A Sainte-Ménéhould, la première prison cellulaire de la IIIe République

Il ne reste aujourd’hui qu’un parking en lieu et place de cette prison, la première construction sur un mode cellulaire de la IIIème République. Les informations sur cet établissement – cette minuscule prison selon l’expression de l’historien Nicolas Derasse – ouvert en 1878 sont rares. Le Petit Journal de Sainte-Ménéhould lui consacra un article. Les rapports de la Société générale des prisons et du Conseil général des prisons des années 1879-1880 évoquent brièvement les premières constructions et aménagements cellulaires impulsés par la loi de 1875 ( ils sont conservés et mis en ligne sur le site de la médiathèque Gabriel Tarde). Ce texte recommandait des régimes cellulaires de séparation dans les maisons d’arrêt et de correction pour les prévenus et les détenus condamnés à de courtes peines. On sait les difficultés des départements qui géraient ces maisons à construire selon les prescriptions ministérielles.



La prison jouxtait le Palais de Justice et ne comportait, au delà de sa façade, qu’une aile de trente cellules. Dans le bâtiment donnant sur la rue et représenté sur la carte postale, des pièces servaient au personnel et deux cellules étaient réservées aux femmes. Les cellules des hommes étaient réparties sur trois niveaux. A l’extrémité de l’aile, trois promenoirs cellulaires furent aménagées. Peu après la construction de la prison, on aménagea une chapelle-cellulaire pour les cérémonies religieuses et les conférences morales. Dès 1878, les détenus furent pourvus de capuchons lors de leurs déplacements. En janvier 1879, 19 hommes et une femme étaient incarcérés. Selon un rapport de cette époque, les récidivistes avaient du mal avec ce régime de détention, les détenus primaires s’y conformaient. Dans les cellules les prisonniers confectionnaient des chaussons et des nattes de jonc, destinées aux lits de fer. L’hygiénisme avait également présidé à cette construction, becs de gaz dans les cellules, chauffage par des calorifères et bassins d’aisance. Les femmes raccommodaient du linge et tricotaient.




La prison fut désaffectée en 1921, cédée par le département à la ville en 1948, puis détruite.