Quand la presse créait la figure du clochard, sans-abri pauvre et sympathique

Sans-abri vivant sur les berges de la Seine, Agence Meurisse, 1926 – source : Gallica-BnF

Au début du XXe siècle, les mendiants et nécessiteux qui peuplent les rues des villes vont se transformer, sous la plume de certains journalistes, en « clochards », représentants presque acceptables de la pauvreté extrême.

Au début des années 1930, on compte environ 5 000 sans-abri à Paris. Solitaires ou réunis en petits groupes, les clochards survivent dans les rues de la capitale, souvent dans le plus parfait dénuement.

Désociabilisés, méprisés par la grande majorité des Français, n’ayant pas de travail ni de famille, ils subsistent en faisant la manche ou en cherchant leur nourriture dans les poubelles. La grande majorité d’entre eux dort à même le sol, été comme hiver, directement sur le pavé ou en se réfugiant sous les ponts pour échapper aux intempéries. Les plus chanceux naviguent alors entre asiles de nuit et hôpitaux afin de trouver le réconfort d’un lit…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Arnaud Pagès le 23 novembre 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...