RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL Livres – Crimes : l’énigme du passage à l’acte (Krystyna Kowalska)

Trois ouvrages récents ont tenté d’apporter des éléments de réponse aux éternels questionnements : comment et pourquoi le meurtrier a pu accomplir psychiquement un tel geste ? N’avait-il pas une autre solution ? Pourquoi a- t- il choisi celle-là ?

Ces énigmatiques questions ont été reprises par Emma Oliveira, psycho-criminologue à la Police Judiciaire et psychologue au sein des services de police, dans un livre co-écrit avec Florent Gatherias, « Psychologues du crime », aux Editions Fayard. D’autre part, à travers l’affaire Jacqueline Sauvage, le livre contre-enquête de Hélène Mathieu et de Daniel Grandclément, « La vérité sur l’affaire Jacqueline Sauvage », aux Editions Stock, essaie également d’y apporter quelques éclaircissements. Enfin l’ouvrage de Patrick Avrane, psychanalyste et écrivain, intitulé « Les faits divers, une psychanalyse », aux Editions PUF, apporte un élément complémentaire à ce débat : quel regard posons- nous, nous- mêmes, sur les criminels ?

A la lecture de ces ouvrages, il semblerait qu’il existe deux constantes dans la motivation du meurtrier :

* Incapacité à supporter la souffrance : les auteurs du livre sur le cas de Jacqueline Sauvage, mettent en exergue, derrière la version simpliste d’une pauvre femme battue, l’attachement de cette dernière à son statut social, menacé par le départ du mari avec sa maitresse, par son entreprise qui périclitait et par éloignement progressif de ses enfants, avec en parallèle la perspective insoutenable de vivre un enfer en huis clos avec son mari. Son acte radical pour s’en sortir, ressemble à ceux de 15% des personnes confrontées à l’adultère, précise Hélène Mathieu, qui auront besoin de tuer.

L’incapacité à supporter la souffrance peut être liée aussi à une prédisposition à l’acte violent, du fait des éléments passés de sa propre vie, ou d’un évènement ponctuel, tel un licenciement, un accident, ou un divorce, qui peuvent, à un moment donné, laisser une personne sans défenses psychiques et capable donc de passage à l’acte. Comme « le tueur de l’Essonne », précise la psycho-criminologue, qui avait été agressé dans sa cité, et chaque crime lui donnait l’impression de retrouver sa dignité.

* Sentiment de toute puissance : selon les auteurs, ce sont des pervers, avec un ego surdimensionné, une intolérance à la frustration et un besoin de maitrise, qui sont les pires criminels. Et leurs pulsions sont décuplées, si la victime résiste ou tente de leur échapper. Le cas de Jean-Claude Romand, un faux médecin et un escroc, est flagrant sur ce point: il a préféré tuer toute sa famille, afin que la vérité sur lui ne soit pas révélée.

L’ouvrage de Patrick Avrane, précité, éclaire différemment tous ces propos, à travers l’analyse de nos propres rapports au crime et aux criminels. L’auteur compare en effet les faits divers, particulièrement ceux relatant des crimes, à des anxiolytiques. Leur lecture nous libéreraient, selon lui, de notre propre culpabilité et de notre sentiment d’impuissance. Les criminels nous paraitraient comme étant « extra-ordinaires », dans la mesure où ils font ce que tout le monde ne peut pas faire. Ce n’est pas pour rien que certaines personnes sont fascinées par les criminels, correspondent avec eux, voire s’unissent par le mariage. Décidément, l’énigme est loin d’avoir livré ses mystères.

*****

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. 

Pour en savoir plus sur Krystina :

 https://criminocorpus.hypotheses.org/59672


Vous aimerez aussi...