110 – Portrait du jour : Philippe Cuisset, l’auteur de “Zacharie Blondel voleur de poules”

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville directeur du Clamor

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 110ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit avec infiniment de plaisir Philippe Cuisset, l’auteur de ZacharieBlondel voleur de poules .

Zacharie Blondel, voleur de poules est son premier roman publié. Ce texte a pour but d’illustrer la parole de Jim Harrison : « La responsabilité de l’écrivain, c’est de donner une voix à ceux qui n’en ont pas. »

Philippe Cuisset a effectué quatre années d’intérim après le bac par correspondance  accroché de justesse et une scolarité un peu chaotique.

Il a repris  tardivement des études de lettres et soutenu une thèse en 1993 à Reims (direction Michel Picard)

Enseigne le français à Reims en lycée depuis.

Il a écrit deux autres romans achevés, plus contemporains et toujours centrés sur des figures de perdants (une prostituée mexicaine vieillissante, un adolescent « sans histoire » et tueur de masse.)

Engagement  depuis deux ans auprès des demandeurs d’asile et formation d’un orchestre amateur « les vagabonds » constitués de deux musiciens albanais réfugiés et d’une chanteuse également bénévole et militante.

https://www.facebook.com/vagabondsreims/?ref=bookmarks

Parmi les  livres qui le marquent toujours le plus et qu’il découvre sans cesse, il mentionne le Journal de Kafka, les livres de John Fante, et a une grande admiration pour l’épure et la force des œuvre d’Erri de Luca.

Bienvenue sur le site du carnet criminocorpus . Ph.P.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Zacharie Blondel, voleur de poules. (interview)

Question – Philippe Cuisset, vous publiez chez Kyklos Zacharie Blondel, voleur de poules. Pouvez-vous présenter ce livre ?

Réponse – Ce roman retrace la relégation d’un véritable bagnard, Charles Zacharie Blondel, pour être précis.

Question – Les figures de bagnards sont pourtant omniprésentes en littérature, Jean Valjean bien sûr, Vautrin ou encore le Florent de Zola, sans compter les déportés célèbres, Dreyfus, Seznec…

Réponse – Ce qui m’a intéressé chez Zacharie, c’est précisément la dimension presque dérisoire du personnage. Un simple matricule, le 1782, absolument oublié aux antipodes. Mon livre voulait être, en somme, une façon d’exhumer un cadavre dissimulé dans un vieux placard.

Q– Quelles ont été les raisons qui vous ont amené à choisir ce sujet ?

R– J’ai rencontré des descendants de Zacharie. Ils avaient constitué un dossier généalogique, assez précis et semblaient sincèrement émus par son destin. L’idée de reprendre la plume me taraudait un peu depuis un moment, j’ai sauté sur l’occasion.

Q – Pas d’autres motivations ?

R – Si. Il y eu aussi une forme d’exutoire. Les « honnêtes gens » de cette IIIe République, ces décideurs qui prétendaient être des « gens de bien » parce qu’il en avaient du bien, me semblaient être les fantômes de l’actuelle classe dominante. J’ai écrit ce livre avec une espèce de colère sourde, projetée dans le passé, mais je visais, non pas des ombres anciennes, mais des figures actuelles.

Q – le roman est écrit au présent, c’est pour cette même raison ?

R – Peut-être, je ne sais pas trop. L’utilisation du présent s’est imposée comme une évidence.

Q – La part historique et documentaire a été importante dans votre travail ?

R – Oui très. Avant de commencer l’écriture, j’ai passé au moins une année à lire les récits des Communards, puis des études historiques, notamment la remarquable thèse de Louis-José Barbançon , j’ai observé des centaines de croquis, cartes postales…et de tout cela il ressort une violence absolue de ce système pénitentiaire.

Q – Pourtant dans votre note d’auteur, vous revendiquez une espèce de droit à l’erreur…

R – Pas exactement. Je voulais remettre l’imagination au premier plan. Il n’y avait aucun intérêt à illustrer ce que les historiens ont dévoilé. J’ai essayé de retranscrire une réalité sous-jacente, celle que seul le vrai Zacharie Blondel a connu et enduré. En fait l’Île des Pins est un condensé de toutes les colonies pénitentiaires, un condensé ou une simple parcelle d’une répression qui se mondialise, c’est Guantanamo, les prisons syriennes, les centres de rétention.

Q – On peut vraiment aller aussi loin dans ce parallèle ?

R – Peut-être bien. Au nom de la morale, la IIIe République déclarait ouvertement la guerre aux pauvres. Les démocraties de nos jours dérapent dangereusement et tendent à se raidir face à cette nouvelle armée potentiellement dangereuse. Dans ce pays des voix politiques s’élèvent et réclament la réouverture du bagne !

Q -Vous avez d’autres projets d’écriture ?

R -J’ai fini depuis deux autres romans sur des problématiques plus contemporaines et essayant toujours d’explorer les interstices, les zones un peu sombres.”

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Rencontre  – Dédicace le samedi 8 décembre 2018

J o h n C . P a t r i c k – P h i l i p p e C u i s s e t
de 19h30 à 22h00
L a L u c a r n e d e s É c r i va i n s
115 rue de l’Ourcq – 75019 Paris ( Métro : Crimée)

 

De la IIIe République à la Ve, les trames individuelles et collectives de l’Histoire…

Entretien croisé animé par Armel Louis

Des « irradiés de la République » aux « disparus en Algérie », événements qui restent tabous dans la France d’aujourd’hui, de l’affaire Ben Barka aux prémices des stratégies US de tensions en Italie, John C. Patrick poursuit, après le premier volet Moïra, sa relecture des événements qui ont marqué la fin des années 60.

Charles Zacharie Blondel, petit agriculteur ruiné, braconnier et voleur de poules, condamné à la relégation à l’Île des Pins, fut victime au bagne de Nouvelle-Calédonie du tout premier avatar néoesclavagiste colonial. Sous la plume de Philippe Cuisset, le matricule 1782 ne saurait être effacé de nos mémoires.

 

 


Vous aimerez aussi...