Les chanteuses à la barre. Rivalités professionnelles et amours scandaleuses des chanteuses d’opéra devant les tribunaux de la Naples des Lumières (Mélanie Traversier)

En mars 1792, las des prétentions financières de la chanteuse Anna Coltellini qui s’estime mal payée et qui menace d’offrir ses talents à un autre théâtre, le directeur du Teatro dei Fiorentini, l’impresario Giuseppe Coletta saisit la justice napolitaine. Conformément à la législation en vigueur, l’affaire aboutit devant le Tribunale dell’Udienza di Guerra e Casa Reale, qui est compétent pour les contentieux impliquant des professionnels du spectacle. Écœurée par ce qu’elle considère être une « cabale », la prima donna réplique : elle annonce son intention d’interrompre aussitôt sa carrière. Elle justifie également sa décision « irrévocable » par des arguments moraux et familiaux : elle souhaite complaire à sa famille, en quittant la scène et en abandonnant ainsi un état à la moralité douteuse.

Les dessous de cette affaire n’ont rien d’exceptionnel pour les juges de l’Udienza qui sont régulièrement saisis pour trancher des conflits provoquées par des désordres dans le fonctionnement de l’économie du spectacle : rupture de contrat anticipée, défection des artistes, non-paiement du cachet promis, indécences, scandales… autant d’intrigues qui rythment la vie théâtrale. Ces tensions opposant les artistes entre eux, aux imprésarios ou aux autorités et qui aboutissent au tribunal constituent l’envers judiciaire du rayonnement concomitant de Naples comme capitale de l’opéra dans l’Europe des Lumières. La ville, redevenue une capitale politique de premier ordre avec l’accession au trône de Charles de Bourbon (1734), dispose d’un dense réseau d’institutions musicales et de théâtres publics. Ce dernier est polarisé par […]

Lire la suite de cet article de Mélanie Traversier sur Criminocorpus.

 


Vous aimerez aussi...