Le jaune : tous les attributs de l’infamie

On ne l’aime pas trop, celui-là! Dans le petit monde des couleurs, le jaune est l’étranger, l’apatride, celui dont on se méfie et que l’on voue à l’infamie. Jaune comme les photos qui pâlissent, comme les feuilles qui meurent, comme les hommes qui trahissent… Jaune était la robe de Judas. Jaune, la couleur dont on affublait autrefois la maison des faux-monnayeurs. Jaune aussi, l’étoile qui désignait les juifs et les destinait à la déportation… Aucun doute, le jaune n’a pas une très belle histoire ni une bonne réputation. Mais pour quelles raisons ? Michel Pastoureau, qui nous promène au fil de l’été dans l’univers arc-en-ciel des symboles (voir aussi son livre, Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, au Seuil), l’explique ici : il y a bel et bien un mystère de la couleur jaune

Le jaune est assurément la couleur la moins aimée, celle que l’on n’ose pas trop montrer et qui, parfois, fait honte. Qu’a-t-elle donc fait de si terrible pour mériter une telle réputation?

Elle n’a pas toujours eu une mauvaise image. Dans l’Antiquité, on appréciait plutôt le jaune. Les Romaines, par exemple, ne dédaignaient pas de porter des vêtements de cette couleur lors des cérémonies et des mariages. Dans les cultures non européennes – en Asie, en Amérique du Sud – le jaune a toujours été valorisé: en Chine, il fut longtemps la couleur réservée à l’empereur, et il occupe toujours une place importante dans la vie quotidienne asiatique, associé au pouvoir, à la richesse, à la sagesse. Mais, c’est vrai, en Occident, le jaune est la couleur que l’on apprécie le moins: dans l’ordre des préférences, il est cité en dernier rang (après le bleu, le vert, le rouge, le blanc et le noir)…

 Par propos recueillis par Dominique Simonnet et, publié le 02/08/2004 sur le site de l’express

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...