113 – Portrait du jour : Michelle Mbanzoulou, une jeune romancière en Agenais …

Marc Renneville, directeur du Criminocorpus – Clamor et Philippe Poisson, membre correspondant du Clamor

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

 

 

 “… J’ai toujours considéré l’écriture comme un axe de carrière, toujours souhaité devenir romancière. À douze ans, j’ai envoyé pour la première fois l’un de mes manuscrits chez un éditeur, et pas n’importe lequel : Hachette jeunesse. Je ne me suis pas laissé démonter par leur réponse négative et ai continué à écrire. En 4e, sur les conseils de mon professeur d’histoire-géo, j’ai envoyé un nouveau manuscrit à une maison d’édition située non loin d’Agen, cette petite ville d’Aquitaine connue pour ses pruneaux et dans laquelle nous avons emménagé en 2006. Il s’agit des éditions d’Albret. Comme ils recherchaient un roman historique, le mien n’entrait pas dans leur ligne éditoriale, mais ils m’ont fait un retour détaillé et bienveillant qui m’a particulièrement aidée à m’améliorer dans mon écriture. C’est à la suite de leur critique que j’ai décidé de créer une île fictive sur laquelle mes histoires se dérouleraient dorénavant, car jusque-là mes romans avaient pour théâtre la ville de New York, mais n’incorporaient pas assez de détails sur la Grosse Pomme pour y transporter mes lecteurs. Avec ma nouvelle île, je bénéficiais à présent d’une totale liberté de création, et c’est ce qui me plaisait le plus dans l’idée de mettre en place un lieu fictif pour mes romans. Aidée de mon père, j’ai nommé cette île la Maloudie, anagramme de son village de naissance, Loudima (Congo-Brazzaville)…”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 113ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit avec infiniment de plaisir une jeune romancière Michelle Mbanzoulou, l’auteure de Clear Sunlight – Un été de faiblesse ,et, qui vient de lancer son blog culturel, mymaloudia.com.

Dans la famille Mbanzoulou , nous demandons la fille”… après le père : Paul Mbanzoulou, un homme de conviction…

Bienvenue Michelle chez les Aristos de Criminicorpus. Ph.P.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Pourriez-vous vous présenter et nous raconter votre goût pour l’écriture ?

Je m’appelle Michelle Mbanzoulou. Je suis actuellement détentrice d’un Master 2 en Management interculturel que j’ai obtenu à l’ISIT, grande école parisienne de communication et management interculturels que j’ai intégrée en 2015 après deux années de prépa littéraire. Par ailleurs, je suis une passionnée d’écriture, de littérature et de langues étrangères (en plus de l’anglais et de l’allemand qui ont été mes spécialités durant mes études, j’apprends depuis quelques semaines l’espagnol).

Je suis née le 20 octobre 1995 à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. J’y ai vécu pendant un an avec mes parents, avant de m’envoler pour le Congo-Brazzaville avec ma mère : mon grand-frère y était resté, et il nous fallait le rejoindre. Malheureusement, quelques mois seulement après notre arrivée dans le pays, la guerre civile a éclaté, nous forçant à nous cacher pour survivre. Je ne garde pas de souvenirs de cette période, sinon quelques flashs, dont j’ignore s’ils sont réels ou non. Je pense néanmoins que ces quelques années au Congo ont forgé quelques traits inconscients de ma personnalité et laissent encore une trace dans ma vie aujourd’hui. Par exemple, le fait que je comprenne le lari, dialecte congolais, sans pouvoir réellement le parler !

À presque cinq ans, je suis revenue à Pau avec ma mère et mon grand-frère. À ce jeune âge déjà, l’écriture m’attirait inexorablement. Nous avons retrouvé il y a des années une vidéo prise par mon père quelques mois après mon retour. Il me demandait : « Qu’est-ce que tu fais, Michelle ? », et je lui répondais : « J’écris un roman ! ». Bien sûr, je ne savais pas encore écrire à cette époque, mais cela prouve à quel point cette activité a toujours fait partie intégrante de ma vie. Certains diront que c’est certainement dû au fait que j’ai grandi entourée d’un père écrivain, qui travaillait sur ses livres de droit et rédigeait ses ouvrages scientifiques avant même que je ne sache lire. Et je suppose que cela a en effet joué un rôle dans mon intérêt pour les livres !

À cette époque-là, j’aimais me mettre dans la peau de différents personnages, jouer un rôle. Que ce soit dans la cour de récréation avec ma meilleure amie ou chez ma tante avec ma cousine, j’adorais improviser des saynètes. J’incarnais Eric, John, ou encore une princesse. J’adorais ça. Très vite, je me suis mise à rédiger de petits contes puis, inspirée par les romans jeunesse que j’ai commencé à lire, je me suis lancée dans la rédaction de mon premier roman à l’âge de neuf ans. Il avait pour titre La fille aux cheveux blancs et pour héroïne une jeune adolescente ayant été frappée d’une malédiction la condamnant à garder une chevelure de neige jusqu’à ce qu’un jeune homme lui fasse une déclaration d’amour sincère.

Je me souviens que lorsque j’avais appris à mon maître du CM2 que j’écrivais un roman, il avait eu un petit sourire, qui était retombé quand je lui avais annoncé que j’en étais à la page 192. Par la suite, j’ai eu la chance d’être toujours prise au sérieux dans mon écriture, aussi bien par mes professeurs que par mon entourage. Mes amies lisaient des pages de mes manuscrits quand nous avions une heure de libre au collège et mes professeurs de français de 6e et de 5e ont souhaité en lire un aussi. Ce soutien apporté par tout mon entourage m’a toujours fait chaud au cœur et encouragée à continuer à écrire.

À cet âge, considériez-vous l’écriture comme un passe-temps ou aviez-vous déjà l’intention d’en faire un axe de carrière ?

J’ai toujours considéré l’écriture comme un axe de carrière, toujours souhaité devenir romancière. À douze ans, j’ai envoyé pour la première fois l’un de mes manuscrits chez un éditeur, et pas n’importe lequel : Hachette jeunesse. Je ne me suis pas laissé démonter par leur réponse négative et ai continué à écrire. En 4e, sur les conseils de mon professeur d’histoire-géo, j’ai envoyé un nouveau manuscrit à une maison d’édition située non loin d’Agen, cette petite ville d’Aquitaine connue pour ses pruneaux et dans laquelle nous avons emménagé en 2006. Il s’agit des éditions d’Albret. Comme ils recherchaient un roman historique, le mien n’entrait pas dans leur ligne éditoriale, mais ils m’ont fait un retour détaillé et bienveillant qui m’a particulièrement aidée à m’améliorer dans mon écriture. C’est à la suite de leur critique que j’ai décidé de créer une île fictive sur laquelle mes histoires se dérouleraient dorénavant, car jusque-là mes romans avaient pour théâtre la ville de New York, mais n’incorporaient pas assez de détails sur la Grosse Pomme pour y transporter mes lecteurs. Avec ma nouvelle île, je bénéficiais à présent d’une totale liberté de création, et c’est ce qui me plaisait le plus dans l’idée de mettre en place un lieu fictif pour mes romans. Aidée de mon père, j’ai nommé cette île la Maloudie, anagramme de son village de naissance, Loudima (Congo-Brazzaville).

Vous avez publié votre premier roman à l’âge de 16 ans. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Entre la fin de la troisième et les tous premiers mois de mon année de seconde, j’ai rédigé le manuscrit qui deviendra un an plus tard mon premier roman publié : Clear Sunlight – Un été de faiblesse . Ce roman met en scène Edène, une adolescente de 16 ans qui s’apprête à partir en vacances d’été avec sa meilleure amie mais qui est envoyée par ses parents en camp de vacances avec ses frères, contre son gré. Dans ce camp, elle fait plusieurs rencontres, amicales et amoureuses, qui lui font relativiser ce changement inopiné de programme et revoir ses a priori et ses préjugés.

La séance dédicace chez le Maire d’Agen du roman “Clear Sunlight. Un été de faiblesses” . Un maire heureux de partager sa passion pour l’écriture avec une jeune écrivaine

Ce roman a attiré l’attention des éditions Mélibée et a été publié en 2012, alors que je passais en terminale. Cela a été incroyable pour moi : j’ai fait l’objet de quelques coupures de presse et animé une séance de dédicaces à Martin-Delbert, la plus grande librairie d’Agen. En plus de cela, j’ai eu l’honneur d’être reçue par le maire d’Agen, Jean Dionis du Séjour, pour une dédicace officielle dans son bureau.

Mon année de terminale a donc été mouvementée, entre la publication de mon premier roman, mon premier prix au concours de nouvelles du Musée-école de Lagruère, l’obtention de mon bac L avec la mention très bien et le choix du chemin que je prendrais pour mes études supérieures. J’ai opté pour une classe préparatoire littéraire. J’ai passé mon Hypokhâgne et ma Khâgne au lycée Michel Montaigne de Bordeaux. Ces deux années ont été très intenses et, si j’ai eu de grandes difficultés à écrire en Hypokhâgne, j’ai réussi à terminer l’un de mes romans les plus longs et les plus aboutis en Khâgne. Il se nomme Pour un triple axel et suit l’histoire de Cécilia et Caleb. L’une est une jeune étudiante en histoire de l’art ayant perdu son père il y a trois ans et vivant avec une mère qui ne lui montre aucun amour et qui fait d’elle une paria dans sa propre famille, l’autre est un jeune mécanicien de 19 ans qui a perdu sa mère il y a neuf ans et qui a grandi avec un père alcoolique et violent. Même s’il a tout fait pour tourner la page, Caleb va se voir rattrapé par son passé et il devra très vite faire un choix : celui de vivre ou celui de se laisser mourir.

Avant la fin de la Khâgne, j’ai entamé l’histoire de Jasmine et Miguel, meilleure amie et frère par alliance de Cécilia. Les aventures de Cécilia comptent un tome et celles de Jasmine, deux. Ce sont à ce jour mes romans les plus longs et dans lesquels la psychologie tient la plus grande place. J’y parle des relations parents-enfants, de l’abandon, du deuil, de la maltraitance et du handicap entre autres. Il est important pour moi de traiter de ces sujets difficiles et sérieux dans mes écrits, tout en y ajoutant une grande touche de romance, l’amour étant pour moi l’un des sujets les plus primordiaux, car au centre des relations humaines.

Quels sont vos nouveaux projets, qu’ils soient liés à l’édition ou non ?

J’ai pour projet de continuer à écrire et de persévérer dans ma recherche d’éditeur. Pour un triple axel n’a pas encore été repéré par un professionnel, mais j’y travaille ! Je viens de terminer ma dernière année de Master à l’ISIT. Une page se tourne donc, celle des études, mais une autre s’ouvre devant moi, puisque je viens de lancer mon blog culturel, mymaloudia.com, par le biais duquel je souhaite dévoiler mon univers aux personnes qui me suivent. Sur mon blog, je présente la Maloudie, je publie des extraits de mes romans, des articles de culture et de guide littéraires, une chronique fictive de conseils de vie, des nouvelles et des poèmes, et bien d’autres surprises encore. Il était important pour moi de me lancer dans cette aventure, afin de partager mes écrits avec autrui et avoir le sentiment de créer quelque chose d’utile. La culture me paraît indispensable, car elle est ce qui reste même lorsque l’on a tout perdu, elle est le phare qui nous guide dans un océan de désillusions et de déceptions. En bref, elle est primordiale à notre époque !”


Vous aimerez aussi...