Aliénés et rebelles : Quérulence et protestation en milieu asilaire (1910-1959) (Véronique Fau-Vincenti)

DSCF1088-2Les aliénés rebelles à la psychiatrie ont de tout temps été nombreux, plus encore à la 3e section de l’asile de Villejuif qui, en raison de sa spécificité, a été à partir de mars 1910 destinée à recevoir des « aliénés vicieux, difficiles et criminels » dans l’enceinte de l’asile de Villejuif.

S’il semble, a priori du moins, aisé de tracer les contours de l’aliéné criminel qui a « commis des crimes, assassinats, incendies ou vols », la figure de l’aliéné difficile ou de l’aliéné vicieux est plus délicate à cerner. En 1903, le Dr Henri Colin définit ainsi les aliénés vicieux, soit des individus qui « ont commis des délits, souvent aussi sont restés à la limite du code et parfois n’ont rien fait de répréhensible mais sont simplement insupportables dans les services ordinaires ». « Déséquilibrés, épileptiques, hystériques, fous moraux qui par leur indiscipline, leurs mauvaises habitudes, leurs tendances à la révolte, leurs penchants agressifs, sont la terreur du personnel et des malades tranquilles […]. Certains de ces individus […] possèdent des facultés intellectuelles assez vives qui les rendent les maîtres faciles des faibles d’esprit qui les entourent; quelques-uns d’entre eux […] ont pris une part active à la révolte de la sûreté de Bicêtre il y a une quinzaine d’années. » À lire le type de patients attendus dans la 3e section de l’asile de Villejuif – soit des aliénés criminels et/ ou des individus « à la limite », « des déséquilibrés », « des fous moraux », « indisciplinés » manifestant agressivité ou tendance à la révolte, il n’est pas étonnant de rencontrer à partir de l’ouverture de la section, nombre d’internés « rebelles »…

Lire la suite de cet article de Véronique Fau-Vincenti sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...