Montbrison : lieu de Justice

Vue de la prison, début XXe siècle

La prison de Montbrison se situe au cœur de la région du Forez., dans la ville de Montbrison. Celle-ci est connue comme la « capitale historique du Forez ». En effet sa création, son histoire et son importance sont liées à la lignée des comtes de Forez. Cette lignée s’étend du IX ème siècle jusqu’au dernier de ses descendants au XVIe siècle. Les différents membres de cette lignée ont tour à tour laissés leur marques dans le paysage de Montbrison. En effet, la ville garde en ses murs les traces de son rôle de capitale du comté du Forez. On peut retrouver ainsi de nombreux édifices religieux comme le collège des Oratoriens, le Couvent des Ursulines ou encore le couvent de la Visitation mais aussi la chapelle des Pénitents, l’église Saint Pierre ou la commanderie Saint Jean des Près. 
Le monument qui nous intéresse ici est le couvent de la Visitation. Ce couvent dont la construction fut commencée au milieu du XVIIème siècle recevait les filles de la haute bourgeoisie du Forez jusqu’à la révolution française, moment où les lieux perdent cette fonction pour accueillir la gendarmerie, le Palais de Justice et la prison départementale. Pour mémoire, il fut construit à partir des pierres de l’ancien château comtal de Montbrison démantelé en 1596. 
Le bâtiment garde une fonction pénale jusqu’en 1957, date à laquelle la prison est fermée en même temps que celle de Cusset pour des raisons budgétaires. A ce moment, Montbrison a en ses murs 24 détenus dont 1 femme qui sont tous transférés à la prison de Saint-Étienne. Cette prison, à sa fermeture, fut l’objet de témoignages assez singuliers de la part du personnel carcéral et des détenus. 
En effet, les deux populations témoignèrent des rapports cordiaux qui existaient entre eux, certains allant jusqu’à comparer les liens qui les unissaient à ceux d’une famille. Par ailleurs, Montbrison était un des rares édifices carcérales français à ne pas avoir un budget déficitaire. Enfin, au XX ème siècle, les détenus ont été occupés à différentes tâches comme la fabrication de paillons de bouteilles pour les marchands de vins de la région mais aussi le ponçage des jouets en bois (poupées). On sait aussi que les détenus fabriquaient également dans les années 1900-1910 des paniers à salade. Cette production rapportait à l’État près d’un millions de franc anciens.
Cependant, il existait déjà une prison dans cette ville, avant la révolution française, qui se situait sur la colline du calvaire. 
De la première prison de Montbrison, il ne reste qu’une tour encore visible aujourd’hui mais devenue propriété privée. Celle-ci est datée du XIVe siècle et se trouvait adossée à l’ancienne enceinte, remplaçant une ancienne porte d »accès au château du premier comte de Forez. Cette tour est le dernier vestige du château comtal.

Tour des Prisons

Grâce à plusieurs campagnes de fouilles, on sait que ce bâtiment était relié à l’Auditoire de Justice. Mais on a aussi retrouvé la trace de cachots dans la courtine attenante. Enfin, la tour des Prisons s’étend sur 4 étages dont un seul était dévolu à enfermer les condamnés. Dans son ensemble, Montbrison était un lieu de justice de première importance jusqu’à la révolution. Ensuite, supplantée par Lyon et Saint-Étienne, elle perd peu à peu ce rôle qui perdure tout de même jusqu’aux années 1950.

Un passé carcéral marqué par de « hauts faits-divers » 

Dans le passé carcéral de Montbrison, on note notamment deux évasions restées dans les mémoires. Tout d’abord, la ville connut au XVIIIe siècle la venue d’un contrebandier, qui garde une certaine notoriété, Louis Mandrin (1725-1757). Celui -ci est resté célèbre pour avoir écumé les Fermiers généraux et surtout pour avoir organiser un vaste réseau de contrebande s’étendant de la Suisse à tout le sud-ouest du royaume de France. Mandrin se rend une première fois en 1754 à Montbrison. Cette intrusion dans cette cité nous est parvenu par l’intermédiaire du récit de Terrier du Cléron, auteur d’un Abrégée de la Vie de Louis Mandrin et du témoignage d’un conseil du roi, Jean-Baptiste David, assesseur en la maréchaussée générale du Lyonnais.
Mandrin arrive dans la cité en août 1754, accompagné d’une trentaine de cavaliers armés. Venant revendre leur marchandise de force, selon les témoignages de l’entreposeur des tabacs, un dénommé Antoine Faure. Mais la « visite » de Mandrin ne s’arrête pas là. Celui-ci décide d’aller « faire des hommes » selon ses dires c’est-à dire ouvrir la prison de la ville. 
L’attaque est menée dans l’après-midi du même jour et permet de délivrer rapidement sept prisonniers accusés de contrebande ainsi que quatre autres détenus accusés de vol pour certains et d’homicide pour d’autres.Cependant, une ombre reste au tableau. En effet, les deux témoignages diffèrent sur la nature des crimes commis par les prisonniers que Mandrin libéra. Selon De Cléron, Mandrin aurait refusé de libérer les voleurs et assassins, David lui défend la thèse que tous furent libérés mais que seuls les contrebandiers accompagnèrent Mandrin dans sa fuite.
Ce qui est intéressant ici, c’est la facilité avec laquelle l’attaque est menée. Mandrin est accompagné de cinq compagnons armés de pistolets et de fusils, forcent la porte de la prison, prennent en otage la mère du concierge introuvable et la force à ouvrir les cellules des prisonniers. La fuite de Mandrin se fait avec aisance dans la mesure que la population locale et les autorités mettent près de trois heures à réagir, de peur d’un retour du contrebandier. 
L’histoire ne s’arrête pas là, en février 1755, Mandrin circule de nouveau dans la région accompagné d’une troupe bien armée. Simon Rajat, le concierge de la prison, témoigna des faits suivants. Un détenu tout juste amené à Montbrison, déclara à ses codétenus la chose suivante « Réjouissez-vous, Mandrin n’est qu’à Chazelles et doit venir demain à Montbrison […] Il viendra bien nous délivrer ». La panique gagna les autorités, aussi les régiments de cavalerie de cantonné tout proches, furent mis en état d’alerte et les prisonniers virent leur surveillance renforcée. 
Un geôlier notamment fut chargé d’espionner les prisonniers. Cependant cet espionnage n’amena aucune information dans la mesure où le gardien était incapable de comprendre les discussions de prisonniers habitués à communiquer dans un langage inconnu de la garde.
Toutes ces mesures finalement ne servirent pas à grand chose puisque Mandrin ne revint jamais à Montbrison. Ce dernier fut pris puis roué vif à Valence le 26 mai 1755. Mandrin reste en tout cas gravé dans les mémoires de la ville et de la prison pour cette évasion rocambolesque et ses différents passages effectués au cours de l’année 1754.
Une autre évasion marqua l’histoire carcérale de Montbrison, en 1947. Cette évasion eu lieu dans l’ancien couvent de la Visitation, prison de la ville depuis les années 1790.
Cette évasion est relayée par la presse locale et voit la gendarmerie prendre en chasse quatre hommes qui réussirent à « se faire la belle » durant le mois de Décembre 1947. Le journal L’Espoir titre son article autour de Jean Rouchouse repris par la gendarmerie après quelques jours de cavale. Ce dernier, le plus jeune des quatre évadés, est présenté par la presse et les autorités comme un faible gamin dont la capture était prévisible car moins rompu à ce genre d’aventure que ses trois compagnons d’évasion.On apprend dans l’article qu’il a du participer à l’évasion au dernier moment, pour « faire le nombre » et fut laisser seul à son sort.

Un lieu d’exécution 

La prison de Montbrison a accueilli au XIX ème siècle puis au XX ème siècle jusqu’en 1948, les exécutions et donc la guillotine. Cette prison a ainsi accueillie 14 condamnés à morts entre 1873 et 1948.

« Ravachol » lors de son procès

Parmi les condamnées les plus célèbres, on note un anarchiste, François Claudius Koënigstein dit «Ravachol » (1859-1892) né à quelques kilomètres de la ville et responsable des attentats du Boulevard Saint Germain et celui de la rue de Clichy en 1892.

                              

                        Procès de Ravachol dans le Palais de Justice de Montbrison












Il y est exécuté le 11 Juillet 1892 après un procès qui eut lieu à Montbrison devant la Cour d’Assise de la Loire située dans l’ancien couvent de la Visitation. Pour l’anecdote, Ravachol s’en alla vers la guillotine en chantant Le père Duchesne :

« […]Si tu veux être heureux, non de dieu !
Pends ton propriétaire,

Coupes les curés en deux, non de dieu !
Fous les églises par terre[…] »


Croquis de l’exécution de « Ravachol » par un témoin

La guillotine servira une dernière fois en 1948 dans le département de la Loire. Le 7 Février, à 7h du matin, Antonio Rodriguez et Luis Llorente sont exécutes par le bourreau de la cours d’assise de Montbrison, Henri Desfourneaux. Antonio Rodriguez avait été repris suite à son évasion quelques mois plutôt avec Jean Rouchouze. Llorente et Rodriguez ont été condamnés pour homicide sur le fermier qui les employait. Parmis les autres exécutions marquantes à Montbrison, on note celle d’Antoine Martin qui fut la dernière exécution publique dans le département de la Loire, en 1932.
La guillotine arrivait par chemin de fer et était donc dressée derrière le palais de Justice de Montbrison, juste devant le palais de Justice, dans la rue de l’église Saint-Pierre, rue très étroite qui ne permettait pas d’accueillir tout le monde.
Un habitant de Montbrison en 1932 décrivait l’arrivée des bois de justice, expliquant que tous les endroits où loger dans la ville faisaient le plein. Médecins, juristes mais aussi curieux souhaitaient avoir la meilleur place pour cet « événement ». 

Du carcéral à la musique 


Centre musical Pierre Boulez

Lorsque en 1957, la prison de Montbrison est fermée, les bâtiments sont laissés à l’abandon pendant plusieurs décennies avant d’être restaurés entre 1981 et 1993. Suite aux travaux, le site accueille un Centre musical qui regroupe différentes associations et groupes de musiques locaux. Le Centre accueil une école de musique à partir de 1982, regroupant près de 400 élèves. Ce centre porte le nom de Pierre Boulez (né en 1925) un compositeur et chef d’orchestre français né à Montbrison.
Sources :

Claude Latta, Michel Pabiou, Rue des prisons , Montbrison , imp. Cerisier, 1984. 
Ferret 1990 : F. FERRET, « Montbrison et son ancienne enceinte », Bull. Diana, t. 51, n° 8, 1990, p. 495-526.