Manifs : pourquoi je « casse »

1er mai 2018. La manifestation est marquée par les dégradations et violences d’un groupe de militants cagoulés se revendiquant membres des black blocs. Il y a deux ans, Emile nous expliquait ce qui le poussait à être un « casseur ». Pour lui, il s’agit surtout de marquer violemment un ennemi commun.

Je suis ce que l’on appelle un « casseur ». C’est-à-dire que, parfois, dans une manifestation tendue, je me dissimule le visage, je casse certaines vitrines et affronte les forces de l’ordre.

“Des casseurs ravagent le centre-ville”

De manière générale, je suscite la colère, la condamnation et surtout, les fantasmes de la classe politique et médiatique, pour ma tendance violente, mon anarchisme exacerbé et ma supposée haine de la démocratie et de la libre expression.

« Des casseurs ravagent le centre-ville »« Une manifestation tourne mal », divers articles de presse relatent mes méfaits envers le pauvre contribuable, qui se réveille un matin avec son commerce détruit par moi ou mes semblables. Par Emile M. • 3 mai 2018

Pour en savoir plus sur le site de https://www.la-zep.fr/engagement/manifs-pourquoi-je-casse/


Vous aimerez aussi...