Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle (Dominique Fey et Lydie Herbelot)

Clairvaux-vies-emmurées

Présentation par les auteurs

Après avoir évoqué le dépôt de mendicité, créé à Clairvaux en1809, nous nous sommes  attachés à décrire la naissance de ce qui va devenir en France – ce que l’on oublie parfois – la plus grande maison centrale  au XIXe siècle.

Nous abordons la vie quotidienne de détenus de toute nature, puisque l’on incarcère aussi bien des femmes, des hommes que des enfants de sept ans ! Existence laborieuse et qui trouve parfois son terme fatal derrière les hauts murs de l’ancienne abbaye.

Nous évoquons également le travail de tous les agents, qu’il s’agisse des directeurs ou de leurs adjoints, des entrepreneurs , des gardiens, du personnel médical, des religieux : ce sont parfois plus de 3000 personnes qui doivent cohabiter ! C’est dire les difficultés rencontrées.

Nous soulignons enfin les grandes phases de l’histoire carcérale, qui fait bien souvent écho à l’Histoire nationale et à tous ses sursauts, fort nombreux à cette époque.

Tous deux enseignants, passionnés d’Histoire et de criminalité, nous avons consacré un premier travail d’archives à divers Crimes et Châtiments dans l’Aube (Éditions Guéniot) en 2008.

Tombés alors sous le charme mystérieux et austère de l’abbaye de Clairvaux, nous avons eu envie de nous intéresser à son histoire carcérale  au XIXe siècle.

Cette étude s’appuie notamment sur les sources conservées aux archives départementales de l’Aube.

Site des auteurs

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marc Renneville (5 juin 2014). Clairvaux. Vies emmurées au XIXe siècle (Dominique Fey et Lydie Herbelot). Criminocorpus. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd59


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search