Figures paradoxales d’antisociaux des années 50 (Jean-Claude Vimont)

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus.

Collection Philippe Zoummeroff/Bibliothèque Criminocorpus. 

 

Les amateurs tout comme les historiens du rock ont salué le titre « Antisocial » du second album du groupe Trust, « Répression », diffusé en 1980, au terme du septennat de Valéry Giscard d’Estaing. Une chanson qui sonnait le glas des Trente glorieuses, selon un critique averti. Ce pamphlet violent et énergique s’en prenait aux normes sociales, aux côtés d’autres morceaux qui faisaient clairement allusion au gangster Jacques Mesrine, décédé un an auparavant.

Lorsque l’on porte son regard sur les faits divers de la Quatrième République, d’autres figures de révoltés, de hors-la-loi, de gangsters semblent correspondre à cet épithète : Pierre Loutrel, Émile Buisson, Pierre Caro, Paul Dellapina, René Girier, Jo Attia, récidivistes des holdups et cambriolages, véritables « tontons-flingueurs » des années de la Libération…

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...