Tatihou, un site sous surveillance par Béatrice Bourguignon

L’île Tatihou (origine viking du nom Tatihou qui veut dire en noroît, « hou » terre entourée d’eau et « tat » qui était sans doute un nom propre) est connue du grand public pour ses traversées et ses concerts durant la période estivale (environ 10 000 participants sur les trois jours que dure la manifestation).


Cette île que l’on peut rejoindre à pied à marée basse, quand le coefficient le permet, est bien connue aussi pour le patrimoine architectural qu’elle abrite. Il s’agit principalement des fortifications datant du XVIIème siècle, œuvre de Vauban et de Benjamin de Combes qui ont permis la classification par l’Unesco en 2008 de la tour d’observation et d’artillerie comme faisant partie d’un ensemble architectural de douze sites représentatifs de l’œuvre de Vauban. Si l’île est aujourd’hui entièrement dévolue au tourisme et à la culture grâce à son festival musical, son musée maritime et les expositions temporaires qui y sont organisées, il est toutefois toute une partie méconnue ou plus obscure de l’histoire de cette île qui pourrait laisser accroire que ce qui est aujourd’hui un patrimoine culturel n’a pas toujours eu cette vocation d’accueil qu’on lui connaît désormais.
Ainsi le décret du 16 juillet 1888 cède ce domaine au Muséum d’histoire naturelle afin d’y établir un laboratoire de zoologie maritime. Mais, en 1910, le projet d’établissement d’une section disciplinaire au fort de l’île suscite l’émoi auprès des employés du laboratoire qui multiplient réclamations et recours auprès de leur ministère de tutelle afin qu’un tel projet ne voit pas le jour (Archives du Jardin des Plantes et du Muséum national d’histoire naturelle). Sans effet, puisque des articles de la presse locale nous apprennent que des disciplinaires de la Marine et de l’infanterie sont internés à Tatihou, de décembre 1914 à février 1915.

Par ailleurs, dès 1914, les autorités préfectorales, assistées par l’armée, entreprennent l’internement de milliers de ressortissants originaires des pays ennemis. Allemands, Autrichiens et même Turcs présents sur le sol français à la déclaration des hostilités se retrouvent internés dans des camps. Certains de ces centres sont installés dans la Manche, occupant souvent d’anciens forts désarmés, notamment au fort de l’Ilette à Saint-Vaast-la-Hougue ou encore à Granville, sur les îles Chausey et de Tatihou. Tel est le sujet traité dans le reportage qui a été fait par l’opérateur Édouard Brissy (EPCAD – Médiathèque de la Défense) 
Ces centres de regroupement seront appelés camps de concentration en France pendant la première guerre mondiale suivant le terme couramment utilisé par l’administration (Préfets, ministère de l’Intérieur).


Jean-Claude Farcy dans un article paru dans la revue Trames. Cahier d’histoire de l’IUFM précise que la connotation « camp de concentration » est fortement marquée par les camps de la seconde guerre et surtout nazis. Toutefois, il souligne que, comme lors de la seconde guerre mondiale, il est décidé de « concentrer » des hommes en grand nombre dans des dépôts ou « camp » par pure décision administrative (à l’opposé du pénal) avec tout l’arbitraire que cela représente. Le site de Tatihou possède toutes les caractéristiques nécessaires : éloignement de la zone des combats, isolement des lieux habités, capacité d’accueil suffisante, facilité de surveillance offerte par une enceinte existante.

Source : Sagas de Tatihou, histoire d’une île normande


Pendant la première guerre mondiale, c’est notamment le 77ème régiment d’infanterie territoriale qui assure la présence militaire sur l’île Tatihou. Ces soldats sont également chargés de la surveillance du camp de prisonniers civils. Le rapport d’un de ces soldats indique la présence de trois cents Allemands et Autrichien civils. En 1916, un rapport du chef du Génie indique que de nombreux travaux d’entretien et de restauration des bâtiments de l’Île ont été effectués par des ouvriers austro-hongrois internés à Tatihou. La question se pose de leurs rémunération ou dédommagement. 

Le gouvernement américain inspecte le camp en janvier 1917, le bilan présenté est de tout évidence trop idyllique. Il donne cependant une idée de la façon dont la vie du camp s’organise et des demandes des internés. Ils réclament plus de médicaments, du chauffage et surtout des vêtements.
Durant la seconde Guerre Mondial, l’aérium fondé en 1926, continuera d’accueillir des enfants en colonies de vacances et en école de plein air, mais après le bombardement de Saint-Vast-la-Hougue en avril 1941, il est décidé de ne pas maintenir l’établissement sur l’île. 
Une ordonnance de 1945 posant le principe de l’éducation avant la répression et la profession d’éducateur spécialisé est créée par décret le 10 avril 1945. L’éducation surveillée devient une direction autonome au sein du ministère de la justice. Le secteur associatif pour des raisons historiques gèrent la plupart des établissements relevant de l’éducation surveillée. En 1946 Camille Belliard, instituteur, est nommé directeur de l’aérium de Tatihou où environ 2500 mines devront être enlevées préalablement par les démineurs. En 1948 s’ouvre à Tatihou un centre de rééducation comme le souhaitait son fondateur, Camille Belliard. Celui-ci avait accepté ce poste à la condition d’avoir le personnel et l’outillage nécessaires pour des ateliers d’apprentissages aux métiers du bâtiment et de rattrapage scolaire. Le projet pédagogique du centre de Tatihou était d’aider les jeunes à se réinsérer dans la société, en leur donnant un niveau scolaire suffisant. 
Sept directeurs géreront ce site de 1948 à 1984 et appliqueront leurs méthodes d’enseignement et d’éducation, chacun selon l’évolution des lois mais aussi sa personnalité et son époque. Si les conditions de vie de ces jeunes sur Tatihou ont pu parfois être difficiles, celles-ci n’ont pas inspiré à Jacques Prévert le poème « La chasse à l’enfant » dans son recueil de poésies Paroles, et contrairement à ce qui se dit parfois. L’île Tatihou n’a jamais été une colonie pénitentiaire, c’est la colonie pénitentiaire de Belle-Ile qui est à l’origine de ce poème. Une célèbre révolte des enfants a lieu en1934 après que les gardiens aient tabassé un pupille, les jeunes détenus se sont soulevés et enfuis. Une prime a été offert à quiconque capturerait un fugitif mais cette mutinerie a déclenché une campagne de presse faisant connaître les conditions de détention et demandant la fermeture des bagnes pour enfants. La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-mer ne fut définitivement fermée qu’en 1977. Le poème mis en musique par Joseph Kosma a été interprété par Marianne Oswald.

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent !
Au-dessus de l’île on voit des oiseaux
Tout autour de l’île il y a de l’eau.


Bibliographie et ressources en ligne
Camille Belliard, Tatihou, l’île aux jeunes : Récit express d’aventures psycho-pédagogiques (1948-1954), L’amitié par le livre, 1979
Conseil Général de la Manche, Saga de Tatihou, histoire d’une île normande, OREP Editions, Patrimoine et territoire,2012
Pierre Lebrun, Tatihou 1954, L’île pour enfants rebels, Yvelinéditions
Marie-Jo Audouard, L’enfant du Bagne, Editeur Fixot, Document, 1999