Les chambres de sûreté dans les gendarmeries du Chatelleraudais (1820-1930) – Le Centre Châtelleraudais d’Histoire et d’Archives

Des lieux méconnus – Maisons d’arrêts et centrales ne sont pas les seuls lieux de détention. Parmi les endroits où suspects, délinquants et criminels peuvent passer quelques heures ou quelques jours, apparaissent les chambres de sûreté des gendarmeries. Elles sont le lieu de détention « provisoire » par définition. Dans l’étude des lieux d’incarcération, nous avons décidé de porter la lumière l’espace de quelques instants sur ces lieux méconnus de l’histoire carcérale comme de l’histoire de la Gendarmerie Nationale.

Dans le Châtelleraudais, les archives ont conservé des documents consultables à propos de dix brigades de gendarmerie, couvrant généralement les années 1820 aux années 19502. Parmi ces dix brigades, huit ont révélé l’existence de chambres de sûreté, destinées à enfermer suspects de délits et criminels pris en flagrant délit dans l’aire de compétence des gendarmes, ou de passage, en attendant leur transition vers une maison d’arrêt…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Gwénaël MURPHY sur le site CCHA


Vous aimerez aussi...