Le château de Tarascon : d’une demeure-forteresse à une prison royale puis républicaine par Adeline Gasnier

Le château de Tarascon (représenté en jaune ci-dessous) se situe à proximité de l’embouchure du Rhône, face au château de Beaucaire. Sa construction débute dès 1400 sous Louis II d’Anjou (1337-1417) et s’achèvera en 1449 sous René Ier le Bon (1409-1480). Son maître d’oeuvre Jean Robert l’édifie sur le même emplacement qu’un précédent château.

Image satellite de la ville de Tarascon

Le Roi René Ier se consacre à l’aménagement intérieur c’est-à-dire aux peintures et aux mobiliers. La cour d’honneur s’agrémente de nouvelles ornementations telles que la loggia, les porches ou encore les arcades décorées. 

Sa double fonctionnalité, militaire et résidentielle, lui confère une architecture et des décors particuliers. Le château mesure 130 mètres de long sur 36 mètres de large. Cette structure se subdivise en deux parties avec au nord les communs, une salle d’arme et une cour. Au sud, le logis seigneurial flanqué de quatre tours s’élève à 45 mètres de hauteur (au-dessus du Rhône).

Château de Tarascon, partie sud-ouest, Base Mérimée, Estève Georges

Ci-dessous, le plan du Château disponible dans le livret guide, sur le site internet du Château de Tarascon. C’est notamment grâce à l’inventaire réalisé sous le Roi René Ier, en 1457, que la fonctionnalité des pièces a pu être découverte.

Forteresse et demeure des comtes de Provence, ce château perd de son importance stratégique dès lors que Charles du Maine en 1481 cède le comté de Provence et donc le château de Tarascon à Louis XI, roi de France.

Un château transformé en prison


Louis XI, roi de France, devient donc le nouveau propriétaire de ce château. Dès lors, les Tarasconais le délaissent puisqu’ils n’y voient que la représentation de la domination royale. Cependant, la fonction carcérale du site perdure et les cachots ne sont plus les seuls espaces consacrés à cette activité. En effet, les salles d’apparats et les communs sont transformés en cellules comme en témoignent les nombreux graffitis sur les murs. Suite à de nombreuses guerres au XVIIème et XVIIIème siècle, des militaires espagnols ou britanniques sont emprisonnés dans le château.

L’avenir carcéral du château est remis en question en 1787 avec un projet de construction d’abattoirs. Ce projet qui impliquait la destruction du château fut accepté par Louis XVI. Toutefois, le château échappe à la destruction avec la Révolution Française.

Sous la Révolution Française, nombre d’individus sont détenus au sein de la forteresse et deux évènements marqueront particulièrement la période. Tout d’abord en 1795, des prisonniers républicains sortis de force de leurs cellules sont tués. Un second massacre est perpétué à la prison en 1797 à l’encontre de royalistes emprisonnés.

Extrait de la « Liste de patriotes massacrés en mai 1795
Mathieu Mauche, père, ex-procureur
Jean-Baptiste Mauche, fils ex-juge de paix
Pierre Novel, dit Saint-Foix
Jean Galissard, maçon
Firmin Vial, dit la Crosse
Guillaume Thibaud, dit Bellaquet »

Issu du Bulletin n°50 de la Société d’histoire des Amis du Vieux Tarascon, page 37.

La transformation du château en prison a entraîné des modifications dans l’aménagement intérieur des pièces destinées aux communs. Ainsi, des cloisons ont été bâties pour séparer les espaces consacrés aux détenus et aux gardiens. En s’appuyant sur le plan du livret guide du château, les espaces actuels de l’accueil, de la billetterie, de la boutique mais aussi les logis de service et les wc étaient consacrés aux gardiens. La salle présentant l’apothicairerie et les suivantes destinées aux détenus. Les actuels jardins étaient subdivisés en trois parties correspondant aux quartiers des gardiens et des prisonniers : la cour principale, le préau des détenus et la cour des condamnées.

Le 15 février 1800, la prison du château de Tarascon est nommée maison d’arrêt par la loi du 28 pluviose an VIII. En 1816, le département des Bouches-du-Rhône y conçoit une prison de droit commun. Mais en 1926, la prison ferme ses portes.

Les conditions de vie à la prison 


Les conditions de vie étaient particulièrement difficiles comme le relatent les extraits des documents d’archives, dans le bulletin n°50 de la Société d’histoire les Amis du Vieux Tarascon.

Au XIXème siècle, le château est en mauvaise état et de nombreux travaux sont à effectués comme par exemple pour les portes et les terrasses. L’humidité est omniprésente et l’inondation d’une partie des bâtiments lors de fortes pluies est fréquent. La conséquence directe de ces conditions est l’utilisation partielle des cachots. En effet, seuls quelques cachots sont utilisés pour assurer une sécurité des détenus. Chacun des cachots (3) contient 25 individus. Les détenus sont divisés dans les cellules selon leur sexe. Le quotidien de ces prisonniers s’apparente à l’exécution de multiples tâches comme la cuisine et les travaux. Pour se distraire, ils sont nombreux à jouer à quelques jeux qui sont même parfois gravés dans les sols.

Les graffitis des prisonniers 


De nombreux graffitis sont présents dans l’enceinte du château. Grâce au recensement des inscriptions, il est possible de dresser une typologie des prisonniers. Les informations récoltées informent sur la nationalité des détenus, leur provenance ou encore le jour de leur emprisonnement. On remarque que ces individus sont de nationalités multiples : anglaise, espagnole, néerlandaise, suédoise, finlandaise ou danoise. Les archives ont aussi conservé des registres de prisonniers : des marins et des militaires notamment pour l’an 3ème républicain et 4ème républicain comme le présente le bulletin n°52 de la Société d’histoire les Amis du Vieux Tarascon.

Une galère


Faits prisonniers pour certains par des vaisseaux français en Méditerranée, les détenus sont transférés dans plusieurs prisons de la région dont la prison de Tarascon. Ci-dessous, quelques exemples de ces graffitis.

Cette inscription ci-dessous se situe dans la salle d’apparat. Les graffitis de prisonniers d’origine anglaise sont très présents dans les salles. La majorité des détenus proviennent de Londres ou Liverpool.

Photographie de Philippe Crequer

Transcription
« Charles Morgan of Newport in Monmoutshire taken April y 26th 1757 »
Traduction
« Charles Morgan de Newport dans le Monmoutshire pris le 26 avril 1757 »


Sur les murs du château, certaines inscriptions donnent des informations très complètes

Photographie de Philippe Crequer

Transcription :
« Prisoners we are in distress,
by the French we was caught
and to this prison we was brought
taken in the Zephyr Loop of war

David Seday

lighterman of London river taken august 25th 1778 released nov 27th 1779 »
Traduction :
« Prisonniers nous sommes en danger
par les Français nous avons été attrapés
et à cette prison nous avons été envoyés
pris dans le navire de guerre Zéphyr

David Seday

gabarier sur la rivière de Londres [la Tamise] arrêté le 25 août 1778 libéré le 27 novembre 1779 »


Le Sloop Zéphyr était un navire de la Royal Navy capturé une première fois par les français en 1757. Sous l’autorité du Commander Thomas West, le Sloop Zéphyr est une seconde fois capturé par la frégate française la Gracieuse en août 1778. Les marins anglais sont répartis à Aix et à Tarascon. Dans le dernier cas, 23 prisonniers laisseront leur nom sur les murs du château.


Photographie de Philippe Crequer

Ce graffiti (à droite) se localise dans l’aile ouest du château de Tarascon, au sein de la garde-robe du second étage. Il s’agit d’un carré magique puisqu’il se lit dans les deux sens. 

L’ensemble des inscriptions laissées par ces prisonniers sont visibles dans ailes occidentales et orientales à tous les étages et même dans le escaliers donnant accès au corps de logis et aux terrasses.


Un patrimoine architectural reconnu 


La Commission des Monuments Historique établit en 1840 une liste des « monuments pour lesquels des secours ont été demandés ». Le Château de Tarascon est inscrit au sein de cette liste de monuments classés. En 1864, Henri Révoil (architecte des Monuments Historiques) conduit les premiers travaux de restauration. Il demande d’ailleurs la fermeture de la prison, mais sa requête n’aboutira pas.

A la suite de la fermeture de la maison d’arrêt en 1926, l’Etat acquiert le site en 1932, Jules Formigé (architecte en chef des Monuments Historiques) entreprend une nouvelle campagne de restauration du château avec l’abattement de cloisons et la réouverture de fenêtres cloisonnées. Le 12 mars 1933, le château ouvre au public.

D’autres travaux se dérouleront dans les années 1940 et 1980. Les phases successives de restaurations vont redonner à ce château son allure de demeure des ducs d’Anjou. Elles effacent toute trace de la subdivision des espaces et le mobilier de la prison. Aujourd’hui, les graffitis sont les seuls vestiges de ce passé au sein du château.

Ce choix paraît paradoxal : le château n’a servi de résidence pour les ducs d’Anjou que pour une durée inférieure à cent ans. Cette utilisation contraste avec la fonction carcérale qui existe dès l’édification du château. Ce paradoxe se confirme même si l’on se base sur un usage officiel puisque le château devient maison d’arrêt en 1800 et ferme définitivement en 1926.

Depuis le 1er janvier 2008, la propriété du château est transférée à la commune par convention. Cette reconnaissance du patrimoine architectural et du passé des ducs d’Anjou ont laissé peu de place à la mise en valeur du patrimoine carcéral.

Une valorisation du patrimoine carcéral 


Ce patrimoine a fait l’objet d’une valorisation que l’on peut qualifier de récente. Le château de Tarascon a consacré sur son site internet une rubrique sur les graffitis des prisonniers. Le Musée de la Mémoire des Murs de Verneuil-sur-Halatte présente au public des moulages de graffitis des galères du château de Tarascon.

La Société d’histoire les Amis du Vieux Tarascon a diffusé des articles sur les graffitis et les conditions de vie au sein de la prison au travers de plusieurs publications :

– Le bulletin n°50 « Grandeurs et servitudes du château de Tarascon : Les conditions de vie dans la prison du château de Tarascon. An 13 du calendrier républicain (septembre 1804 à septembre 1805) » et « Les graffitis du château de Tarascon au Musée de Verneuil-en-Halatte » 


– Le bulletin n°52 « Grandeurs et servitudes du château de Tarascon : Relations sur les conditions de vie des prisonniers et de leurs gardiens »

– Le bulletin n°53 « Grandeurs et servitudes du château de Tarascon : Relations sur les conditions de vie des prisonniers et de leurs gardiens ».

Les recherches effectuées par Philippe Guignard et Olivia Desbrosses (archives départementales) sont parues dans ces bulletins.

Les graffitis ont fait l’objet de nombreuses recherches par Marc Bollon, Philippe Rigaud valorisés par la publication d’articles dans des revues tel que : RIGAUD Philippe, graffitis navals en prison : une thématique, in J.Candau et Ph.Hameau, 2004, Cicatrices murales, graffitis de prison, Le Monde Alpin et Rhodanien, 2004.

Les archives départementales des Bouches-du-Rhône ainsi que les archives communales de Tarascon disposent de documents d’archives riches sur cette prison.

Bibliographie :

BUCHERIE Luc, Graffiti de prisonniers anglais au château de Tarascon (Bouches-du-Rhône) : l’exemple du H.M.S. sloop of war Zephyr (1778), in Archeologia Postmedievale : società, ambiente, produzione, 10, 2006.

ROBIN Françoise, Le château du Roi René à Tarascon, Editions du Patrimoine, 2005, 64p.

Société d’histoire les Amis du Vieux Tarascon, « Grandeurs et servitudes du château de Tarascon : Les conditions de vie dans la prison du château de Tarascon. An 13 du calendrier républicain (septembre 1804 à septembre 1805) », bulletin n°50.

Société d’histoire les Amis du Vieux Tarascon, « Grandeurs et servitudes du château de Tarascon : Relations sur les conditions de vie des prisonniers et de leurs gardiens », bulletin n°52 et n°53.

Sitographie :

Château de Tarascon
http://chateau.tarascon.fr/ [Consulté le 02/11/2013]

Image satellite de Tarascon
https://maps.google.fr/ [Consulté le 13/12/2013]

Les Monuments Classés de 1840
http://www.merimee.culture.fr/ [Consulté le 14/11/2013]

Marine et bâtiments médiévaux…du drakkar à la caravelle, 2011
http://www.armae.com/blog/ [Consulté le 13/12/2013]

Ministère de la Culture et de la Communication, Base de donnée Mérimée : Château de Tarascon, 2005
http://www.culture.gouv.fr/ [Consulté le 03/11/2013]

Musée de la Mémoire des Murs
http://www.memoiredesmurs.com/ [Consulté le 14/11/2013]

Pays d’Arles, Château Royal de Provence :
http://www.pays-arles.org/e-patrimoine/communes/tarascon/article/chateau-royal-de-provence
[Consulté le 01/12/2013]