La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, co-acteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (Laurent López)

LopezParution de Laurent López, La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, co-acteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, collection “Mondes Contemporains”, 2014, 512 p. ISBN 978-2-84050-932-5, 24 €. Parution le 20 juin 2014.

4e de couverture

Le lieutenant-colonel Louis Larrieu affirmait, en 1922, que « l’unification de la police n’est pas une question urgente ; si elle était résolue, elle marquerait la désagrégation et, probablement, la fin du corps de la gendarmerie ». En extrapolant les propos de cet officier, on pouvait interpréter le rattachement de l’arme au ministère de l’Intérieur, en 2009, comme le début du compte à rebours de la dissolution d’une institution apparue en 1791, peu avant la recréation d’un corps de commissaires de police. Cette réforme cardinale invoquait d’ailleurs la nécessité de mutualiser les moyens et d’apaiser des relations entre gendarmes et policiers marquées, depuis la période révolutionnaire, par un antagonisme irréductible.

L’étude des rapports entre ces deux corps sous la Troisième République contredit pourtant l’image d’une « guerre des polices ». Sans doute les incidents ont-ils fait couler plus d’encre dans les archives que le cours apaisé des collaborations aux facettes multiples et diverses en matière de maintien de l’ordre ou de police judiciaire. Mais dans les faits, les gendarmes et les policiers sont plus étroitement et structurellement complémentaires qu’on ne l’imagine. Leurs accords officiels ou leurs arrangements officieux organisent même un véritable partage de la sécurité publique. Leurs relations complexes sont retracées ici à plusieurs échelles : municipale, cantonale, départementale, nationale et même européenne. Et pour mieux comprendre comment travaillent ensemble les représentants d’une force publique duale, on a porté la même attention aux épisodes routiniers de coopération et aux événements criminels exceptionnels, comme l’affaire Vacher ou la lutte contre la bande à Bonnot.

Table des matières

Note éditoriale

Table des abréviations

Préface

IntroductionLes relations conflictuelles entre policiers et gendarmes : une histoire sans récit

Réunir policiers et gendarmes

La « guerre des polices » : un début immémorial, une fin improbable

La « guerre des polices » dans les livres

De l’antagonisme présent au contentieux passé

Des traces sans histoire

    Une histoire sans traces

Archives et méthode

Éclatement chronologique et dispersion géographique

    1870-1914 : le choix de la période explorée

L’irrésistible essor de l’historiographie des forces de l’ordre

1983, an I de l’histoire policière

    La police parisienne n’est pas toute la police française

    Après les pavés, les travées : la gendarmerie à la Sorbonne

    La double expansion de l’historiographie des polices

L’histoire de la police pour comprendre celle des gendarmes… et réciproquement

Policiers et gendarmes, co-acteurs de la sécurité publique en République

    Les discordances du maintien de l’ordre entre Paris et la province

    La police judiciaire, continuation de la surveillance politique par d’autres moyens

Première partie. Incarner ou représenter la loi

Chapitre I. Gendarmes et policiers en république

Le paysage policier au début de la Troisième République : la continuité institutionnelle pour la transition démocratique

    « La Gendarmerie fait presque à elle seule la police, la sûreté et la tranquillité des campagnes »

Des villes doublement policées

    Des espaces urbains partagés

Entre le marteau central et l’enclume municipale

    Des édiles contre les forces de l’ordre

Chapitre II. La sociabilité discrète des forces de l’ordre

Regards croisés

    Une rivalité immémoriale et irréductible

Surveillance mutuelle et sociabilité discrète

    Épurer les policiers pour républicaniser les gendarmes, ou l’inverse ?

Chapitre III. Choisir le métier de policier, endosser l’uniforme du gendarme

Des carrières exclusives, successives ou convergentes ?

    Une préférence obscure

Les anciens gendarmes : de meilleurs policiers ?

    Peut-on être policier et avoir été gendarme ?

Des brigades sédentaires vers les brigades mobiles ?

    Les anciens gendarmes sédentaires, personae non gratae dans la nouvelle police mobile

Deuxième partie. Fabriquer ou maintenir l’ordre

Chapitre IV. Ce que fait le maintien de l’ordre sur les gendarmes et les policiers

La réappropriation républicaine de l’interdépendance des forces de l’ordre

Maintien de l’ordre, renseignement politique, police judiciaire : les liaisons dangereuses

    Le renseignement administratif en amont du maintien de l’ordre

Le maintien de l’ordre en province : une prédominance militaire ambiguë

Chapitre V. Les centaures du préfet de police

La policiarisation de la garde républicaine et de la gendarmerie parisienne

    L’île de la Cité pour horizon de la garde républicaine

Plus tout à fait parisienne, pas encore provinciale : la force publique en banlieue

    Gendarmes et policiers de banlieue : les forces en présence

Les réticences des gendarmes parisiens à leur policiarisation

    La crainte de la perte de l’identité militaire

Troisième partie. Faire ou être la police judiciaire

Chapitre VI. Les adaptations de la police judiciaire aux enjeux sécuritaires de la Belle Époque

Anarchistes et nomades, des ennemis communs et commodes

    La surveillance protéiforme des anarchistes à la fin du XIXe siècle

L’amalgame du contrôle coercitif des anarchistes et de la surveillance répressive des nomades

    L’hystérie de la question nomade à la Belle Époque

Le signalement descriptif, première tentative de diffusion d’un savoir policier uniformisé

    « Tous les jeudis après‑midi, nous allions au service anthropométrique de la Préfecture de Police »

    « La gendarmerie est l’arme du progrès par excellence »

Chapitre VII. La police judiciaire : l’ombre de la robe et l’influence du chiffre

La robe, l’écharpe tricolore et le képi : le costume hétéroclite d’une police judiciaire composite

    L’enquête judiciaire, moment de coopération interprofessionnelle

Mobile : circulation d’une épithète policière

    L’épithète mobile, entre police administrative et police judiciaire (1871-1905)

    « Nul sentiment de jalousie, nulle rivalité, nuls conflits de pouvoirs ne seront tolérés » (1907-1914)

Faire du chiffre pour exister

    « La statistique relève que les bienfaits de la civilisation ont plus servi aux malfaiteurs qu’aux magistrats et à leurs auxiliaires »

Chapitre VIII. Les forces de l’ordre à l’épreuve d’une crise sécuritaire exceptionnelle

L’affaire Bonnot : la grande épreuve des forces de l’ordre

« La plus terrible histoire criminelle de l’avant-guerre »

De la poliorcétique à la Belle Époque

    Les sièges de Choisy et de Nogent : bruits, fureur et interrogations

Le paysage policier à la veille de la première guerre mondiale

    L’« étrange malaise » de la gendarmerie

Conclusion

L’irrésistible rapprochement des policiers et des gendarmes

Que forme la force publique française en 1914 ?

L’entre‑deux‑guerres : affermissement de l’acculturation policière et remilitarisation partielle

Pourquoi une force publique duale ?

Remerciements

Sources

Archives

    Centre historique des Archives nationales et Centre des archives contemporaines

    Archives départementales : des policiers et des gendarmes sous la surveillance des conservateurs

Sources imprimées

Bibliographie indicative

Histoire des forces de l’ordre

    Instruments de travail

    Études générales

Histoire des gendarmeries et de l’armée

    Instruments de travail

    Études générales

Histoire des polices

    Instruments de travail

    Études générales

Histoire de la justice, des déviances et de la criminalité

    Instruments de travail

    Études générales

Études en sciences sociales

    Les relations entre gendarmes et policiers

   Les polices

    Les gendarmeries et l’armée

Annexes

Repères chronologiques sur l’histoire des polices et des gendarmeries en France (1870‑1914)

Gratifications accordées par le préfet de police à des militaires de la garde républicaine en 1908

Réquisitions de la garde républicaine par le préfet de police durant les mois de janvier et février 1899

Réquisitions de la garde républicaine par le préfet de police à Paris durant les mois de janvier et février 1911

Relevé des relations diverses entre gendarmes et policiers dans la légion de Paris (10 décembre 1902-12 avril 1906)

Effectifs des commissariats de police et des brigades de gendarmerie ainsi que dépenses consacrées à la police municipale dans les communes du département de la Seine

Circonscriptions des brigades mobiles de police judiciaire (1907-1934) et correspondances avec les ressorts des cours d’appel et les compagnies des légions de la gendarmerie

Table des matières

Lire les articles de Laurent López publiés sur Criminocorpus


Vous aimerez aussi...