« Lou Barri Lonc » ou le bagne de Nice par Marion Maureille

La construction du bagne de Nice s’étend de 1748 à 1752 et peut enfermer environ 200 forçats qu’il s’agit de loger au plus près de leur lieu de labeur : le futur Port Lympia dont les travaux débutent en juillet 1750.
Le Royaume Piémont-Sarde constitué des Etats de Savoie, dont font partie la Sardaigne et une partie de l’actuelle région Provence-Alpes-Côte d’Azur, désire depuis longtemps une ouverture maritime. Le site des Ponchettes, sur lequel s’étaient succédés plusieurs projets, est abandonné. La rade de Villefranche quant à elle est dédiée à la marine militaire avec le port de la Darse et son arsenal.
Ainsi en 1749, le roi Charles Emmanuel III décide la construction du port dans les marécages Lympia. Le projet est ambitieux et coûteux : il s’agit de concevoir dans cette plaine un port artificiel en y creusant un puis deux bassins, d’y créer un arsenal, des quais et enfin tout un quartier. La construction va s’échelonner sur un siècle et demi.
La plupart des forçats employés à la construction du port Lympia sont déportés de Villefranche qui subit dans les même années de grands travaux d’urbanisme, un bagne y sera également érigé en 1769.

 

Royaume Piémont-sarde, 1843

 

Plan du nouveau port de Lympia, De Vincenti et Borra

Constructions de l’établissement

Le bâtiment d’origine n’est constitué que d’un long mur de pierres de taille (« Lou barri lonc », le long mur) fermé par d’imposantes portes en bois barrées d’immenses verrous.
Les pierres utilisées sont les ruines de l’ancien château de Nice dont Louis XIV a ordonné la destruction en 1706.
Les deux pavillons de deux étages, dont un est surmonté d’un clocheton pour la chapelle, sont élevés en 1840.

 

Élévation de la façade, 1841

L’ancien bagne avant restauration

L’ancien bagne après restauration

 

 

Quelle patrimonialisation ?

L’utilisation du bagne se prolonge jusqu’en 1851, date de la suppression du port franc. On transfère les derniers détenus en 1887 à la nouvelle maison d’arrêt, toujours en service à ce jour.
La maison d’arrêt de Nice, aménagée dans un bâtiment du XIXe siècle, a été mise en service en 1887. Sa superficie totale est de 23 218 m². Situé en centre ville, l’établissement est entouré d’immeubles de logement. La maison d’arrêt de Nice fait partie des plus vétustes de France.

 

 

Avant de parler de réelle patrimonialisation, on distingue plusieurs phases de reconversions que l’on pourrait qualifier d’utilitaristes : la nouvelle administration transforme en 1860 l’établissement en caserne. Elle est ensuite récupérée en 1899 par le Génie, puis par l’artillerie en 1924. Les services des Ponts et Chaussées en prennent possession à partir de 1935.
Le bâtiment est même amputé en 1937, le bâtiment sud est démoli pour agrandir le terre plein et faciliter l’accès au quai du Commerce.
Aujourd’hui, seul perdure le pavillon nord avec son clocheton et la « galerie ». La prise de conscience de l’importance patrimoniale du bâtiment est rigoureusement datée : le 16 septembre 1943, le bâtiment est protégé par une inscription au titre des monuments historiques, rendant ainsi obligatoire l’autorisation avant une quelconque intervention sur le bâtiment. Le bâtiment est aujourd’hui propriété de l’Etat, des travaux de réhabilitation ont été engagés en février 2010 sur les façades, fenêtres, toiture et abords proches. Trois entreprises ont été chargées d’effectuer des travaux électricité, de plomberie et de ventilation et l’installation d’un élévateur.
La construction abrite désormais la subdivision maritime de la DDE, une antenne de la CCI, la société nationale de secours en mer, le Yacht club de Nice et l’association des pointus de Nice.
Bibliographie et outils :
Maurice BORDES et alii, Histoire de Nice et du pays niçois, 1976, éd. Edouard Privat, Toulouse.
Mathilde FOUCHE, Prisons : reconversion et valorisation du patrimoine carcéral, 2010, Université de Rouen IRED documentation
Avis pour la réhabilitation de la caserne Lympia
« L’ancien bagne du port de Nice » par Edmont Rossi (ici)
Ville de Nice: Les ports de Nice
PatrImage / Drac Paca
Article Wikipédia