La cervelle du gardien de la paix

Tard dans la soirée du 10 septembre 1879, intriguée par le manège d’un homme vêtu d’une blouse et porteur d’un panier, penché sur un regard d’égout de la rue du Pré-Maudit, une habitante du quartier de la Chapelle, poussée par la curiosité, y découvre un paquet à demi engagé. Prévenu par ses soins, un gardien de la paix en fait identifier le contenu : un morceau de bras humain proprement écorché et coupé. Arrivés sur place vers minuit, le commissaire du quartier et le chef du Service de sûreté de la Préfecture de police, à l’aide de recherches systématiquement menées dans les égouts, mettent au jour soixante-dix sept colis qui permettent, peu à peu, de reconstituer un macabre puzzle : le cadavre d’un homme dont la tête demeure introuvable, mais dont on retrouvera également la peau, les doigts et les parties sexuelles dans les fossés des fortifications toutes proches…. [Lire la suite]

Nouvel article de Jean-Marc Berlière sur Criminocorpus, dans le cadre du dossier qu’il dirige sur l’histoire de la police (voir le sommaire complet du dossier)


Vous aimerez aussi...