Bagnards, orpailleurs et fonctionnaires du bassin du Maroni dans la Grande guerre (article)

En 1914, Saint-Laurent-du-Maroni n’existe que depuis cinquante-six ans. Cette ville, perdue au nord-ouest de la Guyane française, à la frontière avec la Guyane hollandaise, est, depuis une vingtaine d’années, la capitale du bagne de Guyane, pour et par lequel, elle a été fondée. Elle est aussi le centre administratif d’un territoire – le Maroni – de 146 000 hectares consacrés à la Transportation et à la Relégation.
Saint-Laurent-du-Maroni est érigée en commune pénitentiaire en 1880, un statut unique dans l’organisation de la France et de ses colonies. Au contraire d’une commune classique, les membres du conseil municipal ne sont pas élus, mais désignés parmi les fonctionnaires de l’Administration pénitentiaire (AP). Le maire est, statutairement, le commandant supérieur du pénitencier de Saint-Laurent-du-Maroni. L’autonomie vis-à-vis de l’AP est nulle et la population libre est exclue de la gestion de la ville. Le maire-commandant dispose d’un budget et d’une administration autonomes pour régir, surveiller et contrôler le Maroni mais la vocation pénitentiaire ne reste pas longtemps la seule réalité du territoire. L’activité forestière (or, balata3) entraine l’afflux d’une population cosmopolite et Saint-Laurent-du-Maroni se mue progressivement en grand comptoir commercial, centre névralgique de l’économie du Maroni. La capitale du bagne se double bientôt d’un nouveau statut de capitale du fleuve(…).

Lire la suite de l’article de Virginie Brunelot et Arnauld Heuret, dans le dossier Les bagnes coloniaux de la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...