Casabianda : du pénitencier à la prison ouverte par Tiphaine Bacquet

Le domaine de Casabianda est situé sur la commune d’Aléria sur la côte orientale de la Corse à environ soixante-quinze kilomètres de Bastia. Il a accueillit l’un des trois grands pénitenciers agricole de Corse sous le second Empire mais il a aussi la particularité de demeurer aujourd’hui encore une prison ouverte et moderne.


Source: Google Map

Le pénitencier agricole (1862-1885)


« Nous continuâmes, presque en ligne directe, sur l’établissement agricole de Casabianda, à travers la plaine déjà cultivée en grande partie par les détenus. […] De bons chemins et de beaucoup de chênes-lièges dépourvus de leur écorce, étaient aussi dans l’entourage, et de magnifiques troupeaux de bétail à lainage blanc, provenant, je crois, de la Toscane, pâturaient dans des parcs à coté.[1] » 

Le pénitencier agricole de Casabianda fut inauguré en 1862 et a reçut dès son ouverture un contingent de trois cent détenus. Dans le domaine, destiné à devenir une ferme de grande envergure, ils ont dû déficher les terres, les labourer, les ensemencer puis moissonner les récoltes de céréales (blé, orge, avoine, coton et luzerne) et de légumes sur près de cent vingt-six hectares la première année puis sur une surface de deux cent quatre hectares l’année suivante avec un effectif lui aussi augmenté comptant huit cent quarante-six hommes. L’enjeu de ces cultures pour les détenus était, comme dans les autres pénitenciers, leur propre subsistance mais aussi celle des animaux qu’ils élevaient : des bœufs et des vaches de Toscane, des brebis et des agneaux. 


Entrée du pénitencier de Casabianda
SourcePaul-Roger Gontard, Le centre de détention de Casabianda, emblématique prison de paradoxes, p.166
Cependant, encore plus qu’ailleurs, les conditions sanitaires insalubres et la malaria décimèrent les détenus par dizaines voire par centaines faisant de Casabianda l’établissement pénitentiaire le plus mortifère de France avec des taux de mortalité qui variaient de 25 à 7% des effectifs selon les années. Pour palier à cette forte mortalité, l’administration entreprit, au terme des cinq premières années de fonctionnement, des travaux d’assainissement et mit en place, pour les mois d’été et en guise d’infirmerie, un refuge situé dans un couvent, le couvent Saint-François situé sur la commune de Cervione, distant d’environ trente cinq kilomètres de Casabianda mais situé à trois cent mètres d’altitude dans la montagne. Malheureusement, alors que cette politique d’assainissement commençait à porter ses fruits, une forte tempête détruisit les récents aménagements en novembre 1871 et il fallut attendre l’année 1874 pour que des ingénieurs des Ponts et Chaussés s’attèlent à la mise en place de nouvelles pompes, digues et autres structures d’écoulement. L’approvisionnement en eau fut par ailleurs un problème récurent pour le pénitencier et, en été, les détenus devaient parfois parcourir vingt cinq kilomètres pour alors chercher l’eau nécessaire à la fois aux hommes et aux bêtes.


Concernant la discipline, la vie, bien que soumise à une stricte discipline, se déroulait dans un calme troublé par peu de voies de fait ou de vols et très peu d’infractions disciplinaires. Cet état de fait semble pouvoir s’expliquer par la politique en vigueur de sélection des prisonniers dont l’effectif comptait moins de récidivistes et de criminels de sang que dans les autres établissements du même type. L’origine rurale ainsi que le niveau d’instruction particulièrement faible des détenus furent aussi un gage de sécurité et de docilité pour l’administration. Le directeur de la prison pouvait de plus compter sur trente-et-un gardiens pour maintenir l’ordre, soutenus par un brigadier de garde et quatre gardiens externes.

SourcePaul-Roger Gontard, Le centre de détention de Casabianda, emblématique prison de paradoxes, p.40

Cependant, des trafics existaient qui pesaient sur la productivité du pénitencier et après lui avoir consacré près de dix millions de francs or, le gouvernement décida de la fermeture de l’établissement par la loi de finance de l’année 1885 après vingt trois ans d’existence et l’accueil de sept milles détenus.

Le domaine, propriété de l’Etat et géré par le Ministère de l’agriculture, fut dès lors laissé à l’abandon bien qu’une partie de celui-ci servit, pendant la seconde guerre mondiale, d’aérodromes aux troupes allemandes et italiennes qui occupaient l’île.

La prison moderne

Après la seconde guerre mondiale, le projet d’une nouvelle prison à Casabianda est le fruit de la volonté réformatrice de deux magistrats, Paul Amor et Pierre Cannat aidés par le Doyen honoraire de la Cour de Cassation André Perdriau et promouvant des modalités d’exécution des peines plus individualisées et plus orientées vers la réhabilitation et la réinsertion sociale. Le domaine quant à lui est géré à peu de frais par l’administration des Ponts et Chaussés qui en exploite trente hectares sur mille huit cent quarante-huit en 1948.


Entrée de la prison actuelle de Casabianda
Sourcehttp://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-marseille-10126/casabianda-10802.html

Le premier groupe de détenu arrive à Casabianda le 1er juillet 1948, il est composé d’une cinquantaine de prisonniers et de quelques surveillants et a pour mission de préparer la venue d’effectifs supplémentaires. En effet, il faut rénover si ce n’est reconstruire les bâtiments, installer l’eau courante et l’électricité, défricher les terres et enfin reconstituer les troupeaux. Ces premiers détenus, essentiellement des hommes condamnés pour intelligence avec l’ennemi ou collaboration, ont donc été sélectionnés pour leur jeunesse, leur robustesse et leurs compétences dans des domaines utiles pour la remise en fonction de la prison. La population carcérale va se modifier au fil du temps pour se constituer, comme c’est le cas encore actuellement, essentiellement de délinquants sexuels venant, à cette époque, principalement des milieux ruraux et réputés plus dociles et plus responsables notamment concernant d’éventuelles évasions facilitées par le caractère ouvert de la prison. A cette fin, l’établissement travaille avec le Centre National d’Orientation de Fresnes qui assure la sélection des condamnés en fonction des résultats d’une enquête sociale et d’un examen médico-psychologique. Les prisonniers n’arrivent ainsi à Casabianda qu’après avoir déjà purgé entre neuf et quinze mois de leur peine en prison fermée. Ce mode de sélection portera ses fruits puisqu’entre juillet 1948 et octobre 1954, seuls quatre-vingt-quatre détenus furent mutés pour des raisons disciplinaires ou de sécurité.


SourcePaul-Roger Gontard, Le centre de détention de Casabianda, emblématique prison de paradoxes, p.47

Premier centre pénitencier agricole, une catégorie qui fut créée à son ouverture, la prison de Casabianda fait promotion du travail comme « forme d’existence honnête » et les journées sont rythmées par différents chantiers et trois appels à 7h, 13h et 18h. En dehors de cette astreinte quotidienne, les détenus peuvent circuler en journée sur l’ensemble du domaine sous la surveillance du personnel technique chargé des travaux. Le soir, ils disposent d’un périmètre réduit autour des bâtiments d’habitation. Pendant leurs temps de repos, ils peuvent aussi aller pécher, se baigner ou bien alors jouer à divers jeux et consommer des boissons non alcoolisées. A la fin des années cinquante, chaque détenu dispose même de la clef de sa chambre, une pièce de neuf mètres carré sans barreaux à la fenêtre.

Le domaine devient par ailleurs un lieu d’expérimentation agricole, avec l’aide des services de l’Agriculture et des Eaux et Forêts. Par exemple, la culture du riz est réintroduite alors qu’elle avait disparu depuis l’époque romaine et les détenus en récoltent cinq tonnes pour la seule année 1950. Suivent ensuite l’arachide, l’eucalyptus, des cultures fruitières mais aussi l’élevage notamment de races dites pures de porcs « large white » et de vaches « Schwyz » avec un tel succès qu’elle permet à la population de Casabianda une certaine autosuffisance et même des bénéfices qui s’élèvent pour l’année 1957 à 2 110 000 francs.

D’un point de vue sanitaire, les conditions de vie ont bien évolué : dans sa présentation de Casabianda à l’occasion du premier congrès des Nations Unies en matière de prévention du crime et de traitement des délinquants, André Perdriau décrit la situation sanitaire comme excellente avec peu de cas de malaria ou de fièvre de Malte qui sont pourtant des maladies endémiques de la région et de rares accidents de travail. Son constat est sans appel : « Si une cinquantaine de condamnés, au total, ont été retransférés sur le continent pour raison médicale, notamment pour subir des interventions chirurgicales ou des examens de spécialistes, il est symptomatique de constater qu’un seul a dû l’être en vue de son admission au sanatorium pénitentiaire de Liancourt pour tuberculose pulmonaire.[2] »

Le Centre Pénitencier Agricole promeut aussi une certaine idée de la discipline puisque c’est un comité de dix détenus élus, le « comité balai » qui est chargé de faire respecter la discipline intérieure. De plus, pour permettre la continuité des liens familiaux, des « week-end familiaux » sont institués une fois par mois. Des années plus tard, en 1984, ce seront même deux « chambres conjugales » qui verront le jour.

En 1958, Casabianda est la prison française qui affiche le plus bas taux de récidive et les évasions sont rares (dix neufs tentatives en dix ans) et rarement couronnées de succès.

En 1972, un village de vacance interministérielle ouvre sur le domaine de Casabianda et à proximité du centre de détention sous la direction du Comité National des Œuvres Sociales Sportives et Culturelles de l’Administration Pénitentiaire (CNOSAP). Le fonctionnement quotidien en est assuré en partie des détenues et aucun accident n’est à ce jour à déplorer en tout cas concernant le comportement des détenus. En effet, à partir de 1991 et jusqu’en 2003, le site du village de vacances va être la cible d’attentats à la bombe ou de tentatives d’attentat revendiqués par le FLNC puis le FLNC Canal Historique pour réclamer que les terres soient rendus à des agriculteurs corses. Suite à ces actions, la sécurité du village est renforcée par l’ajout de barreaux aux fenêtres pour prévenir les dégâts liés à l’envoi de cocktails molotov, une barrière et un grillage sont mis en place ainsi qu’un système de surveillance vidéo.

Aujourd’hui, le centre de détention de Casabianda reste un exemple unique en son genre de prison ouverte et encore un sujet de vives controverses.



Bibliographie et ressources en ligne

Paul-Roger Gontard, Le centre de détention de Casabianda, emblématique prison de paradoxes, disponible en ligne

André Perdriau, L’établissement ouvert de Casabianda (France), Rapport à l’occasion du premier congrès des Nations Unies en matière de prévention du crime et de traitement des délinquants, disponible en ligne

La prison sans barreaux (article Le point)


[1] Campbell, Thomasina, M. A. E. (1872). Notes sur l’île de Corse en 1868 : dédiées à ceux qui sont à la recherche de la santé et du plaisir ; trad. Française ; impr. de J. Pompeani et Lluis (Ajaccio). Cité par Paul-Roger Gontard dans Le centre de détention de Casabianda, emblématique prison de paradoxes p.36

[2] André Perdriau, L’établissement ouvert de Casabianda (France), Rapport à l’occasion du premier congrès des Nations Unies en matière de prévention du crime et de traitement des délinquants, p.17