Le futur Mémorial du camp de Rivesaltes

Photographie Jean-Claude Vimont, 2008
Photographie Jean-Claude Vimont, 2008

En 2015, devrait ouvrir sur le site de l’ancien camp d’internement de Rivesaltes un Mémorial. la liste des personnes internées explique les enjeux de mémoire difficiles autour de ce camp pourvu de baraques en fibrociment, dont certaines subsistent encore. Il y eut d’abord des Espagnols après la défaite du camp républicain, puis des ressortissants étrangers réfugiés en France, notamment des Juifs étrangers internés en vertu de l’acte dit loi du 4 octobre 1940, des tsiganes, puis en 1942 camp de rassemblement des juifs arrêtés en zone libre ( le « Drancy de la zone libre », selon l’expression de Serge Klarsfeld), après la Libération, il reçut des épurés internés administrativement, des prisonniers de guerre allemands et italiens, pendant la guerre d’Algérie et dans les années qui suivirent, des partisans du FLN, puis des harkis et d’autres coloniaux réfugiés en France, enfin des étrangers clandestins. Les stèles commémoratives abondent à l’entrée de ce camp, juxtaposées comme autant de mémoires en concurrence.

Photographie Jean-Claude Vimont, 2008
Photographie Jean-Claude Vimont, 2008
Photographie Jean-Claude Vimont, 2008

Photographie Jean-Claude Vimont, 2008

Photographie Jean-Claude Vimont, 2008

Le site fut tardivement inscrit à l’inventaire des monuments historiques car la décision n’intervint qu’en 2000. 


Photographie Jean-Claude Vimont, 2008
Photographie Jean-Claude Vimont, 2008
Un commentaire sur cet article incite à présenter ce lien, le fruit d’un beau travail sur le camp de Rivesaltes : http://www.nicoleberge.com/NicoleBerge.com/savoir1.html


4 réponses

  1. Anonymous dit :

    Travail effectué par l'association Calidées :
    http://www.nicoleberge.com/NicoleBerge.com/savoir1.html

  2. LOUANCHI dit :

    HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net – Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) – Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone…émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

  3. J-CV dit :

    J'ai intégré le lien que vous offrez à l'article. Si vous souhaitez enrichir le blog, nous accueillons bien volontiers vos recherches personnelles

  4. J-CV dit :

    Nous allons mettre un lien au sein de l'article avec votre témoignage