Le déclin de l’entreprise générale de la centrale de Poissy (1870-1914) (Claire Depambour)

Crédits : Énap/CRHCP

La prison pénale vit le jour avec le Code du même nom en 1791 dans la mouvance utopiste dans laquelle baignait encore la jeune Révolution. Michel Le Pelletier de Saint Fargeau, son principal concepteur, confiant dans la possible rédemption de l’homme déchu, proposa aux députés de la Constituante que le temps de l’incarcération fût à la fois celui de la punition et de la guérison. Pour réaliser la première partie de ce nouveau programme pénal, la privation de liberté ferait l’affaire. En revanche, par quel moyen Le Pelletier et ses alliés entendaient-ils ramener sur le chemin de la vertu l’homme coupable, afin qu’il reprît sa place dans la communauté des hommes libres ? Pour ces hommes qui se voulaient aussi les promoteurs d’une société nouvelle, libérale et fondée sur le mérite individuel, il n’y avait qu’une réponse possible : le travail….

Lire la suite de cet article de Claire Depambour sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2014, 1 septembre). Le déclin de l’entreprise générale de la centrale de Poissy (1870-1914) (Claire Depambour). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd5g

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search