109 – Portrait du jour : Sabine Bolzan, l’auteure du roman « L’empreinte de la chair – Tome 1 : Justine »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 109ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit avec infiniment de plaisir Sabine Bolzan, l’auteure du roman L’empreinte de la chair  – Tome 1: Justine

Sabine publie « L’empreinte de la chair » aux Editions La Liseuse.  Un thriller avec les codes classiques du genre mais aussi un roman plus personnel  et émouvant. Sabine Bolzan a exercé plusieurs métiers dans l’immobilier, dans la finance, dans l’hôtellerie et la décoration et se consacre aujourd’hui à l’écriture avec la publication du tome 1 de sa trilogie. L’histoire de Justine Edison qui suite à un accident devient médium et collabore avec un lieutenant de police pour résoudre des affaires sordides d’enlèvements.

Ecoutez l’émission en intégralité.

https://www.francebleu.fr/emissions/place-des-grands-hommes/gironde/sabine-bolzan-pour-son-roman-l-empreinte-de-la-chair

le Blog Les ateliers de Sam 

Bienvenue sur le site du carnet criminocorpus . Ph.P.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Portrait de Sabine BOLZAN

« Parcours personnel : de l’émotion des sens

Sabine est née quelque part dans le Sud-Ouest, en cette année où John Lennon chantait « imagine » et où Coco Chanel tirait sa révérence.

Après avoir passé sa tendre enfance entre Bordeaux et Tours, elle vit à Monségur jusqu’à ses 18 ans. C’est là qu’est né son amour de la campagne, des animaux…

Ses parents lui donnent le goût des belles choses, des beaux endroits, de la cuisine, du partage. La maison est toujours pleine d’amis, ce qu’elle apprécie énormément étant fille unique.

Elle grandit avec la musique, du classique à Brel, Supertramp, Véronique Sanson, Bee Gees, Queen, Lenny Escudéro, ce qui l’ouvre alors complètement à tout type de musique et lui permet aujourd’hui d’écouter les mêmes musiques que ses filles. Ed Sheeran, Ofenbach, mais aussi Stromae, Petit biscuit, Bigflo et Oli, Angèle (elle adore).

La cuisine est un élément fondamental. Sa mère prépare une excellente cuisine familiale, accepte qu’elle cure les fonds de casserole de béchamel, de mousse au chocolat. En y regardant bien, elle doit encore avoir les traces de chocolat aux coins des lèvres. Son père est plutôt cuisine raffinée comme celle de Michel Guérard. Il lui apprend à faire un beurre blanc, à lever les filets de poissons etc…

Sabine passe son adolescence entre le cinéma (elle adore voir les films, dévore les magazines Studio et Première) et l’écriture. Et puis, un jour, une réflexion douloureuse casse son envie et son besoin d’écrire et elle ne pose de mots sur son carnet.

Après un traumatisme physique, elle devient anorexique de l’âge de 16 ans à 18 ans puis plonge dans la boulimie prenant dix kilos en un mois. Toutefois, elle réussit à adopter au fil des ans une alimentation équilibrée. Mais l’anorexie reste toujours en veille…et la rattrape parfois.

Parcours scolaire et professionnel : quand tout mène là où on doit être

Sabine obtient au Lycée de La Réole un Bac littéraire, A2 comme on dit à l’époque. C’est sur les bancs de ce Lycée qu’elle rencontre David, son époux, en seconde, et ils ne se quitteront plus. Elle passe un Capes d’Anglais à la fac de Bordeaux mais ne poursuit pas dans cette voie car elle est alors enceinte d’Eva, leur première fille. Puis, elle travaille dans une agence immobilière jusqu’à la naissance de sa seconde fille Camille. Ensuite, elle veut changer de métier et devient, après une formation à Paris, conseiller financier aux AGF.

Mais…la campagne lui manque trop.

En 2001, alors qu’elle passe avec son époux l’été au Cap Ferret, comme chaque année depuis leurs dix-huit ans, ils voient l’annonce d’une girondine à vendre. Et voilà comment, après plusieurs mois de travaux, ils s’installent dans cette magnifique campagne entre les Graves et Sauternes.

C’est là qu’ils décident d’ouvrir en 2006 leurs chambres d’hôtes, La Milléva. Toutes les chambres se remplissent rapidement et Sabine reçoit de nombreux magazines de déco. Elle remporte même le prix de la décoration organisé par le magazine Art et Décoration.

La plupart de ses hôtes et également ses amis lui demandent régulièrement ses recettes. C’est alors qu’elle a l’idée de créer le blog Les Ateliers de Sam. Au départ, elle n’y parle que cuisine puis petit à petit, les mots et son amour pour eux, reviennent et elle développe ce blog comme un panorama sur sa vie à la campagne.

En 2009, sa troisième fille vient au monde. Un magazine bordelais lui propose quelques pages pour développer une rubrique sur les femmes pressées. Cette rubrique se développe pour atteindre une vingtaine de pages. Elle rédige également d’autres articles et coordonne la rédaction. Puis, le propriétaire du magazine lui demande de créer le magazine Bordeaux Madame Maison. Elle a également aidé au lancement du Côte Basque Madame.

En même temps, elle gère son entreprise de décoration et effectue de nombreux chantier.

Cependant, ce sont deux activités extrêmement prenantes et combinées à l’éducation de ses trois filles, Sabine ne touche plus terre.

C’est alors, que l’histoire de Justine (l’Empreinte de la chair) commence à lui trotter dans la tête. Nous sommes en mars 2015. Persuadée que le moment est venu, et soutenue par toute sa famille, elle stoppe ses deux activités professionnelles et décide de se consacrer à l’écriture de son roman.

Parcours d’écriture : une plongée en eaux troubles

Petit à petit, tous les personnages prennent vie autour d’elle. Leurs histoires naissent sur les touches du clavier de l’ordinateur ou sur les pages blanches d’un carnet. Justine murmure, Justine délivre son passé, transmet sa torture psychologique…

Il y a un peu de Sabine dans Justine : dans sa façon de virevolter dans le monde professionnel, dans l’amour qu’elle donne aux êtres proches, dans cette présence affective des grands-parents, dans sa lutte féroce contre l’anorexie et sa violence contre tous ceux qui veulent l’en détourner. Il y a la nature aussi, les chiens, la cuisine, les parfums…

Il y a aussi tout ce que Sabine n’a pas dans Justine : un frère.

Mais, malgré toute cette brutalité, cette férocité, ce n’est pas l’histoire de Justine qui est le plus dur à écrire. C’est celle du prédateur. Sabine doit faire des recherches sur les pervers narcissiques, les victimes de viols, les tueurs en série… Tout un monde d’horreurs et d’immondices se déverse alors sur la petite maison à la campagne de Sabine. Il s’incruste par tous les interstices des fenêtres, hante ses nuits. Elle ne dort pas, elle doit écrire.

Aujourd’hui, ils sont tous réunis dans un roman de 224 pages. Ils l’ont quittée pour quelques mois en attendant que le temps lui revienne et qu’elle puisse de nouveau s’installer au clavier de l’ordinateur…

Cette fois, ce sera Justin, le frère, qui lui murmurera son histoire…

Et aujourd’hui ?

Plein de projets :

* la sortie et la communication de l’Empreinte de La Chair, Justine. Les dédicaces, les causeries, les lectures…

* la sortie de Titi et Maman le 13 avril 2019, livre jeunesse écrit avec ma fille Fanny. Pourquoi cette date précise ? Parce que ce seront les dix ans de sa fille et que c’est une promesse qu’elle lui a faite.

* la rédaction de paroles pour des compositions pour le groupe BelliRozès (d’ailleurs ils vont interpréter une de leurs chansons samedi 17 novembre au Confidentiel à Bordeaux)

* le développement de rencontres autour du livre et des livres en général

* des conférences à la rencontre de lycéens, collégiens ou tout autre personne confrontés soit aux attouchements, soit à l’anorexie et/ou à la boulimie

* et surtout, aussi, l’écriture des deux autres tomes de l’Empreinte de la Chair puisqu’il s’agit d’une trilogie

* dans le même temps, elle poursuit sa passion de la déco, en rénovant à titre personnel des immeubles. Elle adore les travaux, partir d’un vieil immeuble, qui a une histoire, dont les pierres chantent encore les paroles entendues des anciens habitants et petit à petit lui redonner vie, vigueur et élégance. C’est son bonheur

Vous l’avez compris, l’ennui n’a pas vraiment de place dans la vie de Sabine…Car, lorsqu’elle trouve enfin du temps c’est pour sa famille et ses amis…elle quand elle trouve encore du temps sur le temps, elle s’empare du livre d’un de ses copains auteurs et plonge dans un autre univers. »

 


Vous aimerez aussi...