107 – Portrait du jour : Laurent Philipparie, criminologue, capitaine de police, romancier et conseiller littéraire

“… Criminologue, capitaine de police, romancier et conseiller littéraire, Laurent Philipparie est né le 26 juillet 1973 à Sarlat. Il a passé toute son enfance dans le Périgord Noir, ou se forge son gout pour l’écriture et les intrigues tortueuses. Sans jamais arrêter d’écrire (nouvelles, articles, paroles de chanson, pièces de théâtre.) il devient officier de police en 2001 « histoire d’aider les autres et de côtoyer d’un peu plus près la comédie humaine… » Quinze ans de passion policière s’écoulent entre groupe d’enquête, unités d’appuis et service de commandement de nuit, avant qu’une autre passion le rappelle à l’ordre… En 2016 il a publié un premier thriller « Ne regarde pas l’ombre » aux éditions Vents Salés et revient en 2019 avec « Lectio letalis » aux éditions Belfond…”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 107ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit Laurent Philipparie, criminologue, capitaine de police, romancier et conseiller littéraire. Il est l’auteur du thriller Lectio Letalis .(Sortie prévue le 17 janvier 2019 aux éditions Belfond).

Bienvenue Laurent sur le blog d’informations du site Criminocorpus. Ph.P.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Laurent Philipparie, criminologue, capitaine de police, romancier et conseiller littéraire. Il est l’auteur du thriller Lectio Letalis

“Pour son 107ème portrait du jour, Crimino-corpus s’est penché sur « le cas » Laurent Philipparie, auteur du thriller Lectio Letalis.

Criminologue, capitaine de police, romancier et conseiller littéraire, Laurent Philipparie est né le 26 juillet 1973 à Sarlat. Il a passé toute son enfance dans le Périgord Noir, ou se forge son gout pour l’écriture et les intrigues tortueuses. Sans jamais arrêter d’écrire (nouvelles, articles, paroles de chanson, pièces de théâtre.) il devient officier de police en 2001 « histoire d’aider les autres et de côtoyer d’un peu plus près la comédie humaine… » Quinze ans de passion policière s’écoulent entre groupe d’enquête, unités d’appuis et service de commandement de nuit, avant qu’une autre passion le rappelle à l’ordre… En 2016 il a publié un premier thriller « Ne regarde pas l’ombre  » aux éditions Vents Salés et revient en 2019 avec « Lectio Letalis » aux éditions Belfond.

Pour les fidèles du carnet, nous avons dressé son portrait à partir d’un entretien intercepté entre lui et l’un de ses anciens informateurs parisiens que nous appellerons « monsieur G… »

« Monsieur G… » Ça fait longtemps qu’on n’a pas fait affaire ensemble ?– Au moins dix ans, depuis que j’ai obtenu ma mutation en province et que les informateurs sont passés de mode…

Et ça t’amuse toujours de traquer les voyous ?– Ce qui m’intéresse, c’est surtout de les empêcher de nuire.

Y parait que le job de policier est devenu compliqué ? Comme tous les métiers, mais rassure-toi dès qu’on est face à une ordure, la foi revient très vite.

Pourquoi t’as écrit « Ne regarde pas l’ombre » ?– J’adore la littérature policière. Parfois je trouve qu’elle fait la part trop belle aux clichés et délaisse les aspects essentiels du métier. Alors je m’y suis collé. J’ai écrit un thriller avec des ingrédients méconnus ou inexploités par les auteurs… Ce premier bouquin fut le début d’une grande aventure…

Bref, t’es un flic de plus qui prétend révéler la Police telle qu’elle est ? – Surtout pas ! Il faut savoir nuancer l’image du « policier écrivain ». D’abord le devoir de réserve nous interdit de tout dévoiler. Ensuite la Police doit s’adapter constamment à la délinquance. Elle évolue sans cesse. Impossible d’en faire une photographie qui ne soit pas obsolète au bout de six mois.

Alors à quoi bon être policier pour écrire des polars ?– C’est toujours mieux d’avoir mené des enquêtes, découvert des cadavres, arrêté des criminels ou risqué sa vie, pour nourrir une histoire crédible. Un policier c’est avant tout quelqu’un qui passe de l’autre côté de miroir, perce les secrets, saisit les liens de causalité, et œuvre à la manifestation de la vérité. Cela le prédispose à imaginer des romans.

Tu as donc fait des investigations pour le « Lectio Letalis » ? Énormément. J’ai traîné mon obsession du réalisme dans une multitude de domaines : l’histoire, la plongée, la fauconnerie… J’ai même eu la chance de travailler avec des passionnés comme Patrick Mercier, fauconnier au château des Milandes. Ce livre c’est huit mois de recherches, de planification, dix mois d’écriture et six mois de travail éditorial.

Tu as également changé d’éditeur ?– Je rêvais d’un vrai éditeur pour le Lectio letalis. J’ai reçu des réponses favorables de maisons très sérieuses. Après c’est la magie opérant entre texte et éditeur qui a fait le reste… Céline Thoulouze avait emporté mon manuscrit en vacance, sans savoir qu’elle se rendait précisément à l’endroit où se déroulait l’histoire… Pauline Ferney s’est glissée dans le texte avec un naturel déconcertant, presque inquiétant… Ces trois-là étaient faits pour se rencontrer… J’ai beaucoup de chance de travailler avec ces deux éditrices. Elles sont aventureuses, audacieuses. Il suffit de mettre un gilet pare-balle sur leurs jolies épaules et on peut les emmener sur des terrains qui dissuaderaient plus d’un professionnel…

Tu peux me présenter le Lectio letalis ?– Une épidémie de suicides saigne une maison d’édition parisienne. Les victimes ont toute travaillé sur un mystérieux manuscrit. Un document avec lequel s’est enfui l’éditeur…

En Gironde le lieutenant Barrias enquête sur le meurtre d’un psychiatre Bordelais. La principale suspecte aurait un rapport avec les suicides parisiens. En pourchassant cette fugitive il va tomber dans les rouages du pire attentat terroriste jamais imaginé…

En effet… Ou tu trouves le temps d’écrire ? C’est quoi la recette ? Le sens de l’organisation ; Le gout du sacrifice ; exploiter la plus petite demi-heure qui pourrait être perdue ; avoir un entourage compréhensif.

Comment te vient l’idée d’un livre ?– C’est pour moi un vrai mystère. J’ai la sensation d’être une gare accueillant des trains d’idées. Ils s’entrechoquent les uns aux autres. Pour éviter les embouteillages, la saturation, il faut que je les écrive pour faire un peu de place…

T’es déjà en train d’en écrire un troisième ?– Oui, avec le souci de repousser les lignes que j’ai déjà sérieusement bousculé dans « Lectio Letalis. »

Qui sont tes auteurs de référence ?– Il y en a trop pour tous les citer. Je dirais que les plus essentiels sont Edgar Alan Poe, Howard Philippe Lovecraft, Jean Christophe Grangé et Barbara Abel.

Tu l’aime bien celle-là ?– C’est la reine du thriller. Pour moi cette romancière incarne le talent à l’état pur. Elle part de personnages lambda, de situations courantes, et fait tourbillonner l’ensemble dans une terreur affutée, hurlante de vérité. J’ai eu l’honneur de la conseiller sur l’aspect judiciaire de ses deux derniers et nous sommes devenus amis (des vrais amis). Je crois que c’est elle qui m’a fait accepter l’éventualité que je puisse être un auteur. Sans son soutien je n’aurais jamais écrit le Lectio letalis.

Aujourd’hui tu te sens plus policier ou romancier ?– J’ai le sentiment d’avoir été adopté par une famille à problèmes (la Police) et de m’être marié à une femme aussi merveilleuse qu’exigeante (l’Ecriture.) Débrouille-toi avec ça.

Mise à part la police et les romans, tu aimerais faire quoi ?-Ecrire des paroles de chanson. A bon entendeurs…

Tu voudrais bien me faire une promesse ?– Oui

Pour le troisième, arrête de d’inspirer de moi, Gabriel Barrias, allias « Germain l’informateur des rues. » Promis.”

 

 


Vous aimerez aussi...