106 – Portrait du jour : Sébastien Vidal auteur de « La trilogie des sentiments noirs »

« … Durant tout ce temps, j’ai toujours écrit. D’abord une tentative de roman, du western. Puis lors de mes déplacements, à mon épouse, beaucoup. Ensuite vinrent les poèmes, ou plutôt quelque chose qui s’en revendiquait. Mais en-dedans, quelque chose de plus fort, de tellement puissant, de monstrueusement féroce attendait son heure. L’heure des mots en liberté, libérés de la gangue osseuse du crâne. Ce fut comme si un barrage avait craqué, et que le flot de voyelles et de consonnes s’écoulait encore et encore. J’imagine que la fissure ne pouvait se colmater, car la pression restait importante grâce à la lecture, grâce à la vie, grâce au vécu, à l’expérience, aux interactions avec mes semblables. Stephen King (le Maître), appelle cela « le grand coffre » dans lequel se trouve tout ce qu’il faut pour écrire. Dès lors c’était fichu, plus jamais je ne serais un autre que celui-là. Je n’ai pas vraiment eu le choix, ça tient plus de l’incantation, de la sommation, de l’ultimatum… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 106ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit Sébastien Vidal auteur de « La trilogie des Sentiments Noirs »

Sébastien Vidal est un romancier français né en 1971. Enfant de la Xaintrie.

Passionné d’histoire, il a entamé une saga romanesque en hommage à la Résistance avec un diptyque « Les fantômes rebelles »  puis « Les clandestins de la liberté   » en 2011 et 2012.

En 2017, Sébastien Vidal se lance dans le monde du polar avec le premier volet de sa « trilogie des Sentiments Noirs » : Woorara A suivi ensuite Carajuru, fin 2017. La fin de cette trilogie s’annonce pour octobre 2018 avec Akowapa.

Bienvenue Sébastien sur le carnet Criminocorpus et merci de ce portrait pour les lecteurs du blog. Ph.P.

______________________________________________________________________________________

« Les sentiments noirs – Je suis né en 1971. Une bonne année 1971. Je ne dis pas ça pour moi. Au cinéma on donnait French connection, L’inspecteur Harry, La veuve Couderc, Chiens de paille, Max et les ferrailleurs. Sur les ondes et gravé dans le microsillon on trouvait Le rire du sergent de Michel Sardou, un autre Michel, Delpech, chantait Pour un flirt, Led Zeppelin déchirait tout avec le mythique Stairway to heaven et Joan Baez nous balançait le non moins mythique Here’s to you.

Bon, je vous l’accorde, cette année là on a perdu Jim Morrison, à la porte le Doors ! Niveau bouquins il y avait Chacal de Frederick Forsyth, un polar…

J’ai traversé les 70’s avec une rare insouciance, j’ai des souvenirs de voitures qui roulaient très vite (un miracle d’avoir survécu au génocide de ces années-là), des odeurs de sièges en sky, des motifs psychédéliques sur les chemises et le papier peint, les rouflaquettes sur les joues des mecs et bien sûr, les incontournables pattes d’èph et les cols pelle à tarte.

Les années 80 se pointaient à peine qu’on entamait une insupportable litanie de pertes inestimables, Jean-Patrick Manchette, Georges Brassens, Jacques Brel, Aragon, Maurice Genevoix, Romain Gary, Patrick Dewaere, Coluche, Balavoine, Desproges et pas mal de nos illusions ; il allait falloir grandir. Dur constat.

Les études m’ont toujours gonflé. Pour que je reste longtemps à l’école on aurait dû inventer un cursus à la carte. J’aurais choisi Français, Histoire Géo et Sport. Le reste…

Vers la fin du collège, comme le cursus à la carte se faisait attendre, je traînais mon ennui dans les classes comme un prisonnier tire un boulet. Heureusement, comme j’étais calme, on me foutait une paix royale. C’est là que j’ai découvert Cendrars, Saint-Exupéry, Hemingway, Steinbeck, Claude Michelet et Stephen King. Leurs bouquins ouverts planqués au cœur d’un classeur pendant les cours, je donnais le change. D’une manière immanente j’ai senti que j’avais fait une découverte décisive, mais sans encore être capable d’en discerner les contours. Je ne voyais pas ce que j’aurais pu faire au lycée. Certainement que mes profs non plus. Direction l’apprentissage. Pâtisserie. Premier contact avec le milieu professionnel. Un excellent contact. Là, comme un parallèle, je lisais Bernard Clavel avec cette histoire éponyme, La maison des autres. J’allais donc devenir pâtissier. CAP en poche. Et puis les facéties de la vie. Je pars faire mon service militaire dans la Gendarmerie. J’y trouve quelque chose, l’occasion de bouger, l’imprévu, faire partie d’un groupe de potes comme les cinq doigts de la main, la douleur de quitter la Corrèze et l’immense joie d’y revenir souvent. Cette boutique, j’y reste 25 ans.

Durant tout ce temps, j’ai toujours écrit. D’abord une tentative de roman, du western. Puis lors de mes déplacements, à mon épouse, beaucoup. Ensuite vinrent les poèmes, ou plutôt quelque chose qui s’en revendiquait. Mais en-dedans, quelque chose de plus fort, de tellement puissant, de monstrueusement féroce attendait son heure. L’heure des mots en liberté, libérés de la gangue osseuse du crâne. Ce fut comme si un barrage avait craqué, et que le flot de voyelles et de consonnes s’écoulait encore et encore. J’imagine que la fissure ne pouvait se colmater, car la pression restait importante grâce à la lecture, grâce à la vie, grâce au vécu, à l’expérience, aux interactions avec mes semblables. Stephen King (le Maître), appelle cela « le grand coffre » dans lequel se trouve tout ce qu’il faut pour écrire. Dès lors c’était fichu, plus jamais je ne serais un autre que celui-là. Je n’ai pas vraiment eu le choix, ça tient plus de l’incantation, de la sommation, de l’ultimatum.

Après un diptyque qui explore les milieux de la Résistance sous l’occupation (un sujet et une période qui me passionnent) et un roman de facture classique se déroulant dans le monde du rugby professionnel, j’ai trouvé ma voix, et ma voie. Dans le polar. Grâce à un ami, Christian Laîné qui m’en a un jour fait tout bêtement la proposition.

Le polar. Terme générique un peu fourre-tout dans lequel on met ce que l’on veut. Si on ouvre cette « boîte à outils », on y trouve le roman policier pur et dur qui fait cogiter, le thriller qui fait frissonner et trembler, le roman historique policier qui fait voyager dans le temps, mais aussi le roman noir. Je tends vers ce dernier. Je suis encore en plein océan, assez éloigné du rivage (humour), mais je ne souffre pas du mal de mer et je rame ferme, l’effort ne m’a jamais fait peur. Parler d’une société, décrire ses mutations, son évolution (ou sa régression), porter le feu là où ça peut s’enflammer, tourner la lame dans la blessure béante du monde, « donner une voix à ceux qui n’en ont pas » comme disait Jim Harrison. Eclairer les petits, les invisibles, ceux qui tiennent le monde au bout de leurs bras. Explorer les sentiments humains, essayer de comprendre toute leur beauté et aussi leur nocivité.

J’ai entamé début 2017 chez l’éditeur Lucien Souny, dans la toute neuve collection Plumes noires, une trilogie, « La trilogie des Sentiments Noirs ». D’abord dans Woorara, un roman policier pur jus, puis avec Carajuru, un hybride entre le policier et le roman noir. Depuis quelques jours est sorti le petit dernier, Akowapa, que je revendique comme un vrai roman noir. La boucle est bouclée. L’envie était de traiter en trois volumes l’immense matière que sont les sentiments que nous portons tous en nous et auxquels, parfois, nous laissons quelques libertés. Ils nous entraînent du « côté obscur ». Ce sont la peur, la colère, la haine, la rancune, la convoitise, la jalousie, la honte, qui forniquent avec des défauts tels que la cupidité, la vanité, la veulerie et la lâcheté, et qui accouchent de la vengeance, la trahison et le mensonge. Vaste programme hein ! Mais quel pied de plonger les mains dans le cambouis. Quel régal quand ça éclabousse. Le tout enveloppé dans un environnement rural, parce que tout est plus fort, plus violent quand le décor est dépouillé de ses emblèmes modernes, de ses oripeaux connectés et bétonnés. Un cri résonne avec bien plus d’amplitude dans le silence feutré de la campagne.

Ma trilogie c’est le retour aux fondamentaux de l’enquête, les affaires qui se résolvent le cul derrière un ordinateur omniscient très peu pour moi. Mes flics (des gendarmes), ont le nez collé à la piste, ils procèdent par réflexion, déduction, rapprochements et ne sont jamais seuls. Ils collectent des indices, des témoignages, réalisent des recoupements, et parfois, comme souvent dans une aventure collective, ça matche ! »

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.