Zacharie Blondel voleur de poules (Philippe Cuisset)

Après la Commune de Paris, de nouvelles lois vont réprimer les populations potentiellement dangereuses. La politique d’épuration sociale, déjà violente sous le Second Empire, se durcit sous la IIIe République. Déportation, transportation et relégation remplissent les bagnes de métropole ou d’Outre-Mer. Les travaux forcés, vantés par d’honorables ministres républicains, doivent aboutir à une forme de rédemption laïque que les bagnards sont censés porter jusqu’aux antipodes. Mais cette image colonisatrice d’une France modernisée, industrielle et triomphante, n’est qu’une façade. En réalité, on nettoie le territoire de cette intarissable veine de misère, on rassure les honnêtes gens, on offre ainsi aux puissantes exploitations agricoles et minières une main d’oeuvre à bas prix. L’administration pénitentiaire signe avec la direction de la Société Le Nickel des « contrats de chair humaine ». Charles Zacharie Blondel, petit agriculteur ruiné, braconnier et voleur de poules, condamné à la relégation à l’Île des Pins, fut victime au bagne de Nouvelle-Calédonie de ce tout premier avatar du néo-esclavagisme colonial.  http://kykloseditions.com/zacharie.bl… Photo : Service des Archives de Nouvelle-Calédonie (Album Gilberte Laroque épouse Motelay) – Kyklos Editions

Philippe Cuisset vit à Reims où il enseigne le français.

Zacharie Blondel, voleur de poules est son premier roman publié. Ce texte a pour but d’illustrer la parole de Jim Harrison : « La responsabilité de l’écrivain, c’est de donner une voix à ceux qui n’en ont pas. »

 


Vous aimerez aussi...