Quelle histoire pour la criminologie en France ? (1885-1939)/Exploring the History of French Criminology (1885-1939) : the Case of the Archives de l’Anthropologie Criminelle (Marc Renneville)

aac_1886Faire l’histoire de la criminologie française nécessite de tenir compte d’un contexte national spécifique, qui tient à la fois à l’institutionnalisation de la criminologie comme discipline scientifique et à son historiographie. Premier fait marquant, qui alimente régulièrement des controverses entre chercheurs et politiques, la criminologie n’est pas en France une discipline académique autonome. Elle n’est représentée ni au comité national des universités, ni au CNRS. Elle est enseignée dans les facultés de droit, de médecine et de psychologie mais elle ne fait l’objet d’aucun cursus professionnalisant reconnu sur un plan national. La raison de cette situation est moins épistémologique que pragmatique. Les principaux métiers appelant ces dernières années à une compétence criminologique sont ceux qui mettent en œuvre le suivi socio-judiciaire des délinquants, que ce soit en milieu fermé ou dans le cadre de mesure d’accompagnement ou d’aménagement de peine en milieu ouvert. Les éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse et les conseillers d’insertion et de probation pénitentiaire ont vu notamment leurs métiers révisés dans le sens d’une demande d’évaluation de la dangerosité qui suppose des compétences de criminologie « clinique ». Or, la préparation à ces métiers n’est pas dévolue à l’université mais à des écoles nationales de services publiques (EN-PJJ, ENAP) qui assurent elle-même la formation de leurs personnels…

Lire la suite de cet article de Marc Renneville sur Criminocorpus.

Lire cet article de Marc Renneville en anglais sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...