Et si le « 36 quai des Orfèvres » devenait le nouveau musée du patrimoine pénal ? (présentation par Jean-Claude Vimont de la recherche menée par Louise Rénier / octobre 2014)

escalierL’escalier du « 36 », photographie issue du blog d’Olivier Valentin
Plusieurs brigades de la police judiciaire de la Préfecture de Police parisienne vont déménager  en 2017 de l’île de la Cité vers la ZAC Clichy-Batignolles dans un bâtiment moderne et sécurisé. Elles intégreront la future cité judiciaire qui doit accueillir le Tribunal de grande instance de Paris et les vingt tribunaux d’instance qui siégeaient dans les arrondissements parisiens. L’immeuble envisagé sera l’œuvre de l’architecte Renzo Piano et près de 9000 personnes y travailleront quotidiennement. Les brigades de police et la Direction régionale de la police judiciaire vont abandonner un lieu mythique de la capitale, le « 36 quai des orfèvres », le « temple de la police judiciaire » selon l’expression du commissaire Claude Cancès qui lui a consacré plusieurs ouvrages. Louise Rénier a soutenu un excellent master-patrimoine à l’Université de Rouen en septembre 2014 : «  Le 36 quai des Orfèvres, un patrimoine entre mythe, représentations et réalités ».
Respectant la règle fixée pour ces masters professionnels, elle a présenté dans un premier temps l’intérêt de son objet, dans une perspective historique. Il n’était pas aisé de maîtriser l’histoire de la police, de distinguer les services dépendant du ministère de l’Intérieur (la sûreté nationale) de ceux dépendant de la préfecture de police. Les travaux de Jean-Marc Berlière, René Lévy, Pierre Piazza et Michel Malherbe ont été heureusement mis à contribution. Elle a isolé certaines dates symboliques et les a contextualisées : 1913 et la fondation d’une direction de la police judiciaire à la Préfecture de police de Paris, 1966 et la réforme de Roger Frey plaçant la direction régionale de la police judiciaire sous la double tutelle du préfet de police et du ministre de l’Intérieur. C’était l’occasion de repérer quelques figures de la police  et du crime, quelques moments historiques qui ont marqué l’histoire de l’institution : la bande à Bonnot, les brigades mobiles, les brigades spéciales de l’Occupation, l’affaire Ben Barka…
Louise Rénier décrit ensuite les différentes brigades de la police judiciaire :  la brigade criminelle, plus connue sous l’abréviation « la Crim’ », la brigade des stupéfiants, la brigade de répression du proxénétisme, la brigade de recherche et d’intervention ou « Antigang », la brigade de répression du banditisme, la brigade de protection des mineurs, la brigade de l’exécution des décisions de justice, la sous-direction des affaires économiques et financières avec ses différentes  brigades, le service régional d’identité judiciaire, héritière des travaux d’anthropométrie de Bertillon.  Plusieurs brigades sont installées hors du Quai des Orfèvres, mais le « 36 » continue de symboliser la police judiciaire, notamment par la présence de la prestigieuse « Crim’ » et de certaines des brigades centrales. La encore, c’est l’occasion de repérer de célèbres enquêtes, des faits divers qui firent la une des médias, de « grands flics ».
Depuis 1862, le « 36 » est classé au titre des monuments historiques, car partie prenante du Palais de Justice de la cour d’appel de Paris. L’immeuble appartient donc au ministère de la Justice. Les policiers n’en sont que les locataires. Cet élément est fort important pour une patrimonialisation globale des espaces de l’île de la Cité.
Raymond Bussières (Albert, le truand arrêté),

Georges Blier ( le mari jaloux de la séduisante Jenny),

Louis Jouvet (l’inspecteur-adjoint Antoine)

 dans Quai des Orfèvres d’Henri-Georges Clouzot (1947)

Louise Rénier a ensuite analysé les représentations du lieu : le fameux escalier aux 120 marches et les bureaux étroits où, dans l’esprit de beaucoup, la silhouette massive de Maigret s’est substituée à bien des commissaires célèbres. La littérature policière, la presse de faits divers, le cinéma ont contribué à la renommée du lieu, relatant des enquêtes, présentant quelques policiers célèbres.  Jusqu’au milieu des années cinquante les photographes sont très présents aux côtés des brigades, réalisent des clichés de prévenus conduits au Quai des Orfèvres. Ils sont également là lors des reconstitutions de crimes et dans les enceintes des cours d’assises. La photographie dans la presse de faits divers – Police magazine, Détective, Police Hebdo – a fait connaître enquêteurs et criminels au grand public. Violette Nozière apparaît en une de Détective dans l’escalier du « 36 ». Le roman policier a lui aussi participé à l’héroïsation de certains policiers. Des films ont choisi pour titre « quai des orfèvres ». Et les séries télévisées n’ont pas été en reste. Jean Gabin, Louis Jouvet, Jean Richard, Bruno Cremer ont incarné des policiers dans des œuvres d’inégale qualité, mais qui ont consolidé une image de l’enquêteur à la française, s’inspirant des limiers de la brigade criminelle.
Les policiers eux-mêmes ont participé à cette accumulation de représentations. Ils furent nombreux à publier des mémoires, dès le XIXème siècle et ceci jusqu’à aujourd’hui : de Vidocq à Robert Broussard, de Claude Cancès à Martine Monteil. Ils honorent chaque année un auteur de roman policier par le prix du Quai des Orfèvres.
La « tabatière » sous les combles où deux « rats d’hôtel » se détendent après avoir été interrogés.

Police-hebdo, 27 janvier 1948.

Au delà des œuvres individuelles, mémoires ou récits de fiction, il était donc impératif d’analyser comment les institutions policières se présentaient au travers d’expositions temporaires ou de musées. Quelle part à la réalité et à la fiction pour intéresser les publics curieux ?
A l’automne 2012, le « 36 » a ouvert ses portes dans le cadre des Journées européennes du patrimoine : reconstitutions de scènes de crimes, visites de bureaux et passage obligé par le fameux escalier. La préfecture de police avait privilégié la dimension historique pour mieux illustrer l’évolution des techniques d’enquête. Louise Rénier a également analysé en détail l’exposition « 100 ans de la police judiciaire à Paris » qui s’est tenue au Champ de mars à la fin de l’année 2013. 40 000 visiteurs sont venus jouer aux « experts »  dans la zone d’expertise, ont retrouvé les affiches de films et couvertures de livres familières, quelques rares pièces originales ayant appartenu à Landru ou au service de l’anthropométrie criminelle.
Louise Rénier indique que la préfecture de police possède trois musées permanents : deux totalement méconnus du grand public (le musée de la brigade mondaine, le musée de la brigade des stupéfiants destinés à la formation des policiers novices) et le musée de la Préfecture de police installé au dernier étage d’un commissariat très laid du cinquième arrondissement depuis les années soixante-dix. Ce dernier fut fondé en 1909 à l’époque du préfet Lépine dans les combles du « 36 ».  Musée fort riche en objets liés à la criminalité, son dispositif muséographique a quelque peu vieilli.
Dans une troisième partie Louise Rénier a offert des pistes personnelles (et originales) pour faire du « 36 » un nouveau musée parisien qui ne manquerait pas d’aiguiser la curiosité des touristes français et étrangers. Elle insiste sur la notion de « chaîne pénale », puisque le bâtiment jouxte le palais de Justice, la prison de la Conciergerie et le Dépôt, cette prison méconnue au cœur de Paris, sur l’île de la cité.  Elle propose de créer des parcours sur l’île qui suivraient les pas d’un inculpé, d’un criminel arrêté : des interrogatoires par les policiers jusqu’à son incarcération au Dépôt et sa comparution devant un juge, en passant par l’identification criminelle. Cela sous-entend une liaison étroite entre patrimoine policier et judiciaire.  La fermeture de l’éphémère musée national des prisons à Fontainebleau et le transfert de ses collections à Agen dans l’Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire privent les habitants d’Île de France  de matériaux qui pourraient trouver place dans le dépôt s’il était désaffecté.  La recherche invite à imaginer un prestigieux musée de la justice et de la police au cœur de la capitale.
Elle suggère un transfert du musée de la préfecture de police dans le « 36 », après une sélection drastique des objets, et la constitution d’une réserve pour les expositions temporaires. L’espace nécessaire pourrait être trouvé grâce à l’installation d’une verrière au–dessus de la cour pavée, comme cela a été fait au Musée des Beaux-Arts de Rouen, au British Museum, au musée maritime d’Amsterdam ou au Louvre.  Cette solution permettrait de résoudre les problèmes posés par l’étroitesse de certaines parties du Quai des Orfèvres. Louise Rénier présente également les techniques contemporaines de la muséographie pour « dépoussiérer » les collections réunies précédemment dans le cinquième arrondissement.
Chaîne pénale,  suivi du parcours d’un délinquant arrêté, réemploi original d’un bâtiment réputé inaccessible à un large public, autant de pistes qui font de cette étude un document précieux que devraient lire les décideurs à l’horizon 2017.

Référence

Louise Rénier, Le 36 quai des Orfèvres, un patrimoine entre mythe, représentations et réalités, Mémoire de Master2, Valorisation du patrimoine naturel et culturel, sous la direction de J-C Vimont, Université de Rouen, 2014, 152  pages.

A noter

 (Le blog d’Olivier Valentin offre une description précieuse du « 36 » : « (…) Auteur de romans policiers, ce capitaine de la « Crim » me raconte cette affaire. Il fait très chaud dans son bureau situé dans les combles du 36, quai des Orfèvres. Installé face à lui, je scrute le mur où sont épinglées des photos. Des victimes, des bourreaux, des assassins. Sans doute des trophées, pour impressionner un gardé à vue pendant son interrogatoire ? « Plutôt de la fierté », me dit-il. « Nous sommes dans une grande maison, une adresse mythique, popularisée par Simenon et son Commissaire Maigret. Cela fait quelque chose de bosser ici. Il y a une atmosphère, un esprit de famille. Nous l’entretenons. »
Mon hôte est procédurier au sein d’une équipe de 6 enquêteurs. Rattachée à la Direction Régionale de la Police Judiciaire, la Brigade Criminelle compte 110 personnes réparties en 12 groupes : 9 de droit commun, traitant les crimes et délits, et 3 équipes de la section anti-terroriste. « Lorsqu’il n’y a pas d’actes terroristes, elles traitent les menaces visant le chef de l’Etat et les appels anonymes, très fréquents. » De permanence en ce début du mois de juillet, le capitaine me parle de son travail de fourmi. Son rôle consiste à fixer une scène de crime. Il procède aux constatations, prélève les indices, gère les scellés, diligente les expertises auprès de la Police Technique et Scientifique et rédige les rapports. C’est lui qui monte le dossier, la « bible » d’une affaire criminelle, dans laquelle puiseront les magistrats pour instruire l’enquête. « La science contre le crime, c’est magique. Je suis admiratif devant tout ce qu’elle peut nous apporter ».(…) « La meilleure fiction pour moi, c’est Engrenages. très proche de la réalité. La société de production achète des idées à des flics ou des magistrats. Puis, les scénaristes réalisent un gros travail d’adaptation. La fiction échappe ainsi au secret professionnel car il est très difficile pour un non-initié de faire le rapprochement avec une véritable affaire. » Par contre, il rejette l’image de flic marginal véhiculée par le cinéma d’Olivier Marchal, un ancien de la maison. « Aujourd’hui, les enquêteurs travaillent en équipe. Le flic isolé, désabusé et alcoolique, en conflit avec l’administration, et qui frôle l’état dépressif, ne résout pas d’affaire. Il est vite mis à l’écart. Dans Braquo, les policiers travaillent en groupe. C’est déjà plus réaliste. Mais cela reste une équipe de ripoux dans un univers noir et glauque. C’est souvent exagéré pour les besoins de la mise en scène. »
Parce que l’enquête criminelle, ce n’est pas noir et glauque ? Crime, cadavre, autopsie. Face à cette misère humaine, j’ai l’impression que c’est quand même un métier sinistre. « C’est un métier de contradictions. Les affaires que nous traitons sont à la fois intéressantes et sordides. Mais l’un ne va pas sans l’autre. Avec l’expérience,  l’envie de comprendre l’emporte sur l’écœurement. Et même si nous ne sommes pas insensibles à la douleur des familles de victimes, nous avons des moyens de nous préserver. Quant aux morts, en salle d’autopsie, je les prends pour des sujets, une source d’enrichissement médico-légal. » Et sa propre famille ? « Je la tiens à l’écart de mon quotidien. A table, quand on est flic, on vous parle toujours de Sarkozy, des radars automatiques et des contraventions. Et si quelqu’un insiste pour avoir des détails croustillants, je lui décris une autopsie. Cela coupe court à la discussion. »
L’envie de comprendre. C’est ce qui anime l’enquêteur qui se compare davantage à un journaliste qu’à un chasseur. Il faut rencontrer les gens, poser les bonnes questions, comprendre leur environnement et leurs motivations. L’enquête criminelle, c’est plus de la psychologie humaine que du tir au pistolet.(…) Le capitaine se lève. « Je vous fais visiter ? » Les locaux sont déserts. Pause déjeuner. Mon hôte me montre les open space. Sur le mur, une affiche de James Bond. Sur un autre, celle du film Contre-enquête avec Jean Dujardin. Sans oublier celle du 36 d’Olivier Marchal. Chacun a recréé son univers, comme un nid douillet, en fonction de ses origines régionales. Un palliatif à la monstruosité des affaires traitées. Avant d’aller sur le toit, nous passons par la salle de séchage. « C’est ici que les enquêteurs entreposent des pièces à conviction. Notamment des vêtements prélevés sur un cadavre humide. Pour les faire sécher avant la prise d’empreintes. » D’ailleurs, du petit linge est pendu sur un fil. Sans doute le pantalon et le tee-shirt d’une victime. « Une fois, j’y avais déposé des sacs avec des morceaux de corps. Les collègues m’ont maudit pour l’odeur… »
Je franchis un velux. Nous sommes sur le toit du bâtiment, avec une vue imprenable sur Paris, à 360°. En contrebas, la cour du 36. « C’est de cette fenêtre que s’est jeté Richard Durn, le tueur de Nanterre, pendant sa garde à vue. » Mauvaise journée. Depuis cet accident, il y a des barres à chaque ouverture. Un corps ne peut plus passer. Mauvais souvenir.
Nous redescendons au rez-de-chaussée par l’escalier. Le fameux. « L’escalier de tous les désespoirs » comme le surnomme Pierre Jouve, écrivain, photographe et réalisateur de télévision, dans son livre « Brigade criminelle : L’enquête interdite » publié chez Denoël. Le récit d’une immersion au sein de l’institution policière, cette machine à combattre le meurtre. « L’escalier est la Brigade Criminelle », écrit-il. « Tout se comprend là, d’abord, sur ces marches qui entourent un espèce de gouffre, avec garde-fou. Pas d’ascenseur ; rien pour alléger l’essoufflement et l’épuisement des faibles ou des gens âgés qui entreprennent la montée interminable, avec la tristesse du meurtre ou de la mort anormale visible sur leur visage. »
Avec la mutualisation des services, la brigade risque de déménager bientôt dans le quartier des Batignoles.  Adieu escalier, adieu Maigret, adieu lieu de mémoire où sont passés les meilleurs flics de Paris. Qu’adviendra-t-il du 36 ? Un musée ? Le président tranchera.(…) »

Vous aimerez aussi...