Conscience de classe des Gilets jaunes

Les Gilets jaune le 23 novembre 2018 à Calais• Crédits : FRANCOIS LO PRESTI – AFP

Si la France périphérique pensée par le géographe Christophe Guilluy correspond à ce que le marxisme appelait une “classe”, alors le mouvement des Gilets jaunes correspond à un phénomène dont la formation a été étudiée pendant un siècle par les penseurs marxistes : celui de la conscience de classe.

En 2004, le géographe Christophe Guilluy publiait, avec Christophe Noyé, Atlas des nouvelles fractures sociales aux éditions Autrement.

Permettez-moi de vous lire un extrait de la présentation que leurs auteurs faisaient de ce livre, il y a 14 ans : « Le phénomène marquant de ces dernières années, ce n’est pas tant la paupérisation de certaines cités que l’embourgeoisement des centres. Les couches supérieures de la société se concentrent au coeur des villes, colonisant même les anciens quartiers populaires. Dans ces zones économiquement en pointe, tout est pensé en fonction des besoins de cette population aisée : environnement, place de la voiture (je souligne), fiscalité, etc. Cette “ghettoïsation par le haut” dessine dans le même temps une “France périphérique”, ignorée de la sphère politique et culturelle, alors qu’elle est largement majoritaire. Elle unit des catégories sociales autrefois opposées l’ouvrier en milieu rural, le petit paysan, l’employé d’un lotissement pavillonnaire bas de gamme et le chômeur de banlieue subissent aujourd’hui le même sentiment de relégation. »…

Pour en savoir plus lire le billet publié  par Anastasia Colosimo sur le site France culture

LE JOURNAL DE LA PHILO par Anastasia Colosimo

 


Vous aimerez aussi...