Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre thérapie et instrument disciplinaire (Véronique Fau-Vincenti)

Photographie parue dans « Le quartier de sureté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 56.

Photographie parue dans « Le quartier de sûreté de Villejuif », article du Dr Henri Colin in Annales médico-psychologiques, 1913, n°3, p. 56.

Cette intervention, dans le cadre du colloque dédié aux « pratiques de l’exécution des peines en France au XXe siècle » et intégrée à l’axe « savoirs, outils et technique de l’exécution des peines » se place sur un terrain périphérique. En effet, le propos ne concerne pas directement un « lieu » tel la prison ou le bagne où sont exécutées, des peines mais un établissement où s’appliquent des non-peines car ce lieu n’est pas une prison mais un « asile » puis, à compter de la nouvelle dénomination officielle de 1937, un hôpital psychiatrique.
En l’occurrence, il s’agit d’un quartier asilaire qui tient une place bien particulière dans le dispositif de soins soit un « quartier de sûreté » réservé – ainsi que le désignait le Dr Henri Colin, son créateur et médecin-chef de 1910 à 1921 – aux « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles »…

Lire la suite de cet article de Véronique Fau-Vincenti sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2014, 12 septembre). Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre thérapie et instrument disciplinaire (Véronique Fau-Vincenti). Criminocorpus. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd5u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search