Le devenir des anciennes prisons de Lyon

Les vieilles prisons Saint-Paul et Saint-Joseph à Lyon furent partiellement démolies à la fin de février 2013 pour laisser la place à des logements sociaux, au siège de l’association Habitat et humanisme et au campus de l’Université catholique. 

Photographie FR3 Rhône-Alpes

Photographie du site Réforme

La prison Saint-Joseph avait été imaginée par l’architecte Louis-Pierre Baltard, père du constructeur des halles métalliques parisiennes, dès la Restauration en application des idéaux philanthropiques de la Société Royale des prisons. Il avait conçu la prison Saint-Lazare à Paris qui faisait alors figure de prison modèle avec ses quartiers séparés et ses cours plantées. La prison achevée en 1831 était ainsi conçue : « (…) six ailes réservées aux détenus partant d’une zone centrale où s’élèvent les bâtiments administratifs, les parloirs et une chapelle. Les bâtiments sont reliés par des galeries et des coursives à l’air libre, qui donnent à l’ensemble néoclassique un air de forum ou de cloître. L’architecture se veut aussi hygiéniste, favorisant la circulation de l’air et un bon ensoleillement. Elle permet aussi de répartir les prisonniers en fonction de l’importance des délits. Une aile est notamment réservée aux condamnés pour dettes. »

La prison Saint-Paul fut construite en 1860 sur les plans de l’architecte Antonin Louvier. Prison de forme rayonnante, située près de sa voisine dans le quartier de Perrache, elle hébergea des prisonniers jusqu’en 2009.


Photographie provenant du site Actualité de la peinture

Le site de FR3 Rhône-Alpes exposait début mars 2013 ce qui allait être détruit et ce qui allait être conservé, le tout sous la surveillance d’un architecte des monuments historiques :  » Des bâtiments originaux, où se mêlent la pierre dorée du Beaujolais, la pierre rose de Tournus et la pierre blanche de Villebois, ne seront conservés qu’une partie, essentiellement le mur d’enceinte et le porche d’entrée face au Rhône, une seule des six ailes de détention et toute la partie centrale. En revanche les galeries et les coursives reliant entre eux les bâtiments seront restaurées à l’original, agrémentées en leur centre de cours et de jardins. Des fresques et des peintures réalisées par des prisonniers, parmi lesquels Didier Chamizo, aujourd’hui peintre reconnu, seront également préservées. Aujourd’hui propriété de l’université catholique de Lyon, Saint-Paul fait également l’objet d’un projet de réhabilitation destinée à accueillir le campus urbain de la nouvelle université catholique. »
L’originalité lyonnaise réside dans ce mixte entre conservation/ réhabilitation et destruction de bâtiments vétustes.