L’ancienne prison de Pontaniou : un bâtiment à réhabiliter par Séverine Auguste

Sur les rives de la Penfeld, face aux ateliers des Capucins se dresse un bâtiment des plus connus de Brest et de triste réputation pour certains. L’ancienne prison de Pontaniou, également appelée bâtiment de la Madeleine, est située dans le quartier Recouvrance, le berceau de la Marine à Brest. 

C’est au XVIIe siècle que se noue le véritable destin militaire et urbain de Brest. Lorsque Richelieu décide, en 1629 de créer des ports militaires et des arsenaux sur la façade atlantique pour protéger les bateaux de commerce et faire du royaume une puissance maritime susceptible de rivaliser avec les concurrents, en particulier les Anglais. Pendant trente ans, les chantiers se succèdent pour agrandir l’arsenal, achever de fortifier le site et créer une véritable ville nouvelle, une zone militaire de première instance pour le royaume de France. 

C’est à travers ce contexte que se développe la prison de Pontaniou qui deviendra une prison maritime voulu comme exemplaire.

Configuration actuelle, Daniel Larvor, janvier 2010

La prison de Pontaniou : un lieu marqué par la puissance maritime


Une maison de correction 
L’histoire du lieu remonte vers 1670, lors de la création d’un asile nommé la Madeleine, au creux de la crique de Pontaniou, fondé et dirigé par des religieuses de Saint-Thomas-de-Villeneuve. A l’instigation de Colbert, en 1682, cet asile devient une maison de correction pour les « filles et femmes débauchées », selon Prosper Jegan Levot, conservateur de la marine à Brest (de 1831 à sa mort), afin de lutter contre la prostitution. On le nomme le Refuge Royal de la Marine car cet asile était sous l’autorité de l’intendant de la Marine et sanctionnait particulièrement la prostitution auprès des marins et soldats. En effet, les juges royaux signalent en 1683 l’ampleur inquiétante de la prostitution au Parlement « un nombre considérable de femmes impudiques causent beaucoup de désordre parmi les matelots et soldats de ce port par leurs maladies et leur débauche ». Il pouvait contenir entre 20 à 40 détenues qui pouvaient être donc des prostituées mais également des jeunes filles égarées, des libres penseuses et des femmes engagées. La conception du Refuge Royal, sur l’actuel terrain de la Madeleine, est confiée à Choquet de Lindu, ingénieur des travaux du port qu’il dessinera en 1736.



© Daniel Larvor, janvier 2010

Encadrées par les sœurs qui gèrent l’établissement, les femmes condamnées sont marquées de la fleur de lys au fer rouge sur la place publique avant d’être enfermées et exploitées, notamment pour le tannage des voiles. 

Le Refuge royal est détruit par un incendie en 1782, initié par une femme rebelle dite « la Belle Tamisier » qui y déclare avant d’y mettre le feu « Ici je vais faire mon carnaval ! ». Le bâtiment ne sera jamais reconstruit.

Une prison maritime 


Parallèlement, dès 1676 il existe donc à l’entrée de l’anse de Pontaniou, une prison voutée avec une geôle qui était destinée aux marins et aux ouvriers de l’arsenal. En 1743, au fond de l’anse, à l’intérieur de l’enceinte militaire, une nouvelle prison maritime est édifiée, renfermant une chapelle, trois cachots et six cellules. 
Le bâtiment de la prison qui subsiste aujourd’hui a été construit au début du XIXe siècle sur les plans de l’ingénieur à la direction des Travaux maritimes, Jean-Nicolas Trouille (1750-1825). Cette prison avait pour but de remplacer une structure beaucoup trop petite et inadaptée. Ils s’agissaient d’offrir aux détenus qui étaient en grande partie des marins et des ouvriers de l’arsenal, des conditions de détentions qui étaient exemplaires pour l’époque. Cela passe par la création de cellules individuelles avec de bonnes conditions d’hygiène et de salubrité. Jean-Nicolas Trouille écrit sur ce bâtiment : « Les vœux de l’humanité vont être satisfaits. Les détenus ne seront plus entassés pêle-mêle sans distinction d’âge, d’état et les délits, ils respireront un air pur et suffisant. Cette prison, sous bien des rapports, doit tenir un rang distingué parmi les édifices reconnus indispensables aux besoins du service et au perfectionnement du beau port de Brest. ». La particularité de ce lieu était que les prisonniers avaient accès à des ateliers et aux messes qui pouvaient être présentées.
Le bâtiment a connu plusieurs modifications, notamment un agrandissement par une surélévation ajoutant deux niveaux à la construction d’époque Napoléonienne : un étage complet et un étage sous les toits. Sur la photo ci-dessous présentant la façade de la prison côté rue, on peut observer des traces de cet agrandissement, on distingue notamment les deux derniers niveaux ajoutés à celle de la construction d’origine, à travers l’encadrement des fenêtres différent au troisième niveau mais également à travers la ligne horizontale qui désigne l’ancien toit du bâtiment.

Façade l’ancienne prison de Pontaniou


Pontaniou continue à jouer son rôle de prison maritime jusqu’à la seconde Guerre Mondiale, pour y recevoir les prévenus et condamnés, civils ou militaires, faisant l’objet d’une procédure devant une cour de la marine ou une cour militaire : criminels, voleurs de l’Arsenal, etc.

Lors de la seconde Guerre Mondiale, la prison civile de Bouguen où étaient enfermés les détenus de droit commun et qui servait aux nazis de lieu pour enfermer les prisonniers politiques et les détenus a été en partie détruite par les bombardements. Par conséquent, les soldats allemands ont utilisé la prison de Pontaniou pour enfermer des prisonniers politiques et des résistants, comme l’atteste cette photo ci-dessous d’une plaque commémorative sur la prison de Pontaniou.

Plaque commémorative prison Pontaniou

La maison d’arrêt de Pontaniou 


Le programme de reconstruction de la ville de Brest n’a pas pris en compte la reconstruction de la prison civile de Bouguen et c’est donc la prison maritime de Pontaniou qui devient une prison civile, prenant ainsi le nom de maison d’arrêt de Pontaniou en 1952. Mais les conditions continuent de se détériorer, le bâtiment ne correspond plus aux normes qui sont exigées à la fin du XXe siècle. S’ajoute à cela la surpopulation carcérale (jusqu’à 150% de taux d’occupation), les conditions de détentions deviennent inadaptées. 
Parallèlement est construit une nouvelle prison, le centre carcéral de l’Hermitage, un bâtiment moderne construit dans la périphérie de Brest. 
Tout cela entraîne la fermeture de la prison de Brest en 1993 et laisse aujourd’hui de nombreux bâtiments désaffectés, à l’abandon et vétustes. 

La mise en valeur du lieu 

L’art s’invite dans l’ancienne prison de Pontaniou 
Depuis que l’ancienne prison de Pontaniou est à l’abandon, l’art devient omniprésent dans ce lieu vétuste qui voit défiler plusieurs événements artistiques :
En 1990, la mairie de Brest passe une commande à cinq photographes brestois (Bruno Ravallart, Michel Coquil, Jean Salou, Joseph Amram et François Rommens), pour photographier les lieux de la prison de Pontaniou. Deux clichés de chaque artiste sont exposés à la maison d’arrêt de l’Hermitage lors de son inauguration. 
1990-1991 : Paul Bloas, artiste brestois, investit les lieux pendant un mois pour « mieux absorber les lieux et tout ce que les murs transpirent, comme une éponge ». Il y expose ses œuvres : 18 personnages. Ce sont des personnages peints sur un papier collé sur les murs de la prison, ils sont répartis dans plusieurs lieux de la prison. Lors de cette exposition, l’édifice a pu être ouvert au public, qui a pu découvrir ce lieu habituellement fermé au public pour cause de vétusté. 
Une exposition sur la prison de Pontaniou : « Mur et Ombres » a eu lieu en 2011 à la Maison de la Fontaine à Brest. Cette exposition était composée de clichés pris en 1990 et en 2008, ainsi que de poèmes écrits par les Voleurs de feu et des témoignages. 

  
Affiche de l’exposition

Il y a donc à travers ces différentes expositions une mise en valeur du lieu, une volonté d’encrer la prison de Pontaniou dans l’histoire et peut être même d’en faire un lieu patrimonial. 


Un projet de reconversion 
La prison de Pontaniou, propriété de la collectivité, est un bâtiment protégé au titre de Zone de Protection du Patrimoine Urbain et Paysager de Brest (ZPPAUP). Il est représentatif de l’histoire architecturale de Brest. C’est pourquoi le bâtiment s’intègre dans un projet de reconversion qui reste aujourd’hui encore indéterminé, on ne s’est pas encore quelle structure sera accueillie dans ce lieu. Cependant, le projet de reconversion est bien intégré au projet de création d’un nouveau quartier à Brest, celui du Plateau des Capucins (l’ancien quartier industriel) qui va devenir un éco-quartier au cœur de la ville de Brest, s’inscrivant ainsi dans une politique de développement durable. L’ambition est de faire des constructions à forte valeur patrimoniale (dont l’ancienne prison de Pontaniou) une vitrine des savoir-faire brestois et un lieu dédié à la mémoire industrielle et urbaine de Brest. Une chose est sûre, sa réhabilitation devra respecter l’architecture du lieu, celle d’une prison. 
Sources
– La prison de Pontaniou : Inventaire régional du patrimoine historique.
– Colloque « Valoriser les patrimoines militaires », L’Opération des Capucins à Brest, par Annick Cléac’H et Grégory Guérin 
Article du Télégramme , 17 mars 2009
Article de Côté Brest , « Pontaniou, ton univers carcéral », 8 janvier 2013