Dire et mettre en scène la violence à Marseille au XVIIIe siècle. Christophe Regina (Publication)

“Longtemps dominée par les images de la sorcière, de l’empoisonneuse et de l’infanticide, figures emblématiques de la répression pénale des femmes sous l’Ancien Régime, l’historiographie de la justice a tardé à s’attacher aux liens plus ordinaires entre violence, société et féminité. En s’interrogeant sur le rapport des femmes à la violence dans la cité marseillaise, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Christophe Regina se positionne précisément au carrefour de ces différents thèmes. S’appuyant sur la pensée de Georg Simmel, l’auteur propose d’envisager le conflit comme une forme de sociabilité et une partie intégrante de la vie communautaire. La problématique est clairement énoncée : « Apprécier, selon l’idée de Simmel, la place des conflits dans la société d’Ancien Régime et le rôle des femmes dans cette dynamique » (p. 40). À cette fin, Christophe Regina mobilise (presque exclusivement) la masse dormante que constituent les archives de la sénéchaussée de Marseille (série B), pour lesquelles 98 % des procédures conservées relèvent de la seconde moitié du siècle. Une vingtaine d’affaires annuellement (1750-1789) ont été ciblées par le biais d’un sondage, pour permettre d’entreprendre l’étude de ce large corpus peu étudié. Saisissant l’archive judiciaire comme un miroir social, Christophe Regina situe son enquête, d’un point de vue méthodologique, « à mi-chemin de la micro-histoire, de l’anthropologie historique et de l’histoire sérielle » (p. 34). En adoptant une approche genrée, l’historien suggère ainsi de considérer la diversité des justiciables féminins pour penser la violence telle qu’exercée à la fois par et sur les femmes. Il s’agit donc, d’une part, de s’intéresser aux formes, aux logiques et aux impacts de violences féminines banales, qui surgissent quotidiennement dans la proximité urbaine et l’intimité du voisinage (p. 18). D’autre part, il s’agit d’évaluer dans quelle mesure et selon quelles modalités les Marseillaises, qu’elles soient victimes, accusées ou témoins, investissent l’espace judiciaire à leur disposition (p.12) (…)”

Lire la suite du compte rendu de Julien Duval-Pélissier dans la revue Criminocorpus.

Christophe Regina, Dire et mettre en scène la violence à Marseille au XVIIIe siècle », Classique Garnier, 2017, 423 p.


Vous aimerez aussi...