Recel et évasion : les soeurs chatillon et le chanoine Chambellan (Christiane Escanecrabe) – Le Centre Châtelleraudais d’Histoire et d’Archives

Les sœurs Chatillon – En 1794, les filles Rose et Louise Chatillon, devant la pénurie de savon à Châtellerault, fabriquent ce qu’elles appellent une espèce d’onguent équivalent au savon, ayant la qualité d’ôter les taches de graisse et d’huile. Les lois du maximum les obligent à en demander la fixation du prix. Ce qu’elles font dans une pétition adressée aux administrateurs municipaux. Ceux-ci font leur réponse le 3 messidor an II (21 juin 1794). Ils ne peuvent qu’approuver « l’établissement de la manufacture de savon dont il s’agit et sa continuation dans l’espoir […] que la qualité dudit savon se perfectionnera par la suite ». Autrement dit, ils ont un doute sur la qualité du savon des citoyennes, et le prix de 50 sols la livre qu’elles demandent leur paraît très élevé. Ils renvoient l’affaire à l’administration du district. Les lois du maximum, causes de cette pétition, sont abolies quelques mois plus tard, et on ne sait pas si les ingénieuses citoyennes ont continué la fabrication de leur savon …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Christiane Escanecrabe sur le site CCHA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.