Le quartier allemand de la prison de Loos-lès-Lille d’après le témoignage d’un prêtre

Dans le cadre des débats sur le devenir de l’établissement pénitentiaire de Loos-lès-Lille, le sort des Français incarcérés et torturés dans la prison fut un argument avancé par les historiens et les associations pour préserver les bâtiments. Grâce à Christian Carlier, l’histoire de ce site carcéral est désormais bien connu. On peut consulter ses articles sur le site Criminocorpus.


En 1945, le curé de Wavrechain-sous-Denain publia son témoignage. Joseph Jaffrezo avait subi une soixantaine de journées d’incarcération dans le quartier allemand de la prison en 1944. Le témoignage ne portait pas de nom d’auteur en couverture et le livre, certainement publié à compte d’auteur, était en dépôt chez le curé de cette petite paroisse industrielle du Nord.
Ce petit livre est précieux à plus d’un titre. Il offre quelques tableaux de l’exode, notamment il cite à plusieurs reprises les pillages qui accompagnèrent la débâcle. Il n’est guère élogieux pour l’armée française, pointe des manifestations d’anticléricalisme et ne se montre pas vraiment républicain. Il accuse la longue déchristianisation du pays ( « depuis un siècle et demi »), s’en prend aux hommes politiques de la IIIe république et lors d’un interrogatoire devant la police allemande il semble rendre les francs maçons et les juifs responsables de la défaite. Ce curé d’origine bretonne, ancien combattant de 14-18, gazé en 1916, recommandant à ses paroissiens de vivre sans contact avec l’Occupant, est arrêté pour avoir célébré une messe à la mémoire d’un aviateur allié abattu le 22 juin 1944. ce qui donna lieu à des manifestations patriotiques ( le dimanche 2 juillet 1944).




Il est donc conduit par des feldgendarmes dans le quartier allemand de la prison de Loos-lès-Lille : « Un barrage de « pétains », un barrage de gendarmes français, des briques, des gravats, des ruines ( il y a eu un bombardement terrible le premier avril). Après deux ou trois virages, on pénètre dans la cour. je monte quelques marches et entre dans la prison. Un long couloir. Deux gardiens français me saluent d’un cordial « Bonjour, monsieur l’Abbé ». Mes compagnons de route me poussent dans un vaste hall.Une porte s’ouvre et je vois toute la perspective de la « Prison Militaire allemande » de Loos : un immense vaisseau, la quille en l’air. En bas, à droite et à gauche, des portes bardées de efr avec des numéros et des inscriptions en allemand. Un escalier en face, donne accès au premier étage, et, continuant sa course, au deuxième étage. »
Il est placé dans une cellule d’attente :  » Imaginez un rectangle de 5 mètres de long sur 2 m 50 de large. A droite une tablette scellée dans le mur avec un tabouret qu’une grosse chaine empêche de servir, à l’occasion, de massue. A gauche les waters et, à côté, le robinet de conduite d’eau. Plus haut, trois paillasses sont jetées négligemment les unes sur les autres. L’éclairage vient d’un vasistas dont le châssis est presque complètement fermé. L’air sent le moisi. le soleil ne doit pas risquer ses rayons dans ce taudis… »
Il est ensuite conduit au greffe où une grande enveloppe reçoit ses effets personnels, puis à l’infirmerie pour une visite médicale par un infirmier. Il touche deux couvertures, une gamelle et une cuiller. Il est affecté à la cellule 116, au second étage, déjà occupée par six jeunes gens dont des résistants condamnés à mort.
Il décrit la circulation des informations au sein de ce bâtiment cellulaire par les coups frappés sur les conduites d’eau. Il évoque les petits miroirs glissés dans les portes qui préviennent des rondes. Plusieurs passages permettent d’appréhender la vie quotidienne. Le soir, les détenus doivent se déshabiller et sortir leurs vêtements et chaussures à l’extérieur de leurs cellules. Les détenus font leur toilette tôt le matin car l’eau est fréquemment coupée. Ils doivent nettoyer leurs cellules, attendent les distributions de café, de pain, de soupe par les « calfacteurs » munis de leurs charriots. des soupes supplémentaires sont prises en charge par la Croix-rouge et l’abbé ne se plaint jamais d’un manque de nourriture. Les colis alimentaires des familles n’étaient pas acceptés, mais le mardi et le vendredi des colis de linge et de tabac étaient autorisés. Une ou deux fois par semaine, plusieurs cellules descendaient dans une étroite cour de promenade, avec une obligation de silence qui n’était guère respectée.
Instructions, tortures ont lieu au sein de la prison. Des détenus reviennent tuméfiés des interrogatoires. D’autres quittent leurs camarades et sont fusillés. L’auteur mentionne les tâches de sang sur la table et les murs des salles d’interrogatoire. 
Les études des quartiers allemands des prisons de l’Occupation menées par des universitaires sont très rares. Les témoignages des enfermés sont donc fort précieux. La mémoire des lieux et leur histoire ne peuvent que gagner à leur lecture.