Entre lieu touristique protégé et prison : la maison centrale de Saint-Martin de Ré en Charente-Maritime.

Les fortifications Vauban à Saint-Martin de Ré

L’île de Ré et la maison centrale de Saint-Martin de Ré

L’île de Ré, réputée pour la beauté de ses paysages mais aussi très largement touristique notamment en période estivale, possède l’une des créations les plus remarquables du célèbre architecte militaire de Louis XIV, Vauban et sa citadelle de Saint-Martin de Ré. Érigée depuis 1690, celle-ci a été le point de regroupement des condamnés aux travaux forcés durant 65 ans (de 1873 à 1938), avant leur embarcation vers les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie.
Embarquement vers les bagnes à Saint-Martin de Ré
Aujourd’hui, la citadelle renferme toujours en ses murs une forte activité pénitentiaire puisque l’on y trouve la plus grande maison centrale de France pouvant accueillir 485 détenus et comptant 285 salariés. Elle devient ainsi le premier employeur de l’île. 
Cependant, à l’heure actuelle, une problématique se pose vis-à-vis de la citadelle : comment concilier patrimoine historique classé et centrale pénitentiaire sur un haut lieu touristique ?
 

Patrimoine et Maison Centrale : les enjeux de la cohabitation

 
Un groupe de touristes aux abords de la prison
 
« Derrière le décor de carte postale, la prison » est un article particulièrement interressant d’Agathe Muller publié le 13/08/2013 sur le site Internet du Sud Ouest. Cet article révèle, au travers du témoignage de Jean–Marie Renouard du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales de Bordeaux, que la citadelle Vauban, autrefois largement décriée dans les journaux notamment pour ces activités liées au travail forcé, tente aujourd’hui de dissimuler aux yeux des touristes, grâce notamment à son classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2008, son statut de plus grande maison centrale de France. Désormais, patrimoine et maison centrale ne feraient plus bon ménage, ni même bonne presse en ce qui concerne l’attractivité touristique de l’île.
Les raisons de cette politique qui vise à exclure l’héritage de la citadelle tiendraient à la : «peur d’entretenir cette image d’île aux bagnards ».
Cette peur coïnciderait avec le développement du tourisme d’élite dans les années 1980 par opposition au tourisme populaire permis grâce aux congés payés. C’est à partir de ce moment là que l’île aurait complètement mis de côté tout ce qui se rapporte à la maison centrale et ceci également du point de vue paysage puisque l’île a quasiment occulté de son champ de vision les murs de la maison d’arrêt et tout ce qui indiquait sa présence comme les panneaux d’indication. Aujourd’hui, la maison centrale est devenue la hantise de l’île et de ses habitants et est la cause d’une dévaluation du prix des terrains, : « Il suffit de voir les no man’s land qui se forment autour des autres prisons en France ».

Les faits divers de la maison centrale de Saint-Martin de Ré 

Ironie du sort, les récents faits divers de la maison d’arrêt se sont chargés de la remettre en lumière. Le cas d’un prisonnier de la centrale de Saint-Martin-de-Ré condamné pour violence sur un autre détenu en mars 2012 ainsi que la découverte par les gardiens de plantations de cannabis dissimulées dans les lopins de terre à disposition des prisonniers en août 2012. Plus récemment encore, la tentative de suicide en mars 2013 d’une surveillante pénitentiaire sur son lieu de travail et avec son arme de service alors qu’elle était en conflit avec sa hiérarchie. Suite à cela, un appel au rassemblement a été émis par les syndicats de la centrale pénitentiaire afin de faire le point avec l’ensemble du personnel encore choqué. Cet évènement a eu pour conséquence de replacer au devant de la scène médiatique les tabous relatifs au milieu carcéral. Hélas, pour l’île et ses habitants, ce fut le centre pénitencier de Saint-Martin de Ré qui relança le débat sur les suicides et les souffrances au travail chez les surveillants. D’après l’article du Sud Ouest du 18/03/2013, « Une étude de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), publiée en 2011 montre, cependant, que le taux de suicide des surveillants de prison est supérieur de 31 % à la moyenne nationale ».
Tous ces incidents surviennent cependant après la visite du 5 septembre 2008 de l’ancien ministre de la Justice et Garde des sceaux, Rachida Dati ainsi que celles des contrôleurs généraux des lieux de privation de liberté au printemps 2009.
Visite de la maison centrale par Rachida Dati en 2008
 
Malgré un rapport d’état correct mais critique, certaines recommandations émises par les contrôleurs ne se seraient pas toutes régularisées au vue de leur seconde visite à l’automne 2010 et cette situation aurait conduit les détenus à protester en fin d’année 2012 contre leurs conditions de détention. Néanmoins, « La réalité du monde carcéral présentée dans les médias est jugée partielle par les syndicats pénitentiaires […] Cette stigmatisation chronique des personnels va à l’encontre du réel travail qui est effectué au quotidien, aussi bien par les personnels soignants que par les surveillants qui s’efforcent toujours de bien faire. »
Pour conclure, alors bien même que l’île tenterait de cacher aux yeux de tous l’existence d’une maison centrale au sein des forteresses classées au titre de patrimoine de l’humanité, les faits divers sont là pour faire en sorte que celle-ci ne passe plus inaperçue.
Pour en connaître davantage
 
– Jambut (Monique), Le pénitencier de Saint-Martin de Ré de 1685 à nos jours, La Flotte-en-Ré : France océane, 1998.
– « Ile de Ré: derrière le décor de carte postale, la prison », article tiré de Sud Ouest
– « Prison de Saint-Martin-de Ré (17) : les pieds de cannabis poussaient entre les plants de tomates », article tiré de Sud Ouest
– « Saint-Martin-de-Ré : une surveillante de prison tente de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail », article de France3 Poitou Charente
– « Après la tentative de suicide d’une surveillante, mobilisation à la prison de Saint-Martin-de-Ré (17) », article tiré de Sud Ouest
– « Saint-Martin-de-Ré : une prison sous surveillance », article tiré de Sud Ouest
– « La réponse des gardiens », article tiré de Sud Ouest
Vidéo :Rachida Dati à la prison de Saint-Martin-de Ré 
 
(Rapport sur le pénitencier de Saint-Martin de Ré)

Vous aimerez aussi...