F… Frontenay-sur-Dive, un crime presque parfait à la Bizardrie

C’est par cet article que tout a commencé. ▲ clic sur l’image pour l’agrandir

Vers 1970, la découverte, dans un vieux dictionnaire familial, d’un article de journal soigneusement découpé, sans date de référence et passablement jauni, m’interpelle.

– « Maman, c’est quoi? »
– « Tu connais pas, c’est l’article qui parle de Pierre Lestin, une sombre histoire dans la commune. Ça a fait beaucoup de bruit à l’époque. »

Ainsi commence pour moi le récit d’une affaire qui intrigue encore mon village natal. J’ai conservé une copie de ce document et le hasard de recherches généalogiques m’amène de nouveau, 80 ans après cet épisode, à enquêter sur cette affaire, même si la mémoire transmise peut être fragile. A partir des journaux de cette période-là, de témoignages de personnes proches, aujourd’hui disparues ou encore de ce monde en 2018, toutes vivantes au moment des faits, il est assez facile de reconstituer les événements. Par contre, il est plus difficile d’élucider les mystères évoqués par certains et encore moins de faire taire la rumeur, à moins que ce ne soit la réalité…

Le 15 décembre 1938, Frontenay-sur-Dive, paisible localité du nord-ouest de la Vienne, se réveille dans la stupeur. Pierre Célestin CORVAL, dit Pierre Lestin et son épouse Germanie, née THOMAS, sont retrouvés morts dans leur domicile de la Bizardrie ! C’est un proche, André, qui a prévenu la gendarmerie et à la découverte des corps, le suicide est l’hypothèse la plus probable…

Pour en savoir plus lire l’article publié le 7 novembre 2018 par sur le site http://herage.org/blog/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.