La création des sergents de ville parisiens

L’arrêté du 12 mars 1829 (lire le texte) marque la naissance de la police visible. Certes il existait avant des agents en uniforme, appelés aussi sergents de ville, chargés de faire appliquer les lois et règlements dans les municipalités, mais il s’agit là, dans le contexte policier spécifique de la capitale, de la première police visible moderne, identifiée alors comme telle. Son concepteur, le préfet Debelleyme associe son émergence à celle d’un « état constitutionnel », c’est-à-dire dans son esprit à la Charte de 1814 qui avait ouvert la Restauration. Plus largement, elle s’inscrit dans une réflexion libérale : la transparence de l’action et la soumission au regard public (renforcé par l’article sur les réclamations) sont censées assurer d’elles-mêmes la régulation de l’activité des policiers et des relations avec la population. Cette émergence accompagne toute une série de transformations, comme la plus grande réglementation de l’action des agents, marquée par la rédaction des premiers manuels techniques de police municipale (Le guide des sergens de ville de l’Officier de paix Barlet, 1830) ou la timide expression d’une opinion publique. Ce faisant, elle s’inscrit ainsi dans des mouvements entamés dès le XVIIIe siècle […]


Lire la suite sur criminocorpus, dans le cadre du dossier sur l’histoire de la police :

L’Arrêté préfectoral du 12 mars 1829 portant création des sergents de ville parisiens

et son commentaire, par Quentin Deluermoz


Vous aimerez aussi...