Accompagner l’État ou le contester ? Le mouvement « Critique du droit » en France. Des juristes en rébellion (Martine Kaluszynski)

Le mouvement « Critique du Droit » émerge dans les années 70 et  va réunir des juristes et politologues français (à Lyon, Montpellier, Nice, Saint-Étienne, Toulouse et Paris) qui, en se référant principalement au marxisme, veulent définir un projet scientifique et pédagogique en rupture avec les recherches et enseignements en cours dans les facultés de droit.

Le mouvement « Critique du Droit » a mis l’accent sur la nécessité de repenser le Droit aussi bien dans sa dimension théorique que dans ses conditions ou ses implications pratiques. Une volonté commune : la critique du Droit. Pour définir l’origine de ce mouvement, il faudrait revenir plus longuement sur le terme « critique ». Pour les fondateurs du mouvement, il est important de revendiquer de nouvelles pratiques juridiques en combattant le positivisme ambiant. Quand l’association « Critique du Droit » naît en 1978, elle publie la même année son Manifeste, texte fondateur du mouvement, ainsi que la revue Procès, organe du mouvement…

Lire la suite de cet article de Martine Kaluszynski sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...