Eysses : de l’abbaye bénédictine au centre de détention par Stéphanie Desroche

L’évolution des mentalités à partir de la Révolution française et tout au long du XIXe siècle concernant le régime des peines est concomitante avec une transformation progressive de la prison. Il n’est plus question de punir par le supplice mais par la privation de liberté à laquelle s’ajoute au XIXe siècle la volonté de permettre au prisonnier de s’amender par le travail, comme dans les workhouses anglaises ou dans les colonies agricoles pour adultes de Hollande. Toutefois, même si le changement s’amorce pendant la Révolution française, les financements font défaut et il faut attendre les années 1820 pour qu’une réelle action soit menée en ce sens. C’est pourquoi les établissements pénitentiaires occupent souvent des bâtiments de l’Ancien Régime laissés à l’abandon comme les édifices religieux. Selon la nature des prévenus, il existe plusieurs catégories d’établissements pénitentiaires : le dépôt de sûreté est prévu pour accueillir les individus en détention provisoire, les condamnés pour une courte durée sont envoyés dans des maisons de justice et de correction et enfin les maisons centrales prennent en charge les détenus de longue durée. Ce dernier type de prison nécessite des moyens financiers importants et donc ne prend réellement son essor qu’à partir de 1817, lorsque l’Etat prend à sa charge l’attribution des bâtiments. Ainsi le premier quart du XIXe siècle voit l’ouverture de grandes maisons centrales souvent dans d’anciennes abbayes comme à Fontevraud, à Clairvaux ou encore à Loos.

 

La maison centrale (1803-1895)

La maison centrale d’Eysses est située dans le Lot-et-Garonne dans le quartier historique de Villeneuve-sur-Lot. Elle est installée sur un ancien site gallo-romain sur lequel a été construite une abbaye bénédictine au Ve siècle, nationalisée le 2 novembre 1789 et vendue aux enchères.

 

 
Représentation de l’abbaye d’Eysses, XVIIe siècle
 
Le conseil général de Villeneuve-sur-Lot et les députés du Lot-et-Garonne s’associent pour sauver l’édifice menacé de destruction et adressent une demande d’intervention à l’Etat afin que le bâtiment soit réservé à des activités d’intérêt général. Ainsi, l’arrêté du 16 fructidor an 12 dispose que les bâtiments sont affectés à la détention de prévenus, condamnés par les tribunaux du sud-ouest mais c’est le décret impérial du 16 juin 1808 qui en fait une maison centrale. Malgré l’agrandissement du site avec la destruction du cloître, de la chapelle et de la salle capitulaire, les aménagements restent médiocres : il n’y a pas de locaux pour le personnel, ni d’espace de stockage pour les ateliers et le lieu ne peut accueillir que six cents détenus. Les ateliers servent en même temps de dortoirs et leur étroitesse permet aux détenus de réaliser uniquement de petits travaux comme le filage à la quenouille. Deux nouvelles ailes sont ajoutées afin de séparer les criminels des détenus correctionnels et un chemin de ronde ainsi qu’un mur d’enceinte sont construits. La centrale dispose d’une trentaine d’ateliers mais ceux-ci restent de faible ampleur. Le plus important est celui de la « tisseranderie » de coton qui occupe 200 détenus. Malgré le transfert des deux-cents femmes détenues de Eysses à la prison de Cadillac en 1822, le manque de place reste un problème récurrent puisque l’établissement prévu pour six cents personnes en accueille le double.
Le fonctionnement de la centrale est encadré par un règlement, approuvé par le préfet et le ministre de l’Intérieur, qui détermine la vie quotidienne des prisonniers : emploi du temps, interdictions, punitions, discipline dans les ateliers. Une journée type comprend deux heures pour les repas, l’hygiène ainsi que la promenade et les treize heures restantes sont consacrées au travail. Le dimanche, jour où tombe la paye, n’est pas travaillé.
Le travail dans les centrales est régit par un système original : l’administration pénitentiaire veille à la discipline mais le travail est confié par un entrepreneur privé. Les conditions de travail misérables des détenus sont régulièrement dénoncées dans les rapports du directeur et de l’inspecteur de la centrale. Les détenus reçoivent une rétribution pour leur travail mais une fois que les parts qui reviennent à l’Etat et à l’entrepreneur ont été prélevées, ce qu’il reste au détenu, c’est-à-dire un dixième en 1844, et qui constitue son pécule est bien maigre. Employer un prisonnier revient moitié moins cher qu’employer un ouvrier, ce qui entraîne une concurrence déloyale entre les entreprises situées à proximité des maisons centrales.
En ce qui concerne la discipline, les sanctions peuvent aller de la retenue sur salaires, de l’interdiction de promenade ou de la restriction de nourriture à la mise au cachot (le règlement de 1810 précise « qu’il pourra se prolonger de douze heures à six mois »). Il s’agit de cellules appelées « cages à poule » qui mesurent 1,50 m sur 2 m et comportent des cloisons en claire-voie. Le terme de cage à poule fait référence au quartier de la Ménagerie à la prison Saint-Lazare à Paris, réservé aux prostituées. Le mobilier est sommaire, il ne comprend qu’un lit et un matelas. Ces cages à poule ne seront officiellement supprimées qu’en 1975.

 

 

Colons devant les cages à poules, 1930
Le règlement interne se durcit avec la circulaire du 10 mai 1839 qui impose de nouvelles dispositions disciplinaires comme l’interdiction du tabac, le travail forcé ou l’instauration du silence. Les punitions les plus excessives sont les fers, les menottes et la camisole de force. A partir de 1842, des tribunaux internes aux maisons centrales appelés prétoires de justice sont mis en place pour juger les détenus ayant manqué au règlement intérieur. La moitié des infractions concernent la violation de la règle du silence alors que le reste des infractions est partagé entre les vols et les violences. Selon le règlement de 1810, le prisonnier doit faire acte de soumission avant de pouvoir plaider sa cause, seul face à l’ensemble de l’administration. Pour les détenus ayant eu un comportement exemplaire, les récompenses sont soit d’ordre financier avec l’attribution d’une gratification, soit le détenu bénéficie d’une sorte « d’évolution hiérarchique » qui lui permet de diriger un groupe de travailleurs, d’être aide-soignant à l’infirmerie ou aide-surveillant.

La colonie correctionnelle (1895-1940)

Les colonies correctionnelles pénitentiaires ont été instituées par la loi du 5 août 1850 relative à l’éducation et au patronage des jeunes détenus dont l’article 10 précise la nature des détenus : « les jeunes détenus condamnés à un emprisonnement de plus de deux années » et « les jeunes détenus des colonies pénitentiaires qui auront été déclarés insubordonnés. » Lorsque cette loi est promulguée, il existe déjà un certain nombre de colonies pénitentiaires, gérées surtout par des personnes privées. Il faut donc attendre 1895 pour que la première colonie correctionnelle pour mineurs ouvre à Eysses dans l’ancienne maison centrale.

 

 
Ateliers, 1920
Contrairement aux colonies pénitentiaires, Eysses est destinée à l’accueil des mineurs condamnés aux plus lourde peines, elle représente le dernier maillon de la chaîne carcérale des mineurs. La discipline y est donc très stricte, il s’agit de « mâter » les fortes têtes. Le manque de nourriture, d’hygiène, les violences quotidiennes entre colons ou perpétrées par les gardiens rendent les conditions de vie extrêmement difficiles, si bien que de nombreuses révoltes ont émaillé l’histoire de la colonie. L’entre-deux-guerres, marquée par une importante crise financière, rend ces conditions de vie encore plus misérables puisque l’Etat refuse d’augmenter les subventions et le prix de journée des colons alors que l’inflation ébranle sérieusement le budget de l’établissement. Afin d’effacer le caractère pénal de la colonie, le décret du 31 décembre 1927 transforme la colonie correctionnelle en Maison d’Education Surveillée (MES) mais cette législation est qualifiée de « réforme sur le papier » car le nom change mais dans les faits, le fonctionnement reste le même. De plus, Eysses n’est pas entièrement concernée par la réforme puisque le décret précise « Maison d’Éducation Surveillée d’Eysses – quartier correctionnel ». Dans les années 1930, une campagne de presse portée par le journaliste de Paris-Soir Alexis Danan dénonce régulièrement le sort infligé aux enfants détenus dans les colonies pénitentiaires et correctionnelles, entraînant la fermeture d’établissements comme la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray en 1937. Cette même année, « le scandale d’Eysses » va attirer le regard de la population sur le sort des jeunes détenus. Un colon de 19 ans, Roger Abel, est mort à l’hôpital d’Agen le 1er avril 1937 après avoir été astreint au pain et à l’eau pendant cent-cinquante jours. Suite à cette affaire, le Garde des Sceaux Marc Rucart, qui a tenu à visiter la colonie lui-même, annonce la réforme des maisons de correction. Pourtant, il faudra encore trois ans à l’administration pour fermer définitivement la colonie.

La prison politique (1940-1945)

Alors que le nombre de prisonniers avait nettement diminué depuis la IIIe République, il va tripler en l’espace de cinq ans puisque de 18 000 personnes incarcérées dans les prisons françaises en 1939, on passe à 59 000 en 1944. Cette inflation de la population carcérale est liée à une surenchère de la répression de la part du régime de Vichy qui cherche à asseoir son autorité et sa légitimité. Aux droits communs s’ajoutent les internés administratifs détenus sans avoir été jugés et les prisonniers politiques qui sont jugés dans les sections spéciales. Il s’agit de tribunaux d’exception créés par la loi du 14 août 1941, dépendant des tribunaux militaires en zone libre puis des Cours d’appel. Ces tribunaux spécialisés sont chargés de réprimer avant tout les activités anarchistes et communistes et par la suite s’élargissent à toutes les activités liées à des actes de résistance. Ces juridictions témoignent de l’arbitraire du régime, il n’y a pas d’énonciation des motifs et il s’agit d’un jugement en dernière instance, aucun recours n’est donc envisageable. De même, le décret-loi du 18 novembre 1939 relatifs aux individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité instaure une réclusion presque systématique ou un transfert dans un des centres surveillés qui serviront à alimenter les camps de concentration par la suite. La vie dans les prisons françaises est donc modifiée et ne répond plus à une logique d’amendement du détenu mais seulement à sa détention.
A partir du 11 novembre 1942, il n’y a plus de zone libre, le sud de la France vit donc à son tour à l’heure allemande. Afin de réduire le nombre d’évasions, depuis le 9 septembre 1943, les prisonniers politiques sont regroupés dans des maisons de concentration. Ainsi la circulaire du 26 octobre 1943 signée par René Bousquet, secrétaire général de la police, regroupe les mille deux cents prisonniers politiques condamnés par les sections spéciales du sud de la France (Lyon, Narbonne, Montpellier et Saint-Etienne) à la centrale d’Eysses. Ceux-ci arrivent les 15 et 16 octobre par le « train de la Marseillaise » et les derniers mineurs présents dans l’établissement sont alors transférés à Aniane.
Toutes les législations qui émanent du gouvernement, particulièrement discriminatoires envers les prisonniers politiques, sont plus ou moins appliquées en fonction du directeur de la prison. Nommé par le Ministre, il est en charge de la maison centrale mais aussi d’une circonscription qui comprend plusieurs prisons départementales et son pouvoir est presque absolu. C’est Jean-Baptiste Lassalle qui est directeur au moment où les prisonniers politiques arrivent à Eysses mais il est est limogé car considéré trop conciliant. Il est remplacé par Joseph Schivo, milicien et ami personnel de Joseph Darnand, secrétaire général au maintien de l’ordre.
Les conditions de détention sont précaires : on enregistre sept à huit décès par mois, la loi du silence est toujours en vigueur, la nourriture est insuffisante et les prisonniers souffrent du froid et de la tuberculose. Ces conditions deviennent encore plus précaires pendant la guerre surtout dans les années 1941-1942. L’administration pénitentiaire ne dispose pas d’aide de la part du gouvernement de Pétain donc elle recourt à des associations caritatives comme le Secours National et la Croix Rouge ou aux familles des détenus par l’envoi de colis. Lorsqu’ils arrivent à Eysses, les prisonniers politiques s’unissent pour arracher à l’administration pénitentiaire des améliorations des conditions de vie, organisent une solidarité alimentaire et bénéficient du soutien de la population locale.
Qu’ils soient résistants ou seulement réfractaires au STO, les détenus organisent un réseau clandestin à l’intérieur de la prison et se regroupent au sein du Collectif des détenus dans lequel ils élisent des délégués chargés de négocier avec l’administration pénitentiaire. Cette action collective leur permet d’obtenir un certain nombre d’avantages comme la suppression de la règle du silence, l’autorisation du tabac, l’affectation d’espaces aménagés en salle d’études, l’acquisition d’instruments de musique et d’une scène de théâtre gérée par une commission des loisirs.
Derrière l’organisation officielle se cache une organisation clandestine qui, avec l’aide du personnel de la prison et de la population locale, organise une évasion collective permettant à 54 prisonniers de s’évader le 3 janvier 1944. Après ce coup d’éclat, la direction de la centrale passe entre les mains de Joseph Schivo, qui renforce le système de surveillance et remplace le personnel par des miliciens. Les prisonniers tentent une nouvelle fois de s’évader le 19 février 1944, prenant en otage le nouveau directeur d’Eysses, mais finissent par se rendre après treize heures de combats. Douze détenus sont jugés dans des cours martiales expéditives composées de jurés miliciens et fusillés le 23 février. Le mur des fusillés est aujourd’hui inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

 

 
Premières commémorations devant le Mur des fusillés en 1945
Quant aux autres détenus, ils sont remis à la division SS Das Reich qui les transférera à Dachau trois mois plus tard, où 400 d’entre eux périront. Symboliquement, à la Libération, la centrale accueille les détenus condamnés pour des faits de collaboration.
 
Livraison des prisonniers aux Allemands, 30 mai 1945
Les anciens détenus politiques se sont fédérés en association dès leur retour de déportation et depuis sont à l’origine de nombreuses réalisation concernant la mémoire du site. La maison centrale d’Eysses, toujours en activité aujourd’hui, connaît une dernière vague d’insurrections en 1974, lorsque les détenus incendient une partie des bâtiments. La centrale prend alors l’appellation de centre de détention, c’est-à-dire un établissement en charge des détenus qui présentent les meilleures perspectives de réinsertion.
 
Sources :
Corinne Jaladieu, La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, Paris, L’Harmattan, 2007
Corinne Jaladieu. Eysses. Une prison dans la Résistance (1940-1944). Exposition, Criminocorpus [En ligne] publiée le 14 octobre 2010, consultée le 14 avr. 2014.
URL : https://criminocorpus.org/expositions/241/
http://www.enap.justice.fr/files/lelien3.pdf
http://www.museedelaresistanceenligne.org/eysses/fr/accueil
http://www.cndp.fr/crdp-creteil/index.php/component/ressources/?task=view&id;=30
http://enfantsenjustice.fr/spip.php?article161&idst;=oui&id;=img
http://www.eysses.fr/