Journées européenne du patrimoine 2014. Exposition virtuelle sur la prison de la Santé à Paris

Exposition sur la prison de la Santé à ParisInaugurée en 1867, la maison d’arrêt de la Santé est la dernière prison de Paris. Elle est aujourd’hui fermée pour bénéficier à partir de 2015 d’importants travaux de rénovation et de modernisation.

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine 2014, la prison ouvrira pour la première fois de son histoire ses portes au public pour une visite guidée par des personnels pénitentiaires (en savoir plus)

Criminocorpus est associé à cet événement exceptionnel et propose une exposition virtuelle portant sur l’histoire et l’évolution de cette prison.

L’exposition réalisée par Caroline Soppelsa et montée par Jean-Lucien Sanchez présente les différentes étapes de la construction de l’établissement de 1867 à nos jours. A travers ses 147 ans d’existence, la maison d’arrêt de Paris la Santé a profondément marqué les esprits et la capitale de son empreinte. D’Arsène Lupin à José Giovanni, de Fantômas à Jacques Mesrine, d’Apollinaire à Buffet et Bontems, Gorguloff, Petiot, Colonna ou encore Michel Vaujour, ses détenus réels ou fictifs ont suscité de nombreux récits et alimenté tout un imaginaire, faisant de la Santé une prison mythique.

L’exposition de Caroline Soppelsa est une plongée historique dans la dernière prison située dans Paris intra-muros. Elle sera complétée en 2015 d’une visite virtuelle, guidée par un agent pénitentiaire.

En complément, on pourra également consulter sur Criminocorpus deux autres expositions évoquant l’histoire de la prison de la Santé :

Les prisons de Guillaume Apollinaire

Du 7 au 12 septembre 1911, Guillaume Apollinaire a été incarcéré à la maison de correction de Paris la Santé. Durant sa détention, il rédige une série de courts poèmes intitulés « À la Santé » (Lire le texte). Au lendemain de sa mise en liberté provisoire, il signe également, pour un quotidien parisien, deux articles dont l’un qu’il titre « Mes prisons ». Partant de ces textes, Franck Balandier présente ici le résultat d’une enquête aux multiples rebondissements qui, par les investigations menées et la vérité trouvée, renseigne autant le chercheur que le curieux sur les conditions d’incarcération du poète.

– Histoire des prisons de Paris, de la Bastille à Fresnes

Cette exposition de Criminocorpus a été montée en 2010 en lien étroit avec l’exposition du Musée Carnavalet-Histoire de Paris : « L’impossible photographie. Prisons parisiennes 1851-2010 ». Réalisée par Christian Carlier, Catherine Prade et Marc Renneville, cette exposition propose un parcours en deux séries de vues évoquant l’histoire des nombreuses prisons de Paris au XIXe siècle.

  • Première série : les prisons détruites au XIXe siècle (la Bastille, le Temple, le Grand-Châtelet, la Grande et la Petite Force), les anciens couvents (les Madelonnettes, Sainte-Pélagie, Saint-Lazare), la Conciergerie et le palais de justice, les prisons militaires (l’Abbaye, le Cherche-Midi)
  • Deuxième série : les prisons construites au XIXe siècle (Clichy, la Grande et la Petite-Roquette, Mazas, la Santé, Fresnes)

ainsi qu’un article de Christian Carlier sur la répression de la mutinerie du 14 juillet 1944.

 

Accéder à l’exposition virtuelle


Vous aimerez aussi...