La colonie horticole de Saint-Antoine et le pénitencier de Castellucio par Tiphaine Bacquet

Dans L’extinction du paupérisme, Napoléon III envisage la possibilité d’employer des prisonniers hors des murs des prisons traditionnelles afin de leur éviter le désœuvrement et les risques qui l’accompagnent. La Corse devient alors un terrain d’expérimentation pour les colonies agricoles, certaines pour adultes mais d’autres pour enfants qu’il s’agit d’éduquer et d’amener à exercer un métier convenable. C’est ainsi que la colonie de Saint-Antoine voit le jour, colonie correctionnelle et non simple colonie agricole, elle est destinée à accueillir les enfants les plus rétifs à la discipline ainsi que les enfants de moins de 16 ans ayant été condamnés à une peine de plus de deux ans. L’établissement restera ouvert onze ans de 1855 à 1866 et sera, de son ouverture au 31 juillet 1859, gérée conjointement avec le pénitencier de Coti-Chiavari par le biais d’une direction et d’une administration communes.

La fondation de la colonie

La création de la colonie correctionnelle de Saint-Antoine fut décidée par le décret impérial du 17 septembre 1854. Il prévoyait que la ville d’Ajaccio cède à l’administration pénitentiaire trois cent vingt-cinq hectares de terres communales lui appartenant ainsi que vingt-cinq autres hectares achetés par elle auprès de propriétaires privés. La cession prit effet en janvier 1855, date de l’arrivée des premiers enfants.




SourceRené Santoni, La colonie horticole de Saint Antoine : le bagne pour enfants d’Ajaccio sous le second Empire, Auto-Edition, Mérignac, 2008, pages 39 et 46

En effet, en janvier 1855, cent six enfants formèrent le premier contingent de détenus à intégrer la colonie et ils furent rejoints l’année suivante par trente autres enfants. Tout comme pour Coti-Chiavari, tout restait à faire, de l’ouverture de routes d’accès à la construction de baraques d’habitations pour les détenus. Cependant, les plans originaux ayant été abandonnés, la directeur de la colonie ne reçu les croquis des bâtiments de Saint-Antoine qu’au mois de mars 1855. Il comportait deux parties : d’une part, le logement des détenus, du personnel et des gendarmes affectés à la surveillance de la colonie et d’autre part, le logement des animaux.

Le terrain pentu et non aplani par souci d’économie ainsi que les mauvaises conditions météorologiques jouèrent contre les colons et ce n’est qu’à la fin de l’année 1856 que les détenus, quittant leur hébergement provisoire à la pépinière départementale, purent intégrer les nouveaux bâtiments.

Cependant, les travaux de construction obligeant les détenus à subir les chaleurs de l’été dans des lieux désertés par la population locale à cause du paludisme, cette première année fut particulièrement meurtrière. On compta ainsi, sur l’ensemble des quatre derniers mois de l’année 1855, vingt-sept décès parmi les jeunes détenus et en moyenne, pour l’année 1856, chaque enfant passa plus de trois mois à l’infirmerie. Lorsque le 17 août 1856, un enfant décéda sans avoir pu recevoir les derniers sacrements, le directeur de la colonie demanda même au prêtre de passer deux fois par jour à l’infirmerie. Le médecin de la colonie, monsieur Versini, envoyait quant à lui lettre sur lettre à l’administration pour tenter d’endiguer l’inflation des victimes par des recommandations et présentant notamment « comme une question de vie ou de mort » l’ajout de viande aux menus. En effet, les textes réglementant la colonie agricole prévoyaient un régime maigre sans viande pour l’ensemble de la semaine à l’exception du jeudi et des jours de régime gras à savoir le dimanche et les jours fériés.

En janvier 1857, le rapport de la première inspection des pénitenciers de Corse par l’inspecteur général Boitel mit en lumière l’insalubrité des lieux et le ministre de l’intérieur ordonna le transfert des jeunes détenus, pendant les quatre mois les plus chauds, vers des refuges situés sur le plateau de Castelluccio. Cette mesure fut appliquée dès l’été 1857 et la colonie n’eut cette année-là aucun décès à déplorer.

Lorsque Saint-Antoine obtint son autonomie en 1859, une partie des bâtiments de Castelluccio était terminée et l’organisation de la colonie se mit en place autour de trois pôles : Saint-Antoine avec ses bâtiments et magasins de ferme, Castelluccio où se trouvaient l’administration et les quartiers d’été de toute la prison et le domaine de la Pépinière.



Une colonie particulière : la cohabitation des adultes et des enfants


Un autre élément fondamental de la vie dans la colonie correctionnelle, au delà de ses conditions d’insalubrité, c’est la cohabitation de détenus adultes et enfants. En effet, bien que tous les textes de l’époque prônent rapidement une séparation stricte de ces deux populations carcérales, toute la charge des travaux qu’impliquait la colonie ne pouvait raisonnablement peser sur les épaules d’enfants par ailleurs assez jeunes. De plus, la gestion commune dans un premier temps avec le pénitencier de Coti-Chiavari facilita l’utilisation de prisonniers adultes.
Source: La colonie horticole de Saint-Antoine, p.70

Ces hommes étaient majoritairement affectés aux travaux les plus rudes comme l’ouverture des routes ou la confection de murs avec l’aide des enfants mais certains avaient aussi pour mission de rechercher par exemple des sources. D’autres enfin avaient la charge de mission de logistique (boulanger, infirmier, serrurier, charbonnier..) et dirigeaient dans ces tâches des groupes d’enfants placés sous leur autorité.

Cette situation posait la question des contacts entre adultes et enfants d’autant plus vivement qu’en 1859, à Coti-Chiavari, le service des geôles avait connu un cas de pédérastie avéré où la victime, un jeune adulte, avait tenté de se suicider. D’un point de vue moral, cette cohabitation avait aussi ses dangers notamment si l’on considère qu’en 1862, les détenus adultes de Castelluccio se révoltèrent.

Les autres adultes de la colonie constituaient le personnel d’encadrement : des gardiens et des gendarmes. En effet, une circulaire ministérielle du 6 janvier 1855 créa une brigade de huit gendarmes affectée à Saint-Antoine pour aider à la surveillance des détenus et aux recherches en cas d’évasion. Sur place, l’équipe des gardiens comptait dix-sept membres placés sous l’autorité du premier gardien et soumis à un règlement strict qui engageait leur responsabilité personnelle concernant la conduite des détenus qu’ils surveillaient. Ainsi, en cas d’évasion suite à une négligence, les sanctions pouvaient être lourdes mais le sérieux et le zèle permettait aussi l’attribution de primes dont le montant était laissé à la seule appréciation du directeur. Pour leur service, les gardiens étaient tous équipé de sabres de sous-officier de la garde impériale (ou d’une épée de sous-officier pour le premier gardien) et d’un fusil double avec baïonnette (ou d’une paire de pistolet de gendarmerie avec percussion) si le directeur le jugeait nécessaire.

La vie dans la colonie

Les jeunes détenus de Saint-Antoine avaient la mission de mettre en culture des terres qui demeuraient jusque là incultes et ce faisant, d’assurer l’autosuffisance alimentaire de la colonie pour leur propre bénéfice et celui des animaux. Il leur fallut donc s’atteler tout d’abord à des travaux de défrichement de terrains couverts de maquis et descendants en pentes abruptes ainsi qu’à l’assèchement de fonds marécageux puis à la plantations d’arbres, de potager et de prairies. Finalement, les versants trop abrupts de la vallée ne permirent que la plantation de vignes, d’olivier et d’amandier dont les fruits ne seront destinés qu’à la vente. Les potagers quant à eux permirent la production de céréales (orges, seigle, luzerne, trèfle) pour l’alimentation des bêtes (vaches, chevaux, mulets, porcs, poules) ainsi que de pommes de terre, de betteraves, de sorgho et de maïs. Les colons, outre de petites quantités de viande, ne consommaient en effet pour l’essentiel que les produits de leurs récoltes.

Pour aider à la pérennité de ces cultures, les détenus entreprirent aussi des grands travaux comme la mise en place d’un système d’irrigation sur le domaine ou encore la construction des berges insubmersibles pour contenir le ruisseau de Saint-Antoine. Leur réalisation la plus important fut le barrage de Tigiucoli au dessus du pénitencier de Castelluccio. Un ouvrage d’une contenance de 10 000 mètres cube encore utilisé aujourd’hui par les hélicoptères bombardiers d’eau.

La dernière mission imposée aux enfants fut sans doute celle qui fit le plus grand nombre de victimes dans les rangs des colons tant elle les exposait à la maladie et notamment aux fièvres typhoïdes. En effet, la colonie avait besoin d’engrais pour fertiliser les terres arides qu’elle tentait de cultiver et le directeur du pénitencier signa donc une convention avec la municipalité d’Ajaccio afin de s’assurer le ramassage des déchets organiques des animaux mais aussi des habitants de la ville. Chaque matin, une vingtaine d’enfants et trois tombereaux tirés par des mulets parcouraient et nettoyaient les rues et les habitants profitaient de leur passage pour déverser dans les charrettes les seaux hygiéniques de la nuit. En 1861, le contrat ne fut pas renouvelé dans les mêmes conditions car celles-ci furent jugées « trop contraire[s] au but de l’institution des colonies de jeunes détenus » et le ramassage fut effectué par des balayeurs de la ville, les enfants de Saint-Antoine n’assurant désormais que le transport jusqu’à la colonie.


Outre ces travaux, les enfants devaient suivre, selon la loi du 5 août 1850, une instruction élémentaire à raison d’une heure par jour au minimum afin d’acquérir des bases en lecture, écriture et arithmétique ainsi qu’éventuellement en calcul mental, histoire et géographie.


Or ce n’est qu’un an après l’arrivée des premiers enfants, soit en février 1856, que ces cours commencèrent à être donnés non pas par un instituteur mais par l’aumônier et l’inspecteur de la prison au sein des locaux de la pépinière. Il fallut attendre le 7 mai 1858 pour qu’un instituteur soit nommé mais l’homme de trente six ans tomba vite malade et les fièvres l’empêchèrent de mener une action réellement efficace. Il fut remplacé en 1861. Malgré cela, l’illettrisme resta le lot de nombreux enfants.

Enfin, la religion tenait une place très importante dans la vie de la colonie et un prêtre y était exclusivement attaché. Il devait préparer à la communion puis à la confirmation tous les enfants de Saint-Antoine et donnait la messe tous les dimanches et les jours de fête. Il rendait enfin visite aux punis en cellules ou aux malades à l’infirmerie et donnait les derniers sacrements aux mourants.
Considérant cette vie austère et éprouvante ainsi que la discipline inflexible imposée aux enfants, la tentation de l’évasion gagna de nombreux colons qu’aucun mur ne contraignait physiquement. Les évasions furent ainsi nombreuses mais s’apparentaient d’avantage à des escapades de quelques heures qu’à des absences de plusieurs jours. En effet, perdus dans le maquis, ne connaissant ni la région ni la langue et sans le sou, les enfants dans leurs uniformes de détenu ne pouvaient aller bien loin. Les sanctions quant à elles étaient sans appel puisque les enfants qui s’évadaient étaient exclu de toute mesure de libération conditionnelle ou de grâce impériale et pouvaient même, selon la gravité de leurs actes, être déférés devant la justice et finir dans des pénitenciers pour adultes. De plus, dès février 1855, la presse locale publia un « avis administratif » promettant une prime de vingt-cinq francs pour la capture d’un détenu évadé rendant les évasions encore plus difficiles.

La fermeture de Saint-Antoine

Le 29 juin 1866, la colonie correctionnelle horticole de Saint-Antoine ferma ses portes pour devenir une maison centrale de force et de correction pour adultes, le pénitencier agricole de Castellucio. Cette fermeture intervint en raison des problèmes de salubrité encore nombreux dénoncés par un taux de mortalité chez les pensionnaires de 14% pendant les onze années que dura la colonie. 
Au début de l’année 1866, il restait deux cent quatre-vingt-quinze enfants dont cent six furent libérés, onze moururent pendant le premier semestre de l’année et cent soixante-dix-huit furent transférés dans d’autres colonies dont soixante-cinq à la colonie de l’île du Levant. 
Les enfants furent rapidement remplacé par un premier groupe de cent quatre-vingt-seize jeunes hommes rejoint l’année d’après par un contingent de cinq-deux autres prisonniers. L’objectif de l’administration étant de placer une grande partie des détenus de maisons centrales dans des pénitenciers agricoles. 
Le pénitencier de Castelluccio fut supprimé le 30 janvier 1907 et après être resté inoccupés, les bâtiments servirent de lieu de détention pour des prisonniers de guerre allemands pendant la première guerre mondiale. 
En 1919, l’Ecole d’Agriculture de la Corse fut crée et installée dans les locaux et sur le domaine de Castellucio mais la structure se révéla rapidement être un échec. 
 Carte postale de l’Ecole d’Agriculture
Sourcehttp://www.castelluccio.fr/spip.php?article22
Laissées à l’abandon, les deux entités du domaine que sont le pénitencier de Castellucio et la colonie Saint-Antoine vont connaître des destins totalement différents. Alors qu’en 1974, l’ancien pénitencier est détruit afin de construire les bâtiments du Centre Hospitalier Départemental de Castelluccio, le site de Saint-Antoine devient, à partir des années soixante, une décharge atteignant quelques décennies plus tard la taille de douze hectares sur une hauteur de cent vingt mètres. Ainsi, alors que certaines parties basses des bâtiments du vieux pénitencier sont encore visibles, il ne reste de Saint-Antoine que des ruines éparpillées dans le maquis et les vestiges de son cimetière perdu dans les détritus. Cependant, des travaux de réhabilitation du site entrepris en 2004 et terminés en octobre 2013 laisse entrevoir un futur plus clément pour le site. 
Partie basse d’un ancien bâtiment de Castellucio
Ancien bâtiment de Saint-Antoine
Source: La colonie Horticole de Saint-Antoine, p.176 et 178




























Source: T.1 du Bagne de la honte

La littérature s’est aussi emparée du sujet sous le stylo et la plume du scénariste Frédéric Bertocchini et du dessinateur Eric Rückstühl. Les deux hommes ont réalisé, en bande-dessinée, une série en deux tomes (T.1 : Castellucciu / T.2 : Francesca) intitulée Le bagne de la honte retraçant l’itinéraire de six jeunes garçons envoyés à Saint-Antoine pendant le second Empire. Le lecteur suit particulièrement le destin d’un jeune breton, Joachim Evain et de son ami Antoine Teurice, le narrateur, à travers les épreuves que leur impose la dure vie du pénitencier. Bien que laissant place à une vision romancée de la vie de ces personnages, les ouvrages sont fondés sur des recherches historiques et une documentation précise qui en fait un vecteur très crédible d’un patrimoine et d’une histoire un peu oubliés aujourd’hui.


Retrouver ici l’interview de Frédéric Bertocchini par le Journal de la Corse

Bibliographie et ressources en ligne 

René Santoni, La colonie horticole de Saint Antoine : le bagne pour enfants d’Ajaccio sous le second Empire, Auto-Edition, Mérignac, 2008

Frédéric Bertocchini et Eric Rückstühl, Le bagne de la honte (T.1 et T.2), Editions DCL, 2011