Prisonniers et prisons sur la scène de l’Opéra-Comique (1789-1801) (Maxime Margollé)

Esquisse de décor pour le premier acte de Lodoïska de Kreutzer et Dejaure. Dessin au crayon, à l’aquarelle et à la gouache d’Ignazio Degotti, 1791, 33,2 x 44,8 cm
Bibliothèque nationale de France

Durant la Révolution française, les crimes, les prisons et les prisonniers deviennent des sujets de prédilection pour les librettistes et les compositeurs d’opéra-comique. Les décors de prisons, de forteresses inquiétantes et de cellules lugubres, ainsi que la séquestration de héros – ou plutôt d’héroïnes – innocents, représentent un des principaux thèmes développés dans les œuvres lyriques (opéras-comiques et œuvres de circonstance) jouées aux théâtres Favart et Feydeau entre 1790 et la réunion de ces deux théâtres en 1801. S’intéresser à la représentation de la prison et des prisonniers durant cette période conduit donc à découvrir un répertoire extraordinairement abondant. Durant la première partie de la Révolution (1789-1795), la multiplication des œuvres à huis clos et le penchant croissant pour les interventions militaires, dans les œuvres de circonstance ou dans les finales d’opéras-comiques, font de la thématique de l’enfermement un topos du genre. La prison devient peu à peu, après la prise de la Bastille, un objet de fantasme, lieu privilégié de drames héroïques où les délivrances finales donnent prétextes à de spectaculaires effets dramatiques, scéniques et musicaux. La richesse et la profusion de ce thème semblent révéler un besoin de théâtralisation de la réalité politique et sociale, afin de mieux se l’approprier : la représentation scénographique de la prison rassure par sa banalisation, bien qu’elle s’inspire parfois d’éléments contemporains, comme dans Léonore ou l’Amour conjugal de Bouilly et Gaveaux (1798). La profusion de ces œuvres façonne et caractérise la définition de l’opéra-comique à délivrance qui est en vogue en France et en Allemagne entre la fin de l’Ancien Régime et le début du XIXe siècle…

Lire la suite de cet article de Maxime Margollé sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2014, 15 septembre). Prisonniers et prisons sur la scène de l’Opéra-Comique (1789-1801) (Maxime Margollé). Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd5x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search