civils, les condamnés à la peine de la gêne ou au secret ». Ce lieu permettait la concentration dans un même lieu de tous les détenus de la ville. Une remarque supplémentaire : sur le plan, on a la mention de « cachots », le terme est encore employé, du fait que le plan doit être antérieur à la législation (Mandeville). Le projet ne sera pas retenu par le Directoire du département qui juge le projet trop coûteux.


En 1791, on veut aménager des bâtiments de la manufacture de Tabacs[17] (bâtiments qui entourent la cour nord). Le projet est encore une fois rejeté par le Directoire. En 1793, on propose les casernes de la marine et la tour François Ier, projets qui n’aboutiront pas. Jusqu’à la fin de l’année 1793, rien de concret n’est réalisable, de ce fait, les détenus restent dans des prisons trop petites et malsaines, notamment la prison de la Corderie. 

En 1793, on étudie la possibilité de construire un bâtiment complètement neuf pour accueillir la prison. Le projet est confié à l’architecte FREMINVILLE qui propose deux projets novateurs.

Document 2 : premier projet de construction d’une prison, Elévation sur rue par FREMINVILLE, 1793. (A.M. Le 
Havre). Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Plan 6 : premier projet de construction d’une prison, plan par FREMINVILLE, 1793. (A.M. Le Havre). Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Pour le premier projet (document 2 et plan 6), le service de l’inventaire[18] possède un plan du rez-de-chaussée et une élévation de la façade qui nous montre un bâtiment qui se compose d’un rez-de-chaussée et d’un premier étage. Le bâtiment est très sobre, une ornementation très simple qui est présente juste par une bande de refend sur les angles et des claveaux au-dessus des fenêtres grillagées (la multiplication des fenêtres favorise une meilleure aération de l’édifice). La façade veut se rapprocher du modèle d’architecture des forteresses du Moyen-Age (Mandeville). La porte d’entrée marque une symétrie sur cette façade très austère. 


Le plan de l’intérieur (plan 6) : à gauche de l’entrée on trouve le logement du geôlier, à droite de l’entrée se trouve l’escalier qui donne accès à l’étage supérieur. Ensuite, on a la série de cellules « individuelles » (projet comportant un ensemble de 20 cellules). L’espace central est une pièce autour duquel se répartissent les cellules. Cette pièce était probablement destinée à la chapelle de la prison (Mandeville). Toutes les cellules avaient vue sur la chapelle, elle était l’élément central de l’édifice. Depuis son appartement, le geôlier pouvait surveiller sans peine l’ensemble des détenus. (Aline Lemonnier-Mercier). Lieu de détention réservé aux criminels. On a la volonté de créer de grandes pièces pour l’amélioration de la circulation de l’air et pour favoriser une meilleure salubrité de l’ensemble. C’est le choix de cellules « individuelles » qui est privilégié dans ce projet. Ce projet n’est pas réalisé faute de financement.

Document 3 : 2ème projet des prisons du Havre, élévation sur la rue des prisons, par FREMINVILLE, 1793. Collection du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.
Plan 7 : deuxième projet des prisons du Havre, par FREMINVILLE, ingénieur des Ponts et Chaussées, plan du rez-de-chaussée, 1793. Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.

Pour le deuxième projet (document 3 et plan 7), le service de l’inventaire possède une élévation de la façade et un plan du rez-de-chaussée. Le bâtiment est de forme rectangulaire. La façade présente la même sobriété que le premier projet. Le bâtiment est sur deux étages, il est prévu pour contenir 30 cellules. La porte est en forme d’arc plein cintre. Un bâtiment fonctionnel, une simple ornementation au-dessus des fenêtres du rez-de-chaussée mais globalement c’est un bâtiment qui reflète une autorité affirmée. Le rez-de-chaussée comporte le logement du geôlier. L’espace est divisée de manière égale en deux partie : d’un côté les prisonniers civils et de l’autre les prisonniers criminels. La seule chose que l’on ne sait pas c’est si la prison était prévue pour être mixte ou destinée seulement aux femmes ou aux hommes. Des espaces de circulation sont aménagés pour faciliter la circulation de l’air et pour favoriser une meilleure salubrité du bâtiment. Ce projet n’aboutira pas non plus. 


La période entre l’An III-AN VIII marque un tournant important. Une nouvelle municipalité est mise en place, son désir principal avant tout, maintenant, est d’appliquer la loi bien plus que la recherche du bien être des détenus. Le lieu, enfin retenu est le couvent des Ursulines. 

Il possède de nombreuses commodités : cours avec jardins, fontaines, lavoirs…Le projet est de le transformer en prison d’arrêt avec la gendarmerie pour renforcer la sécurité. Le 1er mai 1796, le département approuve le projet. Le 2 août 1797, les administrateurs du département votent en délibération le projet de création d’une prison provisoire pour femmes dans le bâtiment sud de la grande cour. En gardant, à l’esprit d’installer par la suite une maison d’arrêt définitive. Le 22 octobre 1797, la commune publie un arrêté « les filles et les femmes détenues dans la maison d’arrêt et prison de cette commune seront incessamment transférées dans celle des ci-devant Ursulines [19]». Les premières détenues seront transférées le 4 novembre 1797 après la fin des travaux. Le coût total de la transformation est de 1 286 livres 1 sol et 9 deniers. 
Il aura fallu 8 ans pour aboutir à cette étape. Le projet de la maison d’arrêt est toujours valide. Mais cette première étape permet de séparer les hommes des femmes, ce qui permet de se conformer à la loi.

Plan de 1803

Plan 8 : plan du couvent des ursulines réalisé en prairial an XI. Extrait du mémoire de Christophe Mandeville, p. 58.

Ce plan présente l’embryon de la future maison d’arrêt du Havre. On trouve du côté droit les espaces qui sont destinés aux gendarmes : V : les écuries, Z : logements des gendarmes et T : le grand bâtiment pour les agents civils et militaires. Le bâtiment qui sert de maison de détention pour les femmes se trouve à l’emplacement de la lettre U : en fond de parcelle. Dans ce plan, on trouve aussi une église (on pense qu’il faut aussi « soigner » les âmes, pour que les détenus puissent se repentir), un bâtiment « dans lequel était une école de dessin gratuit ». A cette date, le projet de maison d’arrêt est encore au stade premier.

En 1807, sur une partie des bâtiments et du jardin[20] est établie une prison qui remplace celle de la Corderie qui était signalée trop petite et vétuste (1793). 

Plans de l’An XII

Un rapport en date de 1819-1820, décrit l’état des prisons en France, il est conduit par Decazes Elie[21]. Ce rapport rappel dans les premières pages, ce qu’est une maison d’arrêt selon la loi. Selon la loi du 29 septembre 1791, il faut installer près de chaque tribunal de district une maison d’arrêt (rue des drapiers au Havre). Dans les maisons d’arrêt, on trouve les prévenus et non les condamnés (loi du 29 septembre 1791, titre 13, art 11, loi du 3 brumaire an IV, art. 580). Les maisons d’arrêt « reçoivent les débiteurs contre lesquels la contrainte par corps a été prononcée (art. 10 de la loi du 15 germinal an 6, Code de procédure, article 781 et 789), les délinquants retenus pour sureté du paiement des amendes, restrictions, dommages-intérêts et frais prononcés au profit de l’Etat (art 52 et 53 du code pénal), les débiteurs du trésor, et les faillis ». On peut trouver aussi les détenus mineurs à la demande des parents (quand il n’y a pas de maison de correction). De manière générale, les maisons d’arrêt reçoivent les prévenus, les débiteurs contraints par corps, les enfants en correction et les individus condamnés à l’emprisonnement. Selon la loi, les détenus doivent être séparés selon « les classes » : les enfants des adultes, les femmes des hommes…


Le site de l’INHA [22] (Institut National d’Histoire de l’Art), a mis en ligne une série de notices explicatives sur une série de bâtiments. Dans ces notices, on peut trouver des plans, des élévations et des devis qui proviennent des Archives Nationales. En ce qui concerne la prison du Havre, on peut consulter une série de plans datant de l’An XII et de 1814. Ce sont des projets d’aménagements de la prison qui ont été adoptés. Ces plans, nous permettent de voir l’évolution des aménagements réalisés dans la prison dans l’optique de l’installation d’une maison d’arrêt et d’une maison de détention. 

Les plans de la maison d’arrêt du Havre :


Document 4 : élévation de la porte d’entrée, prairial an XII. Institution Nationale d’Histoire de l’Art. Archives nationales.
Cette élévation de la façade est sobre, elle est ornée d’un arc plein cintre (« décrit par un rayon de 2,50 dont le centre serait pris au niveau de la retraite. Les coupes des claveaux tendront à ce même point au lieu d’être presque toutes divergentes »[23]) qui matérialise l’entrée. Cette volonté d’ordre symétrique reflète une certaine volonté d’ordre aussi à l’intérieur du bâtiment. L’ornementation est complétée par les bandes de refend qui encadrent l’arc plein cintre. On est face à un bâtiment utilitaire, on a quasiment une absence d’ornementation. On a pas de représentation du couvent avant de sa transformation, on ne peut pas affirmer que cette architecture est seulement due à la nouvelle fonction du lieu.


Plan 9 : plan du rez-de-chaussée. An XII. Institution Nationale d’Histoire de l’Art. Archives nationales.

L’entrée est matérialisée sur le plan par la série de points noirs en façade qui correspondent aux plots et chaîne de la rue (plan 8). Le premier espace après l’entrée c’est « le 1er guichet pour le greffe de la geôle », composé de cinq espaces communiquant. Côté gauche de cet espace, on a un « corps de garde » et de « pièces pour le dépôt provisoire des détenus » (tribunal). De part et d’autre de cet ensemble, on a un préau pour hommes et femmes, une infirmerie[24] avec une cour pour faire prendre l’air aux convalescents. L’importance de la santé et de l’hygiène est primordiale dans ce début du XIXe siècle, où on pense que l’air des prisons est vicié. 


Les bâtiments qui se trouvent sur le biais de la rue comportent l’espace dédié à la gendarmerie. La maison d’arrêt a été céder définitivement au Ministère de l’Intérieur par le Ministère de la Guerre. La seule condition était d’y installer une caserne de la gendarmerie. C’est pour cela que la maison d’arrêt héberge également une gendarmerie. De plus, les gendarmes conduisaient les prévenus qui se rendaient à la maison d’arrêt en traversant la place de la prison.

On trouve en haut : les écuries, les espaces pour loger 9 gendarmes. Le surplus de l’espace, dans l’angle, est probablement une infirmerie. Ce projet de prison est pour recevoir des hommes et des femmes. 
La maison d’arrêt : c’est l’aile horizontale du bâtiment qui fait suite au guichet du greffe. Cette aile se divise en deux parties : à gauche « la maison d’arrêt des femmes » et à droite « la maison d’arrêt des hommes ». Ces espaces sont aménagés avec des escaliers qui donnent directement accès aux cours. Les détenus hommes et femmes ne se croisent pas, même pour aller dans les cours pour promenade quotidienne. La circulation permet cette division. 
Au milieu de l’aile, on a une loge. Le bâtiment qui est perpendiculaire à la maison d’arrêt est la maison de détention des hommes. Ils ont probablement accès vers l’extérieur dans l’espace central. Dans cette même aile, un espace est réservé à la maison de détention des femmes qui est ouvert vers l’extérieur via un autre accès que celui des hommes. Les cours ont l’air d’être séparées par un mur. Cet agencement particulier assure tout de même la séparation physique des hommes et des femmes. L’aile en fond de parcelle, est réservée aux femmes. D’un côté, l’espace est réservé aux femmes vagabondes et sur le côté gauche, on trouve leur infirmerie. L’ancien couvent a été aménagé en quartiers, pour permettre la séparation des sexes, mais aussi pour l’installation d’une maison d’arrêt, de détention et d’une gendarmerie. 

Plan 10 : le plan du 1er étage. An XII. Institution Nationale d’Histoire de l’Art. Archives nationales.
Le plan du premier étage reprend la même disposition qu’au rez-de-chaussée. L’aile en biais de rue, c’est l’espace de la gendarmerie. L’aile à l’horizontale : maison d’arrêt : le quartier des hommes et des femmes. L’aile verticale est l’espace de la maison de détention, qui est divisée aussi en quartier pour les hommes et pour les femmes. L’aile en fond de parcelle est réservée aux femmes. En ce qui concerne les pièces de communs utilitaires sont assez peu visibles sur ces plans.

Plan de janvier 1814

L’INHA possède également un plan de 1814 dans le cadre de réaménagement du bâtiment avec la suggestion d’installation de la maison de la police municipale dans la chapelle. Il est fait remarquer qu’il manque « les latrines, des guichetiers, les chambres des détenus sont mal aérées ». La prison était conçue pour 144 individus. Ce plan comportent d’autres éléments : une élévation de la façade d’entrée, les façades des cotés latéraux du bâtiment, le plan du rez-de-chaussée et une coupe du bâtiment.


La façade de l’entrée est dans son ensemble restée à l’identique. La porte donne l’impression d’avoir été renforcée, le battant gauche est plein. Le système a peut-être été renforcé et modifié pour la sécurité. Pour la première fois, on a un aperçu des autres façades de la prison. Deux façades sont identiques : sur deux étages : au rez-de-chaussée, on a une entrée arc plein cintre qui encadrée de chaque côté par une série de fenêtres arc plein cintre également. On retrouve cette même symétrie à l’étage, avec de simples fenêtres. Sur une des façades, on a matérialisé des grilles aux fenêtres, peut être un projet en cour de réalisation. La dernière façade possède la même symétrique, elle est moins large, on a plus que deux série de deux fenêtres, plus de fenêtres plein cintre au rez-de-chaussée. C’est probablement une façade secondaire, en vue de l’absence de toute ornementation, sauf les bandes de refend en angle qui viennent faire le lien avec les autres façades. On ne peut pas comparer l’évolution de l’architecture extérieure entre le couvent et la prison. Mais dans tous les cas, on est face à un bâtiment fonctionnel qui correspond aux deux fonctions qui lui ont été attribuées. Le plan du rez-de-chaussée est plus difficile à lire que celui de l’an XII, mais on peut observer quelques aménagements. Dans l’angle du bâtiment entre la façade d’entrée et la façade en biais, on a bien l’installation d’une infirmerie conformément à la loi (devenue obligatoire par la circulaire du 27 juin 1807 sur la nécessité d’installer une infirmerie dans chaque prison). Ensuite à côté du guichet de greffier, on a installé une chapelle. La chapelle est le symbole des courants de pensée en ce qui concerne les prisons. Notamment le fait et la volonté de rééduquer les hommes, et de secourir les âmes pour remettre dans le droit chemin ces individus.

L’aménagement de la maison de détention a été profondément modifié. On a réaménagé les espaces, peut-être dans une optique de prison plus saine, faire circuler l’air, on évite les espaces confinés comme dans la partie base de l’aile.
Dans le rapport Decazes de 1819-1820, il fait une description des prisons dans chaque département. Pour la maison d’arrêt du Havre, il signale au même titre que les autres prisons de Seine Maritime, il faut faire de grandes améliorations pour accentuer « une classification plus régulière des détenus ». Il faut également qu’elles soient toutes agrandies surtout quand elles ont plusieurs fonctions. Il signale également que « les détenus ne reçoivent la ration de soupe que dans les prisons de Rouen ». Quand on observe ce plan de 1832, on voit que la forme du couvent a été modifiée. On peut supposer qu’une construction pour la gendarmerie a dû être construite entre 1814 et 1832.

Plan 11 : plan de la ville du Havre et du port du Havre après l’achèvement des grands travaux et de la nouvelle ville. 400 mètres. Adam. Détails. 1832. 8 : Halle, 9 : Prison. 1832.Gallica : bibliothèque numérique de la BNF.

Les détenus

Peu d’études ont été réalisées sur les détenus de la maison d’arrêt du Havre. Mais on peut s’appuyer sur celles réalisées par Philippe MANNEVILLE, Un demi-siècle de délinquance juvénile au Havre (1800-1850) et Un demi-siècle de délinquance féminine au Havre (1800-1855)


Dans la première, il s’appuie sur les états des détenus de maison d’arrêt du Havre. Il a fait le choix de s’intéressait aux détenus de moins de 18 ans. Sur la totalité des 50 années étudiées, il a recensé 4225 détenus de moins de 18 ans. La majorité de ces détenus, filles et garçons confondus, ils sont « sans état » pour la profession, (pour les enfants en âge d’exercer un métier). Ensuite pour les garçons, à 14, 8% se sont des marins et 23,33% sont des filles sont des filles publiques. En grande majorité, pour les garçons et les filles, le motif d’arrestation est « les atteintes à la propriété » c’est-à-dire le vol, pillage, fausse monnaie, faux et escroquerie : 52% pour les filles et 53% pour les garçons (pour les autres sources de délits voir l’étude en détail de Philippe MANNEVILLE). En moyenne, la délinquance juvénile représente 10 % de la délinquance au Havre. Elle est massivement celle des garçons, car il a constaté que les filles arrivent plus tard dans la délinquance (d’où la barre des 18 ans qui est en question). 


Une remarque sur le nombre totale des incarcérés : il est difficile de donner une moyenne car le nombre varie considérablement selon les années. 


D’où la deuxième étude sur la délinquance féminine. La source utilisée est le registre d’écrou de la prison du Havre. Documents tenus par le concierge de la prison et ensuite par le gardien-chef de l’établissement. Dans 32% des cas, les femmes étaient des filles publiques et 12,6% étaient des ouvrières du textile. Elles étaient originaires dans une grande partie (2/3) des cas du Havre. Dans 42% des cas, le motif d’arrestation est encore le même que pour la délinquance juvénile c’est les atteintes à la propriété. L’étude montre avec cette source que la délinquance est en moyenne le fait de femmes célibataires, âgées de 21 à 30 ans voire 40 ans, elles sont des filles publiques mais aussi des journalières du textile. 


Depuis de nombreuses années, les conditions de détention dans la prison sont extrêmement difficiles. En effet, la prison est surpeuplée (rapport de 2 détenus par lit[25]) et mal adaptée aux nouvelles orientations politiques et architecturales du système pénitentiaires[26], notamment en ce qui concerne les débats entre le système cellulaire et les orientations philanthropiques. 
La prison de l’ancien couvent reste une prison d’ancien modèle qui n’a pas la capacité de séparer au mieux les détenus et elle coûte cher en fonctionnement pour la municipalité. Dès 1854, la municipalité du Havre orientait ses réflexion vers la construction d’une nouvelle prison car elle avait jugé que celle des ursulines ne pouvaient plus être améliorée ni agrandie[27]. Trois ans furent nécessaires à la construction de la nouvelle prison. Les premiers détenus furent transférés de l’ancien couvent à la nouvelle prison le 11 décembre 1860.


Plan 12 : Nouveau plan de la ville du Havre, comprenant une partie des communes de Ste-Adresse, Sanvic et Graville-Ste-Honorine. Auguste Logerot, 1863. Détails. Gallica : bibliothèque numérique de la BNF.


La prison des ursulines a été détruite en 1861. Sur l’emplacement de la prison, on a construit la gendarmerie. La gendarmerie a été construite de 1861 à 1863 avec la construction de logement pour 4 brigades. 

En ce qui concerne l’histoire des Ursulines du Havre, on peut faire la mention d’une découverte qui date de la construction de la gendarmerie. En octobre 1861, au moment de la construction des fondations de la gendarmerie, on a retrouvait une cinquantaine de corps, « presque tous étaient dans des cercueils en bois, neuf d’entre eux présentèrent une plaque en plomb sur laquelle était une inscription gravée au poinçon. Ces plaques de 30 à 40 centimètres en carré, contenaient les noms, l’âge, la profession religieuse et la date du décès des anciennes ursulines. Toutes celles qui ont été recueillies datent du XVIIIe siècle, mais nous ignorons l’usage de ces plaques commémoratives en plomb[28] ».




Sources :


Ouvrages


Christine BIGOT, La notion du patrimoine au 19ème siècle : Emergence et enjeux. L’exemple du Havre et de sa région proche (Sainte Adresse, Bléville, Sanvic, Greville, Harfleur, Gonfreville-l’Orcher), mémoire de maitrise Le Havre, 2002. 


Bibliothèque Municipale. Rouen. Casier archéologique, B.M Rouen 91 (manuscrits de Melle Le Masson Le Golft, fin 18e siècle : notes sur le couvent des Ursulines (Le Havre carton 6). Disponible à l’inventaire. 

Elie DECAZES, Rapport au roi sur les prisons et pièces à l’appui du rapport, 1819-1820. 
FRISSARD, Histoire du Havre, le havre, 1837.
Jean LEGOY (dir), Le Havre 1517-1986 : du Havre d’autrefois à la métropole de la mer, édition du P’tit Normand, 1986. 
Jean LEGOY, Le Havre dans la Révolution 1787-1802, le Havre, « Avenir du Havre », 1989. 
Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire des origines à 1800, Le Havre : la ville, 1980. 
Augustin Prosper LEGROS, Description du Havre ou Recherches morales et politiques sur les habitans, le port et les principaux établissements de cette ville, avec une notice sur les personnages célèbres qui y sont nés, Paris, 1825.
Aline Lemonnier-Mercier, Les embellissements du Havre au XVIIIe siècle : projets et réalisations 1719-1830, thèse Paris 1, décembre 2008.
Christophe MANDEVILLE, Les conditions de détention dans les prisons du Havre pendant la Révolution (1789-1802), mémoire de maitrise, Université de Rouen, 1993.
Philippe MANNEVILLE, Un demi-siècle de délinquance juvénile au Havre (1800-1850), 107e congrès National des Sociétés savantes, Brest, 1982. Histoire moderne et contemporaine. T.1 p 381-395. 
Philippe MANNEVILLE, Un demi-siècle de délinquance féminine au Havre (1800-1855), La femme en Normandie, des archives départementales du Calvados, 1986. 
Joseph MORLENT, Le Havre ancien et moderne et ses environs, tome 1er, 1825.
Toussaint du PLESSIS, Description géographique et historique de la Haute Normandie, Tome 1, Paris, 1740.
Charles VESQUE, Histoire des rues du Havre, Le Havre : Brenier, 1876.
Jean Claude VIMONT, Punir autrement…les prisons de Seine Maritime pendant la Révolution, CRDP Rouen, 1989. 
Articles 
L’Abbé LECOMTE, Sur un ancien cimetière des Ursulines au Havre in Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, 1860, p537. 
Jean LEGOY, Deux aspects de la réalité havraise pendant la Révolution : présences féminines, police, prisons et prisonniers in Annales de Normandie, 46e année, n°1, 1996. La Révolution en Haute Normandie. pp. 23-32.
Guy LEMARCHAND, Jacobinisme et violence révolutionnaire au Havre de 1791 à septembre 1793 in Cahier des Annales de Normandie, n°30, 2000. Féodalisme, Société et Révolution Française étude d’histoire moderne ; XVI-XVIIIe siècle/Guy Lemarchand, textes réunis par P. Dupuy et Y. Marec. p. 355-378.
Société d’hommes de lettres, Revue de la Normandie : littérature, sciences, beaux-arts, histoire, archéologie. Tome 1, 1862. 
Eddy SIMON, Vie et histoire carcérale au Havre du XVIe siècle au XXe siècle in Cahiers Havrais de Recherche Historiques, n°67, 2009. 
Jean Claude VIMONT, La cellule ou le dortoir, la fermeture de la maison d’arrêt du Havre (avril 2010), 2012, [en ligne]. criminocorpus.fr (page consultée le 04 décembre 2012). 
Sources et liens internet 
Portail Criminocorpus, Chronologie relative aux peines et aux prisons en France : De l’Ancien Régime à la Restauration
Institut National d’Histoire de l’Art. 
Fiche détaillée N°20422, www.inha.fr/spip.php?article2098&pv;=20422
Fiche détaillée N°26622, www.inha.fr/spip.php?article2098&pv;=26622
ARCHIM. Plans d’édifices publics des bâtiments civils, n° notice B-003245, cote : F/21/1903, jaquette 3362 maison d’arrêt.
ARCHIM. Plans d’édifices publics bâtiments civils, n° notice B-003244, cote : F/21/1903, jaquette 3353
ARCHIM. Plans d’édifices publics des bâtiments civils, n° notice B-003243, cote F/21/1903, jaquette 3352
ARCHIM. Plans d’édifices publics des bâtiments civils, n° notice B-003242, cote F/21/1903, jaquette 3351
Le Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie. 
[1] Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire des origines à 1800, Le Havre : la ville, 1980. 
[2]Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire des origines à 1800, Le Havre : la ville, 1980.
[3] Lien vers les archives départementales 76. 
[4] Joseph MORLENT, Le havre ancien et moderne et ses environs, tome 1er, 1825. 
[5] Toussaint du Plessis, Description géographique et historique de la Haute Normandie, Tome 1, Paris, 1740. 
[6] Manuscrits de Melle Le Masson Le Goft, fin XVIIIe siècle : notes sur le couvent des Ursulines. Collection du Service régional de l’inventaire général de Haute Normandie. 
[7] Joseph MORLENT, Le Havre ancien et moderne et ses environs, tome 1er, 1825.
[8] L’Abbé Lecomte, Sur un ancien cimetière des Ursulines, au Havre. In Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, 1860, p537. [En ligne]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200000c/f3.swfv (page consultée le 13 février 2013).
[9] Toussaint du Plessis, Description géographique et historique de la Haute Normandie, Tome 1, Paris, 1740
[10] Archives du Service régional de l’Inventaire général de Haute Normandie.
[11]FRISSARD, Histoire du Havre, le havre, 1837.
[12] Lien vers Gallica pour le plan en entier
[13] Guy LEMARCHAND, Jacobinisme et violence révolutionnaire au Havre de 1791 à septembre 1793. In Cahier des annales de Normandie, n°30, 2000. Féodalisme, Société et Révolution Française étude d’histoire moderne, XVI-XVIIIe siècle / Guy LEMARCHAND, textes réunis par P. DUPUY et Y. MAREC.
[14] Jean LEGOY, Deux aspects de la réalité havraise pendant la Révolution : présences féminines, police, prisons et prisonniers… d’après le mémoire de Sophie Taunier, Femmes au Havre pendant la Révolution (1789-1795). In Annales de Normandie, 46e année, n°1, 1996. La Révolution en Haute Normandie. pp 23-32.
[15] Archives du Service régional de l’inventaire général de Haute Normandie.
[16] Christophe MANDEVILLE, Les conditions de détention dans les prisons du Havre pendant la Révolution (1789-1802), mémoire de maitrise, Université de Rouen, 1993.
[17] La manufacture de tabacs se situe à côté du couvent des Capucins dans le quartier Saint-François. 
[18] Mais également les archives municipales du Havre.
[19] Mémoire de Christophe Mandeville pour le détail des péripéties. 
[20] 893m² de jardin pour la somme de 18 344,93 francs. Ils ont pu construire les murs extérieurs pour sécuriser la maison d’arrêt (Eddy Simon). 
[21] Le rapport peut être consulté sur Gallica. 
[22] Lien vers le site de l’INHA et des notices.
[23] Notice de l’INHA
[24] Une circulaire du 27 juin 1807 sur la nécessité d’établir une infirmerie dans toutes les prisons. 
[25] Eddy SIMON, Vie et histoire carcérale au Havre du XVIe siècle au XXe siècle. In Cahiers Havrais de Recherches Historiques, n°67, 2009.
[26] J.C VIMONT, La cellule ou le dortoir, la fermeture de la maison d’arrêt du Havre (avril 2010). [En ligne]. http://criminocorpus.hypotheses.org/4427 (page consultée le 13 février 2013).
[27] Idem.
[28] L’Abbé Lecomte, Sur un ancien cimetière des Ursulines, au Havre. In Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, 1860, p537. [En ligne]. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200000c/f3.swfv (page consultée le 13 février 2013).