Natzwiller-Struthof : déportations, exécutions, expérimentations. La mémoire unique d’un camp de concentration en territoire Français par Alexandre Romance.

Tout le monde connaît aujourd’hui l’existence des camps de concentration et d’extermination nazis. Ils sont l’héritage d’un passé honteux, accepté ou refusé dans les décennies suivant leur révélation, ils font aujourd’hui partie intégrante d’une histoire commune à plusieurs états européens. Parmi ces camps, certains sont bien connus, leurs noms souvent évoqués lorsqu’il est question de ce sujet, situés en Allemagne, en Autriche ou encore Pologne. On a tendance a oublier que l’un de ces camps de la mort est aujourd’hui situé en territoire Français : le camp de concentration de Natzwiller-Struthof ou « KL Natzweiler-Struthof » sous le IIIème Reich. Ce camp est l’objet depuis plusieurs années d’une réelle volonté politique mémorielle à son égard, dont il est question dans un autre article de ce blog.

Pourtant, force est de constater que ce camp reste mal connu du grand public en règle générale car s’il était bien situé en territoire allemand au moment de sa création, il n’en reste pas moins aujourd’hui situé en Alsace alors qu’on aime à penser que tout ces camps de la mort se trouvent hors des frontières actuelles de l’hexagone.

Si l’on ajoute à cette situation le fait que ce camp est été l’un des plus violents et des plus meurtriers du régime nazi, se pose alors la question de ce manque cruel de « connaissances » du public à son égard, qui plus est quand on apprend que le gouvernement français a réutilisé ce camp comme centre de détention pendant quelques années après la fin du deuxième conflit mondial. 
Situé sur la commune de Natzwiller, c’est en 1940 que le projet de création du camp voit le jour après la visite du colonel SS Blumberg. La décision est prise par Himler pour diverses raisons, les principales étant la situation isolée du site et la proximité d’une importante carrière de pierre rose où travaillèrent les détenus. Les pierres de cette carrière servirent notamment à la construction de bâtiments dans plusieurs villes nazies. (Il paraît également important de signaler que, dans cette zone, existait déjà à Schirmeck un camp d’internement réservé aux opposants à la germanisation de l’Alsace après son annexion.) C’est avec une rapidité stupéfiante que ce projet voit le jour, puisque le camp de concentration de Natzwiller-Struthof ouvre ses portes huit mois plus tard, le 21 avril 1941. De ce camp vont dépendre alors 70 « kommandos » (camps annexes à un camp principal) répartis en Alsace, Moselle et Allemagne.  
Le camp souche du Struthof était initialement prévu pour recevoir environ 2 000 prisonniers, un chiffre bien loin de la vérité puisqu’il que plus de 7 000 déportés y sont réunis en août 1944, pour un nombre de 20 000 prisonniers répartis dans ses « kommandos » à la même date, certains de ces camps annexes allant même à certains moments jusqu’à dépasser la population du camp « souche ». Les sources, principalement des registres de l’administration SS, indiquent un nombre total de 44 623 déportés immatriculés pour le camp du Struthof et ses « kommandos » entre avril 1941 et 1944 (le chiffre réel est proche des 52 000). 
On estime que durant ces trois années 22 000 personnes ont trouvé la mort dans ce camp, soit presque la moitié de la totalité des détenus y ayant « séjourné », faisant de ce camp l’un des plus meurtriers du régime nazi, que cela soit par l’extermination via les chambres à gaz du camp, les exécutions de masse, les conditions de détention et la maltraitance encore les expérimentations « scientifiques » que les officiers nazis pratiquaient sur les prisonniers. Ce  camp de concentration fut véritablement un camp de la mort. 
Classé « Lagerstufe III » (de niveau trois) dans le référentiel nazi,  ce camp se présente par ce seul statut comme l’un des camps les plus durs du système concentrationnaire et dont l’objectif affiché était l’anéantissement des « ennemis politiques incorrigibles du Reich ». En septembre 1944 face à l’avancée des alliés, le camp est évacué par les allemands vers Dachau après une exécution massive d’une centaine de membres du réseau de résistance « Alliance ».
Deux mois plus tard, c’est ainsi dans un camp abandonné par ses geôliers qu’entrent les soldats américains.
La population du camp et de ses « kommandos » provenaient de toute l’Europe, on sait néanmoins que la majorité des français y ayant été internés sont arrivés à partir de 1943, notamment les premiers français « Natch un Nebel » (Nuit et brouillard) dont les tenues étaient marquées des lettres « N.N » et avec qui le simple contact était interdit par les bourreaux nazis, rappelant l’objectif premier de ce camp, à savoir l’anéantissement de tout les opposants au Reich, là où Auschwitz était un camp dont l’objectif premier était l’extermination des juifs. 
Les prisonniers du Struthof étaient classés en plusieurs catégories identifiées par des symboles différents, politique courante au sein des camps visant à séparer et briser totalement les déportés pour empêcher toute rébellion. Les déportés politiques portaient le triangle rouge, les homosexuels le triangle rose, les prisonniers de droit commun le triangle vert (ces prisonniers étaient d’ailleurs autorisés à tuer les autres sans problème), les adeptes de sectes religieuses étaient affublés d’un triangle violet, les tziganes et réfractaires au travail d’un triangle noir et enfin les juifs portaient l’étoile jaune. 

Le camp de concentration du Struthof fut le lieu de nombreuses exécutions de masse qu’elles soient par pendaison, chambre à gaz ou encore fusillades. A titre d’exemple, on peut prendre appuie sur le témoignage d’un déporté, Aimé Spitz : « Hors du camp, à quelque 100 mètres, se trouvait une sablière. C’est là qu’environ cinq cents camarades furent fusillés, soit à coups de mitraillette, soit à coups de revolver dans la nuque. Un soir de printemps 1944, après 18 heures, onze Luxembourgeois appartenant à la Résistance furent fusillés dans cette sablière. Ce genre d’exécution, ordonnée par le ministère de la Sûreté d’État de Berlin, avait lieu le soir après l’appel. Chaque fois que nous apercevions le soir des arrivants devant la Schreibstube (secrétariat du camp), nous savions qu’il s’agissait d’une Sonderbehandlung (traitement spécial). Ce genre de détenus ne figurait pas, la plupart du temps, dans le fichier du camp. Ils étaient amenés par la Gestapo pour être exécutés. Leurs corps étaient ensuite transportés au crématoire, de sorte qu’il n’y avait de trace nulle part. » Malgré cela, plusieurs exécutions notables sont connus. On peut parler notamment des exécutions massives des résistants français durant l’avancée des forces alliés avant la désertion du camp, (comme nous l’avons déjà évoqué avec les membres d’« Alliance ») du 31 août au premier septembre 1944 aurait eut lieu l’exécution de 392 prisonniers, 92 femmes et 300 hommes parmi lesquels le maire de La Rochelle. L’importance de ces exécutions massives trouve notamment sa source dans l’installation « tardive » de la chambre à gaz en 1943 majoritairement utilisé pour « l’expérimentation ». 

En effet, ce camp est surtout connu pour la présence de ses « médecins-bourreaux » et les expériences « scientifiques » pratiquées sur les détenus, aussi bien morts que vivants, par le régime nazi comme le montre la présence d’une salle de dissection au sein du camp. Il faut ajouter aussi à cela l’utilisation des restes et des ossements de juifs pour la confection de divers produits mais surtout dans le cas du Struthof, la récupération des os des juifs gazés destinés à des fins d’exposition en musée afin de montrer la définition typologique par les ossements du « sous-homme ». Faits rappelant étrangement les études anthropométriques répandues notamment pour la qualification des prisonniers. 
La chambre à gaz fut aussi le moyen de tester la toxicité du gaz phosgène, testé sur des tziganes et des détenus de droit commun. On peut également noter dans ces expérimentations, l’injection de diverses maladies telles que la lèpre ou la peste afin d’étudier les effets des contaminations et de leur trouver des remèdes à travers l’essai de différents traitements. Si ces expériences s’avéraient être un succès par la survie des détenus utilisés comme cobayes, ils étaient ensuite exécutés puis brûlés dans le four crématoire. 
C’est le procès des médecins qui apporte, par les pièces à conviction tirées des camps, la plupart des informations sur ces expérimentations sachant que certains documents ont sûrement disparus ou été détruit/emportés à l’abandon du camp avant l’arrivée américaine. Voici quelques extraits des documents d’archives : 
« 100 Tziganes commandés à Berlin arrivaient d’Auschwitz en novembre 1943 -une vingtaine étaient morts de froid à l’arrivée – les autres étaient inutilisables. 100 autres furent envoyés en décembre. Haagen en prit 80 qu’il divisa en deux groupes de 40. Le premier groupe fut vacciné à deux reprises en janvier et février 1944 avec le vaccin de Haagen, le deuxième ne fut pas vacciné. Le 18 mai 1944, les deux groupes de 40 subirent une scarification au bras avec « les germes virulents du typhus. » » 
« On envoya 87 Israélites (dont 30 femmes) du camp d’Auschwitz. Ils furent enfermés dans le bloc 13 du Struthof où on les soumit à des mensurations et à des expériences de stérilisation. Les 11, 13, 17 et 19 août 1943, sous la direction de médecins de Strasbourg, les SS gazèrent les 87 Israélites à la chambre à gaz du Struthof au moyen de cyanure. Le décès intervenait entre 30 et 60 secondes. Les cadavres furent transportés à l’Institut d’anatomie de Strasbourg. 17 cadavres entiers, dont 3 de femmes, furent retrouvés à la libération, ainsi que de nombreux morceaux disséqués ». 
A la fin de la guerre le camp du Struthof est réutilisé par le gouvernement français comme centre de détention provisoire pour les prisonniers de guerre, les collaborateurs mais aussi pour de simples détenus de droit commun jusqu’en 1949. Ceci n’est pas sans poser question, le gouvernement réutilisant alors un lieu de l’horreur pour enfermer ses contributeurs mais aussi de simples détenus de droits communs. 
Le procès du Struthof a lieu de 1954 à 1955 mais certains des officiers et des médecins sont jugés lors d’autres procès, notamment celui de Wuppertal. 
Classé monument historique en 1950, le site est aujourd’hui un lieu à but mémoriel important, comportant notamment un musée sur la question des camps. 
Vidéos de visites du camp par deux lycées (la première comporte le témoignage d’un ancien déporté à partir de 2 minutes 42 secondes) : 
Lien utile : 
(Pour un approfondissement du sujet les notices de la base Mérimée, les archives des procès, ou encore les ouvrages de la bibliographie présentée sur Wikipédia fournissent de nombreuses informations.)