Saint-Brieuc et Charles Lucas (1803-1889)

Jean-Claude VIMONT

Ce ne fut pas sans un certain déchirement que les historiens de la justice apprirent la dispersion et la vente de l’une des bibliothèques de Charles Lucas par le libraire parisien Espagnon et Le Bret en 1998. Le fabuleux catalogue établi à cette occasion et préfacé par Michelle Perrot donnait à voir toute la richesse et la variété des pièces réunies par l’Inspecteur général des prisons et reliées par ses soins. Les nombreuses œuvres de Charles Lucas, mais aussi tous les ouvrages et brochures que les spécialistes des prisons adressaient à celui qui avait créé ce qu’il nommait la « science pénitentiaire » et qui exerça durant de longues années un véritable magistère en ce domaine étaient réunies en un bel ensemble, un ensemble très couteux, faut-il le reconnaître, et désormais dispersé dans des collections privées de France et de Grande-Bretagne. L’heureuse initiative de la bibliothèque municipale de Saint-Brieuc d’acquérir six volumes des œuvres de Charles Lucas, six volumes qui viennent compléter des fonds antérieurement acquis, légués, dit-on, par ce haut fonctionnaire à sa ville de naissance, pose la question de l’intérêt patrimonial d’un tel fonds, de la portée d’une œuvre largement méconnue, en dehors du cercle restreint des spécialistes de l’histoire pénale et jamais rééditée. Grace à Michelle Perrot, les écrits pénitentiaires de Tocqueville, son brillant adversaire lors des joutes sur la réforme des prisons pendant la monarchie de Juillet, ont été mis à la portée d’un large public aux éditions Gallimard. Il n’en va pas de même pour l’avocat briochin. La Bibliothèque Nationale de France n’a pas encore numérisé ses ouvrages majeurs. Charles Lucas est fréquemment cité, notamment par Jacques-Guy Petit qui eut à disposition le « fonds Lucas », mais aucune thèse ne lui a été consacré, seulement un mémoire de DEA. L’attention portée à l’oeuvre de ce natif de Saint-Brieuc par Dominique Grellard et Arnaud Flici de la bibliothèque municipale de la ville mérite d’être saluée.

Mesurer l’intérêt patrimonial d’un fonds exige, me semble-il, d’adopter une perspective de longue durée, ne négligeant pas de mettre en relation cette œuvre avec les deux derniers siècles de l’histoire de la justice. En adoptant ce positionnement, nous souhaitons ne pas « enfermer » Charles Lucas dans la querelle qui opposa les réformateurs des prisons de la monarchie de Juillet à propos des modes d’encellulement les mieux adaptés pour en finir avec la récidive. Les réflexions de Charles Lucas ont considérablement influencé deux siècles de punition, deux siècles d’impossibles réformes. L’abolition de la peine de mort ne fut votée qu’en 1981, les religieuses étaient encore dans les prisons de femmes aux débuts des années soixante-dix, la règle du silence dans les maisons centrales était encore en vigueur au moment de l’Epuration, les colonies pénitentiaires pour les mineurs de justice, devenues maisons de correction durant les années vingt, n’avaient pas encore disparu à la veille du Second conflit mondial, non plus que les sociétés de patronage et le régime progressif d’emprisonnement fut au cœur de la Réforme pénitentiaire après 1945. Offrir une cellule à chaque prisonnier en détention préventive ou condamné à une courte peine demeure aujourd’hui une exigence de tous les défenseurs des droits de l’homme.

Charles Lucas au cœur du premier âge de l’histoire pénale

Charles Lucas occupe une place centrale dans le moment historiographique provoqué par le livre de Michel Foucault, Surveiller et Punir, publié en 1975. Dans la cinquième partie du livre, intitulée « prison », Charles Lucas est cité en notes dans presque toutes les pages puisqu’il accordait à l’institution carcérale réformée selon ses vœux toutes les vertus de correction et d’amendement des condamnés. Cette institution austère avec sa discipline de tous les instants, de nuit comme de jour, dans les cellules comme dans les ateliers où le silence était imposé, illustrait parfaitement les effets de pouvoir créateurs d’une société disciplinaire, d’une surveillance généralisée de corps dressés et assujettis. L’ouvrage du philosophe fit naître un champ historiographique nouveau chez les dix-neuvièmistes. Et Charles Lucas fut lu, relu et commenté par les uns et les autres, au premier rang desquels Michelle Perrot qui dirigea les premières thèses dans ce domaine. Elle-même, dans l’article pionnier des Annales de 1975, « Délinquance et système pénitentiaire », dans L’Impossible prison en 1980, dans la réédition des écrits pénitentiaires d’Alexis de Tocqueville, exposa les positions de Charles Lucas à l’occasion des débats sur la réforme des prisons pendant le règne de Louis-Philippe. Jacques-Guy Petit a offert une magistrale analyse de la prison pénale de la Révolution à 1875 et a analysé les enjeux de cette réforme avortée en même temps qu’il présentait cette alternative à la prison préconisée par Lucas en direction des mineurs, les colonies pénitentiaires et le salut par la terre. Christian Carlier, dans La prison aux Champs a parfaitement décrit l’univers des colonies privées et publiques de mineurs. Dans un autre ouvrage consacré à la prison de Fresnes, il est revenu sur l’ultime période de la philanthropie, pendant la Restauration, qui inspira Charles Lucas, Artus Barthélémy Vingtrinier et Gaëtan de la Rochefoucault-Liancourt. Dans ma thèse sur les origines de la prison politique, j’eus l’occasion de montrer en quoi le sort des détenus républicains encellulés à Doullens et au Mont-Saint-Michel gêna considérablement les autorités gouvernementales lors des débats parlementaires de 1844. Les suicides et les décès d’insurgés emprisonnés offraient des arguments supplémentaires à Charles Lucas et à tous les adversaires de l’isolement philadelphien. Au delà de ces premières thèses, il faudrait citer les manuels de synthèse, les bilans historiographiques qui tous mentionnent la place centrale de Charles Lucas dans les débats européens sur la réforme des prisons. Ce moment historiographique, ce « premier âge » de l’histoire pénale, privilégia la Révolution et le dix-neuvième siècle. La longévité de Charles Lucas (1803-1889), son œuvre abondante, son rôle à l’inspection générale des prisons de 1830 à 1865 ancrèrent ses propositions dans cette époque, en privilégiant les problématiques qui mesuraient son impact sur les débats du temps, sur les lois et circulaires, donc ses réussites et ses échecs. Il convient, tout en ne négligeant pas cet âge des doctrinaires qui vit éclore plus de deux cents livres sur la réforme des prisons et fut à l’origine des thèses que nous avons mentionnées, de mieux cerner les apports de Lucas sur les politiques pénales, d’hier mais aussi d’aujourd’hui.

Charles Lucas contre la peine de mort

Charles Lucas, jeune avocat libéral de la Restauration se fait connaître par des écrits sur l’abolition de la peine de mort. Ils sont couronnés de succès et salués dans les milieux libéraux de l’opposition à Charles X. En 1827, il publie Du système pénal et du système répressif en général et de la peine de mort en particulier, en réponse à un concours lancé par la Société de la morale chrétienne. Les ouvrages de Victor Hugo, Claude Gueux et Le dernier jour d’un condamné, publiés à l’aube de la monarchie de Juillet ont quelque peu éclipsé les réflexions de Charles Lucas ou de Destutt de Tracy sur cette question de l’abolition de la peine de mort. A cette époque, la peine de mort en matière politique agitait les sociétés de jurisprudence, les cercles d’avocats qui prenaient la défense des carbonari. Guizot avait montré tous les dangers pour un gouvernement du recours à la peine de mort lorsque des factions s’opposaient au pouvoir. La loi sur le sacrilège comportait une aggravation considérable de la pénalité et suscitait la colère des opposants. Après la chute de Charles X, il fut question du sort de quatre de ses ministres dont la tête était réclamée par le peuple parisien. L’abolition de la peine de mort en matière politique faisait partie du credo libéral et les motivations premières de Charles Lucas étaient liées à ces raisons conjoncturelles. Son originalité fut de ne pas s’en tenir là et de renouer avec les propositions des Constituants qui avaient envisagé la suppression de la peine de mort et envisagé des peines de privation de liberté non perpétuelles susceptibles de corriger et d’amender les coupables. Charles Lucas s’inspirait de Le Pelletier de Saint-Fargeau, de sa croyance dans le caractère perfectible de l’homme au moyen de l’enfermement et du travail forcé. Ses écrits contre la peine de mort sont indissociables de ses premières réflexions sur les systèmes pénitentiaires européens et américains. Lorsqu’en 1832, la Chambre réforma le Code pénal napoléonien en introduisant les circonstances atténuantes, en supprimant les derniers supplices corporels qui subsistaient, elle ne suivit pas les recommandations de l’avocat devenu inspecteur général des prisons à l’automne 1830. Elle diminua les cas de peine de mort mais ne l’abolit pas. La monarchie de Juillet connut bien des secousses révolutionnaires mais évita de recourir au châtiment suprême en matière politique, à l’exception du châtiment des régicides. Après la tentative insurrectionnelle de 1839, Armand Barbès fut épargné, malgré l’exaspération des milieux conservateurs gouvernementaux. Les débats sur l’abolition de la peine de mort pendant les monarchies constitutionnelles et la part qu’y prit Charles Lucas sont une étape oubliée mais non négligeable d’un long combat qui connut ultérieurement bien des épisodes, parfaitement retracés sur le site Criminocorpus. Les écrits abolitionnistes de Charles Lucas ont été mis en ligne par l[‘[[Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire– ( ENAP). Ils ont fait l’objet d’une étude de Marie Gloris Bardiaux-Vaïente publiée sur Criminocorpus.

Charles Lucas et le régime progressif

Les écrits de Charles Lucas sont fréquemment évoqués dans la perspective des affrontements entre partisans de divers systèmes cellulaires. De 1828 à 1830, il publie les trois volumes Du système pénitentiaire en Europe et aux États-Unis, rédigés à la suite de voyages en Europe et qui lui valent le prix Montyon. De 1836 à 1838, c’est l’édition de son grand œuvre : De la réforme des prisons ou de la théorie de l’enferment. C’est à cette époque qu’il est élu, à trente-deux ans, à l’Institut dans l’Académie des sciences morales et politiques. Charles Lucas y est attentif aux droits des prisonniers, à la sociabilité des détenus au sein de quartiers distincts, comme les philanthropes de la Société royale des prisons, mais il souhaite préserver la société de la monarchie de Juillet des récidivistes. La science pénitentiaire qu’il souhaite élaborer en observant les expériences pratiquées dans différents pays doit assurer une « défense sociale » et préserver l’ordre social. L’objectif essentiel est la moralisation et l’amendement du prisonnier par un système rationnel d’éducation, de travail obligatoire et de religion. Il envisage un système progressif allant de quartiers d’épreuves à des quartiers de récompenses, jusqu’à une libération aidée par des sociétés de patronage. Ces idées seront reprises après 1945 par Paul Amor et Pierre Cannat. Il se montre également favorable à l’isolement cellulaire des détenus en préventive, afin d’éviter la corruption, idée qui sera reprise en 1875 ( loi sur le cellulaire) et en 1945 ( 14 points de la Réforme pénitentiaire). Ce système progressif sous-entendait une individualisation de la peine puisqu’il faisait référence dans ses écrits à la personnalité des auteurs de crimes et délits, à leur « intentionalité ». Les criminologues de la fin du XIXe siècle puis les réformateurs de la seconde moitié du XXe reprirent ces idées.

Charles Lucas et le régime d’incarcération dans les maisons centrales

Dans la controverse avec Tocqueville, Charles Lucas se montra favorable au système auburnien d’isolement cellulaire de nuit, de travail en commun de jour et en silence dans les vastes ateliers des manufactures carcérales. Le système philadelphien avait les faveurs des gouvernants de la monarchie de Juillet, mais il ne fut guère appliqué. Le règlement de 1839 sur les maisons centrales imposa le silence dans ces établissements. Cette règle disciplinaire qui, avec les interdictions de l’alcool et de moindres rétributions du travail forcé, aggrava considérablement le sort des prisonniers demeurèrent en vigueur jusque après la seconde guerre mondiale. A la fin du XIXe siècle des « cages à poules » furent aménagées dans les dortoirs des centrales afin d’isoler partiellement la nuit les détenus les uns des autres. Encore une fois, cela donne l’impression que les idées de Charles Lucas furent plus largement appliquées que les fureurs punitives des partisans du tout cellulaire. Certes il ne parvint pas à obtenir la suppression des bagnes, fut déçu par l’application du cellulaire aux courtes peines décidé par la loi de 1875 et ne put s’opposer aux solutions de débarras qu’étaient la transportation et la relégation. Mais son influence fut déterminante.

Charles Lucas et l’introduction des congrégations religieuses

Inspecteur général des prisons jusqu’en 1865, date de son départ à la retraite, atteint de cécité, il ne parvint pas à être nommé à la direction des prisons sous le Second Empire. Il encouragea cependant dès la monarchie de Juillet les congrégations religieuses à prendre en charge les détenus et les jeunes filles incarcérées jusqu’à leur majorité. Il était hostile à la corporation des gardiens formés d’anciens militaires. Catholique, en relation avec la papauté, il était favorable aux missions et aux ordres qui prirent en charge des détentions féminines. Plusieurs documents conservés à Saint-Brieuc attestent de cet engagement religieux, de son intérêt pour les sœurs de Saint-Joseph de Lyon, véritable confrérie de sœurs-gardiennes de prison. Sauver l’humanité, moraliser, convertir sont des préoccupations très fortes chez ce chrétien. L’échec des frères dans les détentions masculines n’empêcha pas pas l’extension du rôle des sœurs lyonnaises dans les maisons de femmes adultes et des sœurs du Bon Pasteur angevin dans les établissements de mineures. Le précieux livre de Nicole Gérard, Sept ans de pénitence, évoque la présence de ces sœurs, aux côtés de surveillantes laïques, à la Petite Roquette durant le conflit algérien.

Charles Lucas expérimentateur des colonies pénitentiaires privées

Charles Lucas, comme d’autres pénitentiaires, envisagea de concrétiser ses idées en formant un établissement pour jeunes détenus. Auguste Demetz, à Mettray, avait ouvert la voie dès la seconde décennie de la monarchie de Juillet. Les élites du temps s’enthousiasmèrent et les encouragements furent nombreux. Une petite dizaine d’expérimentateurs, catholiques, francs maçons, suivirent son exemple et fondèrent des colonies agricoles. Le but était de régénérer les jeunes délinquants par la terre, avec le secours de la religion et de l’instruction. Dans la banlieue rouennaise, ce fut Guillaume Lecointe qui fonda une colonie horticole qui monta assez vite en puissance et fonctionna jusqu’en 1865. Près de Bourges, dans le Cher, Charles Lucas fonda une colonie agricole de jeunes qui avaient été sanctionnés par les tribunaux de la région parisienne. Val d’Yèvre fut son oeuvre. Il y consacra plusieurs notices, notamment Un mot sur la fondation de la colonie agricole pénitentiaire de Val d’Yèvre, publié à Bourges en 1861. Il avait à sa disposition 140 hectares de terres marécageuses et il fut secondé par Hello, ancien responsable de la maison centrale de Fontevraud. La colonie bénéficia de subventions de l’Etat qui versait 70 centimes par jour et par colon, en sus d’un trousseau. Les colons étaient au nombre de 400 en 1856. La colonie demeura privée jusqu’en 1872. Devenue colonie publique, elle ne ferma qu’en 1924. Dans la maison, il put appliqué un régime progressif fait de divers quartiers, de bons points, de récompenses, système qui fut imité dans de nombreux autres établissements. On peut être étonné de cet investissement dans une expérience concrète privée de cet inspecteur des prisons. Des philanthropes proches de lui, à l’instar de Vingtrinier, avaient mis en garde contre les risques de spéculation de la part de ces entrepreneurs de morale privés. N’allaient-ils pas s’enrichir sur le dos des enfants qui leur seraient confiés ? Ou, plus simplement, bonifier leurs propriétés ? Charles Lucas était hostile à l’expérimentation cellulaire qui avait été menée à la Petite Roquette sur les jeunes détenus, expérimentation que vantaient les philadelphiens. Mais il croyait en une « éducation forcée pénitentiaire ».

Charles Lucas et la science pénitentiaire

Il chercha toute sa vie la meilleure correction pénitentiaire afin d’endiguer la récidive. La prison était à ses yeux une institution totale d’éducation des classes pauvres si elle était organisée selon ses vœux. Il entretint une abondante correspondance avec les spécialistes de ces questions, multiplia les articles. L’idée d’une science des prisons, rationaliste et débarrassée des épanchements doloristes d’un Benjamin Appert, émergea dès sa nomination comme inspecteur des prisons. Il siégea dans l’importante commission parlementaire animée par D’Haussonville de 1872 à 1875 ; commission qui prépara la loi de 1875 sur l’emprisonnement cellulaire des courtes peines. En 1875, il était encore membre du Conseil supérieur des prisons. Il figura parmi les fondateurs de la Société des prisons en 1877 et de la revue Pénitentiaire la même année. Véritable autorité en ce domaine, assez jaloux de ce magistère, il multiplia les ouvrages et contributions. Le catalogue de la Bibliothèque nationale de France ne compte pas moins de 125 titres.

Bien des aspects de la pensée de Charles Lucas mériteraient une recherche plus approfondie. Les fonds conservés à Saint-Brieuc sont une invitation à poursuivre la recherche. Le travail pénal retint également son attention. Il comprit très vite que l’Entreprise générale était un obstacle à la réforme et à la moralisation. Il était favorable au système de la Régie qui triompha au XXe siècle. Les sociétés de patronages lui semblaient une initiative absolument nécessaire pour accompagner les détenus vers la liberté. Après 1945, Pierre Cannat multiplia les initiatives pour les encourager. Il misait beaucoup sur l’éducation, sur l’éducation des détenus. Après 1945, les réformateurs créèrent des prisons-écoles pour les plus jeunes d’entre eux, notamment à Oermingen. Charles Lucas est oublié. Il semble pourtant qu’en bien des domaines son humanisme inspira d’autres réformateurs pénitentiaires. Et ceci jusqu’à une date récente.

Jean-Claude VIMONT


Vous aimerez aussi...