DAVIDO. Statistiques criminelles (1831-1981) disponible en ligne

En 1989, la diffusion par le CESDIP d’un document de recherche imprimé sous le titre « Les statistiques criminelles de 1831 à 1981. La base DAVIDO, séries générales » donnait une première existence à cette curieuse base de données, rapidement devenu un document de référence pour l’histoire de la justice.

25 ans plus tard, son portage en ligne est réalisé dans le cadre du programme de recherche de l’ANR Sciencepeine (Projet ANR-09-SSOC-029).

 

 Consulter en ligne la base DAVIDO. Séries générales

 

Pour en savoir plus :

extrait de l’avant-propos (2014):
« La mise en ligne proposée par l’équipe de Criminocorpus (Bruno Aubusson de Cavarlay, Bertrand Bordage, Marc Renneville et Sophie Victorien) permet d’accéder facilement aux séries de la base DAVIDO. Elle a pour principe la navigation dans les tableaux de séries présentes dans la base, en conservant le mode d’exposition du document imprimé en 1989 : comme dans le Compte général, la consultation des tableaux permet de suivre la procédure pénale depuis le parquet jusqu’au prononcé des peines et à leur exécution. Ce travail a été effectué dans le cadre de l’ANR Sciencepeine  (Projet ANR-09-SSOC-029). Par rapport à l’édition de 1989, chaque série a été enrichie d’une représentation graphique. Il en a été de même pour tous les tableaux permettant ce mode de visualisation. Surtout, les informations nécessaires à la compréhension des données sont présentes sur la page des tableaux et séries ou facilement accessibles par des liens. L’important travail technique réalisé à cette fin redonne donc vie non seulement à ces tableaux de chiffres mais à la démarche de la construction de la base elle-même. »

extrait de l’avant-propos (1989):
« André DAVIDOVITCH, avait pris l’initiative de cette reconstitution dès la fin des années 1960 au moment de l’apparition de l’informatique dans les sciences humaines. Après une interruption des opérations indépendante de sa volonté, il nous remit le résultat des premiers travaux faits sous sa direction et émit le vœu de nous les voir poursuivre jusqu’à leur terme. Nous avons donc à coeur d’associer son nom à celui des auteurs en le rappelant dans le titre de la base de données en cours de réalisation. Choisir pour cela le surnom que tous utilisaient par affection est pour nous une réponse bien insuffisante à la crainte qu’il avait de ne figurer parmi les auteurs qu’à titre posthume. »

 Accéder à la présentation complète sur criminocorpus.org


Vous aimerez aussi...